Centre de ressources numériques sur la Lorraine

» Catégorie : Découverte


De la vigne de Thiaucourt-Regniéville

Commentaires » 3

Créée il y a plus de vingt ans, l’association La Côte des Caures entend redynamiser la vigne à Thiaucourt-Regniéville, située à mi-chemin entre les Côtes de Meuse et les Côtes de Moselle. 0,25 hectare de pieds de vigne a ainsi été planté à la sortie de Thiaucourt en direction de Pont-à-Mousson sur un terrain plat, puis un autre de la même superficie il y a quelques années derrière le cimetière américain sur un terrain en pente exposé plein Sud.

Chaque année, la vigne de Thiaucourt produit un millier de litres de Pinot noir et de Chardonnay. L’association aimerait bien réussir à attirer un vigneron professionnel dans la commune.

Rappelons qu’avant la crise du phylloxera, il y a un siècle, le vin de Thiaucourt était très renommé, il aurait même été servi à bord du Titanic. L’idée est à présent de lui redonner ses lettres de noblesse.

Jeunes talents de Lorraine et de Sarre à la septième édition de Metz en MusiK

Commentaires » 0

Dans le cadre des Journées franco-allemandes, sept étudiants du Master franco-allemand de l’Unité de Formation et de Recherche (UFR) Etudes Supérieures de Management (ESM) de l’Institut d’Administration des Entreprises (IAE) de l’Université de Lorraine à Metz organisent ce vendredi 29 janvier 2016 la septième édition de Metz en MusiK de 18 heures à minuit à la Salle Koltès du Théâtre du Saulcy. Cette année, le concert part à la découverte de jeunes talents de Lorraine et de Sarre issus d’univers musicaux variés. Cyrielle Gaonac’h responsable communication du projet, a répondu à nos questions pour nous faire partager sa passion de la musique et sa réflexion sur nos deux cultures.

Photo équipe Metz Musik ajustée

L’équipe organisatrice du concert franco-allemand (Crédits photo : Metz en MusiK)

Groupe BLE Lorraine : Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le concert Metz en MusiK ?

Cyrielle Gaonac’h : « Depuis 2011, les étudiants du Master Affaires Internationales et Management Franco-Allemand sont chargés de réaliser des projets autour des thématiques telles que l’art, la musique, le cinéma ainsi que les spécialités régionales qui visent à promouvoir la culture franco-allemande.

Convaincus de notre rôle à jouer dans la dynamique franco-allemande, surtout dans une région frontalière comme la nôtre, nous souhaitons relever encore une fois le défi de l’organisation de festivités, s’articulant autour de la date clé de la journée franco-allemande du 22 janvier 2016. Ces projets, qui font partie intégrante de notre cursus, constituent pour nous une expérience de terrain intéressante, utile au développement de nos facultés managériales et organisationnelles.

Le projet « Metz en MusiK » s’inscrit donc dans cette dimension et célèbrera le 52ème anniversaire du Traité de l’Amitié franco-allemand (Traité de l’Elysée signé le 22 janvier 1963) en réunissant des artistes venant de l’espace franco-allemand au cours d’une même soirée. »

Metz en MusiK_Affiche ajustée

Pourquoi avez-vous décidé cette année de mettre en avant des artistes de Lorraine et de Sarre ?

C.G. : « Cette année, nous avons décidé de nous distinguer des deux éditions précédentes, qui étaient plus spécialisées sur le rock, en axant notre concert sur la découverte de jeunes talents franco-allemands. Il nous a en effet semblé important de pouvoir mettre en avant des groupes ou des jeunes chanteurs qui n’avaient pas forcément l’occasion de se faire connaître en dehors de leur ville. Nous avons néanmoins décidé de nous concentrer sur les deux régions frontalières de Lorraine et de Sarre, parce que nous considérons que ces deux régions, bien que situées dans deux pays différents, ont beaucoup de points communs, particulièrement au niveau culturel. Nous pensons donc que les artistes de ces deux régions frontalières ont beaucoup à s’apporter. Un tel évènement étudiant peut par ailleurs aider Metz à s’inscrire un peu plus dans la culture étudiante franco-allemande. »

La Lorraine et la Sarre partagent-elle ainsi une même culture musicale ?

