Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > La Lorraine vue de l’extérieur

La Lorraine vue de l’extérieur

Vous trouverez sur cette page tous les articles présentant l’opinion ou le point de vue qu’ont les pays voisins sur notre belle province. Et si vous passiez vos vacances en Lorraine ?

Uckange et son U4 dans le Top 10 des villes à visiter de nuit !

Uckange pointe à la 4ème place du « Top 10 des villes de France à visiter de nuit », classement établi par Lonely Planet. La cité mosellane trône derrière Lyon, mais devant la cathédrale d’Amiens, le Pont du Gard, Montpellier et les quais de la Garonne à Toulouse.

IMG_6178

L’U4, haut-fourneau de feu à Uckange (Crédits photo : Raoul GILIBERT pour le Groupe BLE Lorraine – Tous les Soleils de Claude LEVEQUE – Parc du haut-fourneau U4 Uckange)

Le célèbre guide de voyage a retenu la silhouette illuminée de l’impressionnant haut-fourneau U4, classé monument historique. La mise en lumière du monstre de fer a été réalisée en 2007. Elle est l’œuvre de l’artiste Claude Lévêque.

D’ici 2015, une nouvelle passerelle sera aménagée dans le haut-fourneau. Elle permettra aux visiteurs de pénétrer dans les entrailles du monstre. De quoi continuer à impressionner au-delà de la Lorraine !

La Place Stanislas à Nancy est la 4ème plus belle place du monde !

Selon le guide de voyage Lonely Planet, la Place Stanislas est la 4ème plus belle place du monde. Elle constitue en effet « le joyau architectural de l’élégante ville de Nancy. De style néoclassique, cette place date de l’époque où la cité était la capitale des Ducs de Lorraine. Avec ses fontaines rococo, ses grilles en fer forgé dorées à l’or et les édifices opulents qui l’encadrent, à l’image de l’hôtel de ville et de l’opéra-théâtre », la place forme un magnifique exemple de l’architecture du Siècle des Lumières.

placestanislas.jpg

La Place Stanislas à Nancy (Crédits photo : Groupe BLE Lorraine)

La Rynek Główny ou Grande Place du Marché de Cracovie en Pologne arrive en tête de ce Top 10, suivie de la Piazza San Marco de Venise et de la Place Djemaa el-Fna de Marrakech. La Plaza Mayor de Salamanque en Espagne se retrouve en 5ème position, devant la Place de la Vieille Ville à Prague, la Grand-Place d’Anvers en Belgique et la Place de la Constitución à Mexico. La Place de l’Imam d’Ispahan en Iran et la Place Rouge de Moscou ferment la marche.

Ce classement devrait conforter encore un peu plus la notoriété de la cité ducale, classée au Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

Le Zoo d’Amnéville et le Parc de Sainte-Croix dans le Top 10 des parcs animaliers en France

Après avoir placé Fraispertuis City dans le Top 10 des parcs d’attractions en France, le site TripAdvisor a dernièrement classé le Zoo d’Amnéville et le Parc animalier de Sainte-Croix dans le Top 10 des meilleurs parcs animaliers et zoos de France.

Plaine africaine Zoo Amnéville

La Plaine africaine au Zoo d’Amnéville (Crédits photo : Groupe BLE Lorraine)

Le palmarès est établi selon le nombre de commentaires et d’avis favorables publiés par les internautes sur le site. A ce petit jeu-là, le Zoo d’Amnéville monte sur la troisième marche du podium après les Zoos de Beauval et de La Palmyre. Il arbore en effet 254 avis « excellent » et 167 « très bon » sur les 470 laissés sur le site. Le Parc animalier de Sainte-Croix, à Rhodes, arrive quant à lui 7ème avec 103 avis « excellent » et 61 « très bon » sur les 174 commentaires mis en ligne par les internautes sur le site.

Bitche dans le Top 10 des golfs préférés des Allemands !

Le golf municipal de Bitche a été classé dans le Top 10 des meilleurs golfs européens par Golf Journal, magazine allemand de référence. Il s’agit du seul site en France récompensé. Sur les 2 000 parcours répertoriés en Europe, le golf bitchois arrive en 9ème position après des sites à Majorque, destination privilégiée des vacanciers allemands, et au Portugal. Les spécialistes ont loué la beauté et la qualité de parcours du golf du Bitcherland qui a été créé in situ avec très peu de terrassement en 1988. Cette reconnaissance constitue un magnifique cadeau pour l’établissement qui célébrera fin juin ses 25 ans.

