Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Investissements et pôles de mécanique en projet à Sarreguemines et Creutzwald

Investissements et pôles de mécanique en projet à Sarreguemines et Creutzwald

Spécialisée dans le soudage d’éléments de structure complexe en acier à grain fin sur son site de Sarreguemines et dans la fabrication de vérins hydrauliques sur celui de Creutzwald, Steeltech a fait passer son chiffre d’affaires de 38 millions d’euros en 2008 à 50 millions d’euros en 2012 et son effectif de 170 à 200 salariés. La société entend désormais investir 6 millions d’euros dans diverses extensions à Sarreguemines, ce qui permettrait de créer 70 emplois. Steeltech compte également monter en partenariat avec la société Koch manutention un pôle industriel de mécano-soudure à l’échelle de la Moselle-Est. L’idée est d’assurer la transformation des métaux pour réaliser des pièces de 1kg à 100 tonnes dans le domaine des mines, de la sidérurgie, du transport ou encore des carrières.

15 juillet, 2012 à 14:12


4 Commentaires pour “Investissements et pôles de mécanique en projet à Sarreguemines et Creutzwald”


  1. bloggerslorrainsengages écrit:

    Cette opération de croissance externe vise à constituer un groupe de référence sur le marché de la construction des engins de chantier pour les groupes miniers, le secteur maritime et l’automobile. Les deux entreprises sont voisines. Koch est spécialisée dans les pièces unitaires de grande taille et emploie une centaine de salariés. Steeltech devrait y investir 6 millions d’euros dans la mise en place d’un nouveau procédé de soudage, afin d’augmenter la productivité et de concurrencer les produits issus des Pays d’Europe Centrale et Orientale (PECO).

  2. bloggerslorrainsengages écrit:

    Sur la zone industrielle au Sud de Sarreguemines, l’usine Koch, récemment acquise par GZ Group, est séparée par une petite route de Steeltech, entreprise historique du groupe industriel composé de cinq sociétés et qui emploie 375 salariés. Une sculpture d’un jeune designer, baptisée Alliance, symbolise cette union. Elle est constituée de deux socles en acier rouillé ancrés dans le périmètre des deux entreprises et réunis par deux mains en inox qui s’effleurent au-dessus de la route.

  3. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Un an après avoir célébré le rachat de Koch en érigeant une arche d’acier au-dessus de la rue qui le sépare de Steeltech, GZ group a dernièrement ajouté une nouvelle touche métallique au style qu’il a insufflé à la zone industrielle de Sarreguemines en inaugurant un « show park » de sculptures d’acier monumentales, 50 mètres plus loin. Il s’agit de chutes d’oxycoupage, des plaques de 5,5 mètres de haut sur près de deux mètres de large, où apparaissent en creux les formes des pièces qui y ont été découpées pour la production industrielle. L’idée est de leur donner une nouvelle vie artistique pour diversifier les activités de l’entreprise et investir le marché du mobilier urbain. Dans ce véritable jardin de sculptures se dessinent des silhouettes de tasses et de théières, en hommage à la faïencerie locale, ainsi qu’un visage de femme, une gigantesque fleur d’acier ou encore une main géante qui fait tomber des plaques massives, comme des dominos arrêtés dans leur chute dans un équilibre improbable. Ces créations originales sont le fruit du travail d’un jeune designer.

    GZ Group entend produire 1 000 tonnes d’œuvres d’art par an, afin de les vendre aux collectivités locales pour embellir leurs ronds-points et leurs parcs. En attendant, la zone industrielle de Sarreguemines est devenue un lieu d’intérêt artistique.

  4. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Le 9 décembre 2014, la chambre commerciale du Tribunal de Grande Instance de Sarreguemines plaçait l’entreprise Koch en redressement judiciaire. Elle validait ensuite le 19 avril 2016 le plan de reprise de La Polyvalence industrielle qui permettait à la société sarregueminoise fondée en 1956 d’intégrer un groupe sain dans le cadre d’un projet commercial et industriel cohérent pour maintenir durablement l’emploi et l’activité économique. Depuis, La Polyvalence industrielle s’appuie sur la notoriété de Koch méca, spécialisé dans la production de pièces mécaniques et métalliques de grande dimension, pour retrouver les anciens clients. 28 salariés ont été repris.


Laisser un commentaire