C.G. : « En effet, la Lorraine et la Sarre ne sont pas des régions fondamentalement différentes au niveau culturel. Il y a bien sûr des spécificités propres à chaque région, chaque pays. Cependant, dans une région transfrontalière comme celle-ci, les cultures se mélangent. Au travers de cet évènement, nous voulons avant tout montrer que par-delà les frontières, la musique réunit les gens de tout âge et de toute nationalité. »

Les groupes à l’affiche pour cette septième édition nous réservent-ils quelques surprises ?

C.G. : « Oui effectivement, les artistes que nous avons sélectionnés vous réservent quelques surprises ! En particulier Melvin Hein, jeune chanteur allemand que nous avons tout particulièrement retenu comme étant l’artiste « original » de notre soirée. Ce jeune homme a un univers bien à lui et nous souhaitons à travers ce concert l’encourager à cultiver son originalité. Avec les autres groupes, vous pourrez découvrir de nouvelles sonorités, pop-rock pour les uns, blues-folk pour les autres … Une occasion de passer une très bonne soirée ! »

Informations

7ème édition du concert Metz en Musik

Vendredi 29 janvier 2016 de 18 heures à minuit

Salle Koltès – Théâtre du Saulcy à Metz

Groupes et artistes présents :

The One Day Fly (Rhénanie-Palatinat)

Melvin Hein (Sarre)

Don’t Bullshit the Rocco (Lorraine)

Niclas Laux (Sarre)

Riots of Colours (Bade-Wurtemberg)

Entrées : 5 euros en prévente et 7 euros sur place.

Quatrième édition de la Fête de la Lorraine et des Lorrains

Commentaires » 0

Après le succès des trois premières éditions, marquées notamment par la prestation de la compagnie de l’Alérion Médiéval en 2014, qui avait transporté les visiteurs dans l’ambiance de la Bataille de Nancy grâce à différentes manœuvres de piquiers et des démonstrations de combats à l’épée et de tirs d’arquebuses, la Fête de la Lorraine et des Lorrains revient ce samedi 16 janvier 2016. Organisées par le Parti Lorrain (PL), les cérémonies débuteront à 15h00 au caveau de la Brasserie Excelsior de Nancy.

René II ajusté

Le Duc de Lorraine René II à la bataille

Quelques jours après la disparition officielle de la Lorraine en tant qu’entité administrative et politique suite à la fusion avec l’Alsace et la Champagne-Ardenne, les cérémonies commémoratives du 5 janvier revêtiront cette année encore un caractère particulier. A cette occasion, le Parti Lorrain a invité Kévin GOEURIOT. Historien de la Lorraine, membre de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Lorraine (SHAL), contributeur du Groupe BLE Lorraine et auteur de plusieurs ouvrages, Kévin GOEURIOT est le récent lauréat du Prix des Conseils départementaux de Lorraine pour son roman historique Quand la Lorraine sera française. Il donnera à partir de 15 heures une conférence sur le Duc de Lorraine René II, vainqueur de Charles le Téméraire lors de la fameuse Bataille de Nancy le 5 janvier 1477. René II était également un souverain amoureux des arts et des lettres soucieux du bien-être de son peuple. S’en suivra une séance de dédicace de son livre par M. GOEURIOT.

Auparavant, le Président du Parti Lorrain, M. Thomas RIBOULET, présentera ses vœux à l’assemblée. Ensuite, à 17 heures, une gerbe commémorative sera déposée au pied de la statue équestre de René II, Place Saint-Epvre.