La Lorraine vue de l'extérieur golf-bitche

La citadelle de Bitche s’inscrit en toile de fond du golf de la cité fortifiée (Crédits photo : Moselle Tourisme)

Rappelons que le golf de Bitche accueille 750 membres, dont 40 % d’Allemands et de joueurs originaires du Benelux.

Metz et Nancy ont la main verte

Metz et Nancy figurent parmi les dix villes les plus vertes de France, selon le premier palmarès établi par l’Union Nationale des Entreprises du Paysage (UNEP). Metz pointe à la cinquième place derrière Angers, Nantes, Limoges et Lyon. Nancy est 9ème.

Metz fleurissement, Place Comédie

Fleurissement sur la Place de la Comédie à Metz (Crédits photo : Groupe BLE Lorraine)

L’UNEP a classé les 50 plus grandes villes de France à travers une cinquantaine d’indicateurs et cinq grands critères : le patrimoine vert accessible au public, les efforts d’investissement en faveur du développement du végétal, la préservation de la biodiversité, la gestion des déchets verts et la promotion des espaces verts.

Jardin préféré des Français : le Jardin d’Adoué sur le podium !

Alors que la Place Stanislas de Nancy a dernièrement été désignée par les téléspectateurs et les internautes troisième monument préféré des Français dans le cadre de l’émission présentée par Stéphane Bern, le Jardin d’Adoué, situé à Lay-Saint-Christophe, près de Nancy, est lui aussi dernièrement monté sur la troisième marche du podium dans le cadre, cette fois, de l’émission le Jardin préféré des Français. La Lorraine des jardins est ainsi consacrée. En effet, l’année dernière, le Jardin de Berchigranges, dans les Vosges, était arrivé second.

Jardin Adoué 1

Le Jardin d’Adoué a été plébiscité par de nombreux internautes (Crédits photo : Monique  CHEVRY)

Le Jardin d’Adoué est une petite pépinière de plantes vivaces peu communes, voire de collection, nichée dans un grand espace sur les hauteurs de la cité ducale.

Jardin Adoué 2

Le jardin fait la part belle aux plantes vivaces (Crédits photo : Monique CHEVRY)

On y trouve près de 2 000 végétaux adaptés au climat rude et contrasté de notre belle région continentale, à la fois des plantes d’hier, dont notamment celles qui ont été créées par les Lemoine père et fils, ainsi que des plantes d’aujourd’hui peu courantes ou mal connues. Véritable lieu de balade suspendu dans le temps, le jardin est l’œuvre de Monique Chevry, ancienne comptable qui, arrivée à la quarantaine, a décidé de complètement changer de vie. Parcelle par parcelle, elle a aménagé un véritable havre de paix d’un hectare avec plusieurs bassins et une roseraie, là où ne poussaient auparavant que les ronces et les noisetiers.

Une des plus belles places d’Europe

Selon un sondage réalisé par le site néerlandais de voyages StedenTripper.com, la Grand-Place de Bruxelles est la plus belle place d’Europe, juste devant la Place Rouge de Moscou et la Place Stanislas à Nancy.

Vingt places avaient pour l’occasion étaient sélectionnées par la rédaction du site. Les 1 019 visiteurs qui ont collaboré à l’enquête ont regardé six photos de chaque place et les ont classées par ordre de préférence. Même si au final les différences entre les trois places les plus populaires ne sont pas grandes, elles terminent loin devant des lieux connus comme Trafalgar Square, la Place Saint-Marc de Venise ou encore la Place de la Concorde à Paris. 

N’en déplaise aux plus sceptiques, la Place Stanislas de Nancy est définitivement l’une des plus belles d’Europe … et du monde. 

Après Metz comme destination incontournable selon le New York Times, le compte est bon pour la Lorraine. Il est maintenant grand temps que les Lorrains prennent conscience de la beauté et de la richesse de leur pays. 

Parcourez la Meuse en vidéos

Plusieurs reportages sur les richesses historiques et gastronomiques de la Meuse ont dernièrement été diffusés sur TF1, notamment une très belle série de 5 vidéos proposant une ballade dans le Pays des côtes de Meuse au milieu de ses vergers et de ses vignes, dans la mystérieuse forêt d’Argonne, dans la vallée de la Saulx, dans le village de Marville et sur le fleuve lui même. Retrouvez cette belle série ainsi que des vidéos sur la truffe de Meuse et sur les maquettes des clochers du département en suivant ces liens.

Voir la série de six reportages vidéos :

- Sur les Côtes de Meuse.