Rappelons que la Fête de la Lorraine et des Lorrains, qui se déroule depuis plus de 500 ans, est l’une des plus anciennes fêtes nationales du monde. Elle commémore avec émotion la victoire des Lorrains sur les Bourguignons lors de la Bataille de Nancy. Ce succès assura pendant des décennies l’indépendance et la prospérité de la Lorraine en Europe. Quelques années plus tard, René II fit élever à Saint-Nicolas-de-Port un édifice imposant pour exprimer sa reconnaissance au Saint Patron de la Lorraine. Il décida également d’organiser chaque année un défilé dans les rues de Nancy, afin de commémorer la Victoire Lorraine. Pour rappeler à tous la défaite du Téméraire, la Ville de Nancy adopta comme emblème le chardon et comme devise « non inultus premor », c’est-à-dire « nul ne s’y frotte », ou « qui s’y frotte s’y pique ». Bien plus tard, la France fit interdire cette « Fête nationale lorraine », comme tout ce qui pouvait rappeler le souvenir d’un Etat indépendant et puissant. Face à la répression, les Lorrains célébrèrent leur fête en cachette sous le couvert de la Fête des Rois Mages, mais cela ne l’empêcha pas de tomber dans l’oubli au fil du temps.

Depuis plusieurs années, le Parti Lorrain a ressuscité la Fête de la Lorraine et des Lorrains de manière festive et populaire.

Voir l’évènement sur Facebook : https://www.facebook.com/events/474386226081885/.

Créé en janvier 2010, le Parti Lorrain fonde ses idées sur le respect de la démocratie, du progrès et de l’Europe. Par le mot progrès, le PL a la volonté de faire avancer la société dans un idéal humaniste et de développement qui rejette toute forme de racisme et de xénophobie. Il entend impulser une réforme de l’Etat français jacobin vers une structure résolument moderne et fédérale.

Le Parti Lorrain a participé aux dernières élections régionales. Il a recueilli près de 12 000 voix en Lorraine. Auparavant, il avait déposé plusieurs recours juridiques, notamment au Conseil d’Etat, pour faire annuler la fusion de la Lorraine avec l’Alsace et la Champagne-Ardenne qu’il juge anti-démocratique, incohérente et source de futures gabegies financières. 

Développement de la Maison Bianchi à Maizières-lès-Metz

Commentaires » 0

Entreprise familiale créée en 1978 à Maizières-lès-Metz, la Maison Bianchi a reçu en mai 2015 le label « Entreprise du patrimoine vivant » qui vise à mettre en avant les filières d’excellence d’artisanat d’art. Sur plus de trois millions de sociétés en France, seules 1 300 environ le possède. Les horlogers joailliers lorrains sont agréés par une trentaine de marques de montres de luxe. Ils sont également créateurs de bijoux, dont une montre à leur nom entièrement conçue dans leurs ateliers depuis 2013 et vendue à partir de 1 500 euros.

Installée dans des nouveaux locaux dix fois plus grands depuis octobre 2013, la manufacture a aménagé un lieu d’exposition qui permet au public de découvrir des dizaines de réalisations, à l’image d’une météorite russe sertie en bijou ou encore d’une horloge monumentale de 1870, dont on peut admirer la mécanique. Les 800 mètres carrés d’ateliers comprennent quant à eux un espace de restauration pour l’horlogerie et un autre dédié à la joaillerie. Un atelier mécanique est en cours de création. La Maison Bianchi a d’ailleurs investi dans une quarantaine de machines-outils, provenant pour la plupart  d’Allemagne et de Suisse. Ces dernières vont être restaurées et adaptées à l’horlogerie.

La Maison Bianchi compte parmi ses clients des particuliers installés en Lorraine et à l’étranger, dont notamment à Londres, Bruxelles et Stockholm, ainsi que des collectivités publiques attirées par le savoir-faire de la manufacture. La commune de Retonfey, en Moselle, devrait par exemple prochainement pouvoir exposer au public son horloge monumentale restaurée. La pièce, assez rare, est équipée d’un angélus mécanique.

logo Maison Bianchi

Petite histoire de Hombourg-Haut

Commentaires » 1

Le berceau de la commune de Hombourg-Haut se trouve à Hombourg-Bas. Le village s’est développé autour d’un château appartenant au dernier Comte de Hombourg, Hugo de Lunéville-Metz. A sa mort en 1152, le Duc de Lorraine et l’évêque de Metz, Etienne de Bar, convoitèrent le château. Le religieux réussit finalement à s’en emparer pour en faire le siège d’une seigneurie épiscopale. Mais ce fut un autre évêque, Jacques de Lorraine, qui donna à la commune sa grandeur, en faisant notamment élever un château sur une colline voisine, qui était surnommé à l’époque « la guérite du monde » ou « le miroir de beauté ». Il en fit le siège de l’avouerie de Hombourg-Saint-Avold. Jacques de Lorraine fit également ériger une ville-forte, avec de longs remparts. L’actuelle vieille porte monumentale constituait l’entrée principale de la forteresse. Hombourg-Bas fut alors annexé à la nouvelle cité pour ne former qu’une seule entité. Des chanoines s’installèrent parallèlement et firent construire une nouvelle église collégiale à partir de 1300 environ, ainsi qu’un hôpital pour les pauvres.

Hombourg-Haut

La vieille ville médiévale de Hombourg-Haut (Crédits photo : Webmasterhombourg)

Cédée à plusieurs reprises, la ville fut relativement épargnée jusqu’à la Guerre de Trente ans. Mais au cours de ce conflit qui ravagea la Lorraine, les remparts de la ville tombèrent et le château fut démantelé. Hombourg-Haut resta désert pendant une trentaine d’années, avant de devenir un bourg rural. Au XVIIIème siècle, l’industrie redonna son essor à la commune, avec l’installation d’une forge par Charles de Wendel, avant que la famille d’Hausen ne suive, puis les maîtres de forge sarrois Gouvy. Chacun imprima sa marque, laissant des bâtiments remarquables. Sur le blason de la commune, deux alérions d’argent et la crosse épiscopale évoquent Jacques de Lorraine, évêque de Metz et fondateur de la ville.

(Source : RL du 31/07/2015)

blason Hombourg-Haut

Le Carré lorrain, nouvelle spécialité de Darnieulles

Commentaires » 0

L’Atelier du biscuit d’Isabelle Tournier, situé à Darnieulles, dans les Vosges, continue d’innover. Fin 2015, il a créé une nouvelle pâtisserie. Baptisée Carré lorrain, celle-ci s’est vue décernée le label Vosges Terroir. Il s’agit en réalité d’un florentin revisité, un caramel mou mélangé à de la confiture à la mirabelle maison, des mirabelles séchées, des amandes effilées, du beurre de baratte et de la crème crue. L’ensemble est coulé sur une pâte sucrée à la vanille, avant d’être découpé en carré et d’être emballé individuellement.

Carré lorrain

Le Carré lorrain, nouvelle spécialité sucrée de Lorraine (Crédits photo : L’Atelier du biscuit)

Fabrique artisanale de biscuits lorrains sucrés et salés, L’Atelier du biscuit s’approvisionne chez des producteurs locaux de qualité.

C’est Noël au Groupe BLE Lorraine !

Commentaires » 0

Images de Noël au siège (Crédits photos : Groupe BLE Lorraine)

Noël BLE 1

Noël BLE 2

Noël BLE 3

Noël BLE 4

Noël BLE 5

Noël BLE 6

Un atelier pour réinventer les pâtes dans les Vosges

Commentaires » 1

L’atelier à pâtes, situé à Thiéfosse, dans les Vosges, fabrique des pâtes insolites aux formes amusantes, natures ou colorées, sèches ou fraîches, ainsi qu’aux œufs de poules élevées en plein air.

L’entreprise propose également des pâtes au curcuma, aux orties, à l’ail des ours et à base de farine de grillons.

300 kg de pâtes sortent chaque semaine de cet atelier étonnant. Le succès ne se fait pas démentir depuis l’été dernier. Tous les produits utilisés sont issus d’exploitations voisines. L’atelier dispose même d’un distributeur automatique 24h/24h accolé au magasin pour acheter des pâtes à toute heure.

Des bières ensorcelées du Val d’Ajol

Commentaires » 0

Située au Val d’Ajol, dans les Vosges, la microbrasserie artisanale Le Roulier a été créée en avril 2013. Blondes, brunes, ambrées, noires, légères, amères, etc., ses bières sont  facilement reconnaissables à leur étiquette qui présente une sorcière sexy. Il faut dire que la brasseuse, Nadine Fliegel, a toujours concocté des recettes à base de fleurs et de plantes. En deux ans, une cinquantaine de variétés de bières différentes sont ainsi sorties de son laboratoire. La dernière en date, La Yule, est une bière de Noël brune aux malts torréfiés. Inspiré du nom d’un sabbat associé à l’espoir que les peuples germaniques pratiquaient au solstice d’hiver, le précieux breuvage vous réchauffe le cœur par ses saveurs de Noël et de pain d’épices.

A noter que la microbrasserie vosgienne produit environ 500 bouteilles de 50 cl chaque année. Une denrée rare.

logo Brasserie du Roulier

De l’Excuse des bouchers lorrains

Commentaires » 0

Le boucher ne tient pas le bon rôle dans la légende de Saint-Nicolas, lui qui découpât les trois petits enfants qui s’en allaient glaner aux champs pour en faire du petit salé. On comprend dès lors que l’image de la profession ne soit pas très glorieuse dans un pays qui a fait de l’évêque de Myre son Saint patron.

Afin d’expier ce qui est toujours considéré comme le péché originel de la profession, les membres de l’Académie gourmande des Chaircuitiers confectionnent depuis 2012 une « Excuse » particulière. Cette spécialité charcutière originale et savoureuse, qui varie chaque année, n’est mise en vente que pendant une courte période, du 6 décembre au 3 janvier précisément cette saison. La qualité de ce produit est un gage de réconciliation.

L’Excuse 2015 est une ainsi une bavaroise de foie gras enfermant une mosaïque de carottes glacées, de pistaches et de ris de veau, posée sur un biscuit de céréales. L’ensemble est surmonté d’un nappage à la griottine avec une tuile de polenta et de céréales, avec en guise de décoration un pic portant une griotte pour rappeler la crosse de Saint-Nicolas.

L’Académie a choisi de reprendre le terme de « Chaircuitiers », corporation médiévale qui était habilitée « à préparer et à vendre de la chair de pourceau, soit crue, soit cuite, soit apprêtée en cervelas, saucisses, boudins et à préparer et vendre les langues de bœuf et de mouton ». 

La revanche du Vosges Cola

Commentaires » 1

Le Vosges Cola a fait son retour depuis quelques années sur le marché. Près de 40 000 bouteilles de 33 cl sont vendues par an en Lorraine, notamment dans les boutiques de produits du terroir. Une belle revanche.

La boisson est produite par les Brasseurs de Lorraine uniquement avec des ingrédients 100 % naturels et sans caféine. Implantés à Pont-à-Mousson, ces derniers sont devenus la plus grande brasserie artisanale de Lorraine avec une variété de douze bières et une production annuelle de 3 000 hectolitres, soit 500 000 bouteilles. Cela dit, un brasseur produit avant tout du gaz carbonique par la fermentation de la petite levure de la bière. Il est donc capable d’élaborer tout un panaché de boissons pétillantes avec ou sans alcool. C’est la raison pour laquelle qu’en plus de Vosges Cola, les Brasseurs de Lorraine fabriquent également le Lorraine Cola, la limonade Loulou et le Lorraine Cola mirabelle.

Fouilles archéologiques : découverte d’une ferme médiévale à Grosbliesderstroff

Commentaires » 1

Les archéologues de l’Institut National de Recherches Archéologiques (INRAP) ont dernièrement mis au jour le domaine complet d’une ferme médiévale en pierres et à colombages à Grosbliederstroff, près de Sarreguemines.

Commencées il y a plus d’un mois, les fouilles devaient révéler des vestiges détectés lors d’un diagnostic. Cette découverte exceptionnelle complète la précédente campagne de 1998 réalisée au bout du même terrain. Celle-ci avait à l’époque permis de découvrir des traces de cabanes et de silos datant du Moyen-âge. Etant donné sa taille, cette ferme du XII ou du XIIIème siècle, qui s’étend sur près d’un demi-hectare, devait être la seule des environs. Il n’en subsiste aujourd’hui que des pierres et des fondations de deux bâtiments. Le premier, plus grand, devait sans doute abritait l’étable, le second, les habitations. A noter qu’une aire où les paysans devaient certainement battre le blé et d’autres céréales a également été retrouvée.

Une fois terminées, les fouilles laisseront la place à l’aménagement de la zone commerciale de Grosbliederstroff.

12345...63