- Sur la forêt d’Argonne.

- Sur la vallée de la Saulx.

- Sur Marville.

- Sur le fleuve.

- Sur la truffe.

- Sur les 580 clochers.

Le Père Fouettard messin aux Etats-Unis ! 

Le Père Fouettard est le sinistre personnage qui accompagne Saint-Nicolas dans ses déplacements, afin de punir les enfants qui n’ont pas été sages pendant l’année. Son histoire est encore profondément ancrée en Lorraine. Le mythe du Père Fouettard prend son origine dans différentes fables. On croit souvent qu’il serait une invention des pédagogues du XVIIIème siècle pour effrayer les garnements et les paresseux. En fait, le personnage naquît lors du siège de Metz par les troupes de Charles Quint au XVIème siècle. Les habitants de la ville assiégée décidèrent de tourner en dérision l’image de l’empereur en brûlant un mannequin à son effigie et en le surnommant « Père Fouettard ». L’influence de la presse américaine fit perdre progressivement les attributs moralisateurs de Saint-Nicolas avec l’abandon de ce personnage effrayant, mais les parents lorrains usent encore de cette légende pour menacer les petits garnements de ne pas recevoir de bonbons et de chocolat à la Saint-Nicolas, ainsi que de cadeaux le soir de Noël.

On retrouve sur cette vidéo d’ABC News le personnage du Père Fouettard à Metz, au milieu de monstres européens hideux (version en anglais)

La Moselle séduit la Belgique 

Le comité du tourisme de la Moselle a dernièrement présenté à des journalistes et voyagistes belges à Bruxelles les atouts et les richesses du département. Les représentants lorrains sont venus expliquer pourquoi la Moselle sera LA destination touristique 2010 avec l’ouverture du Centre Pompidou-Metz et du plus grand Center Parcs d’Europe dans le Pays de Sarrebourg. Le tout dans le somptueux Espace Moselle installé rue des Drapiers, en plein centre de la capitale belge. L’ensemble des participants, près d’une soixantaine de personnes, est ressorti sous le charme. Selon la presse belge, « Metz est souvent considéré comme une ville étape. Mais avec tout ce qu’il y a faire autour, il y a moyen d’en faire une destination moyen séjour ». Les participants sont donc repartis avec une autre image de la Moselle, très loin des clichés français. Le Centre Pompidou va de même constituer un élément moteur et un excellent vecteur de communication.

De même, les Belges ont particulièrement été séduits par la thématique des Jardins sans limite. Il était donc franchement temps de s’ouvrir à la presse belge. Car aussi surprenant que cela puisse paraître, nos voisins ne constituent que la 4ème clientèle étrangère en Moselle. Ils représentent ainsi moins de 5 % des entrées dans les sites touristiques et seulement 18,5 % de la clientèle étrangère à Metz, très loin derrière les Allemands (55 %).

Enfin, en Belgique, la Lorraine est la 8ème destination touristique française. Un vrai potentiel à exploiter, pour changer les choses …

Metz au JT de 13 heures de TF1

La ville de Metz a dernièrement été à l’honneur dans le journal de 13 heures de TF1 présenté par Claire Chazal. Trois reportages sur la première ville de Lorraine de format exceptionnel, dans la mesure où ils dépassaient chacun les 4 minutes, ont été diffusés dans le cadre de la rubrique hebdomadaire « Grand Angle sur … ». Le premier proposa une balade urbaine, culturelle, historique et touristique avec les images de la fameuse cathédrale Saint-Etienne, de quelques monuments du quartier impérial et du Temple Neuf. Le tout sur un fond d’écologie urbaine avec en premier lieu le plan d’eau et le jardin médicinal du cloître des Récollets. Le second reportage fut consacré au futur Centre Pompidou-Metz. En effet, beaucoup de personnes ne savent pas encore qu’à l’image du musée Guggenheim à Bilbao, le modèle parisien s’installe à Metz. Le magnifique bâtiment, déjà une œuvre d’art contemporain en lui-même, devrait servir de point d’ancrage et de formidable outil promotionnel pour les touristes qui passeront par la Lorraine. Enfin, le dernier volet de cette série présenta les préoccupations économiques actuelles avec le départ des militaires. Un nouveau développement économique fut évoqué avec la reconversion des anciennes casernes en logements, bâtiments universitaire, salles de spectacle, … et avec la montée en puissance du technopôle dédié, entre autres, à la communication. 

La rédaction de TF1 avait décidé de choisir Metz justement en raison des iniques et odieuses restructurations militaires et de l’ouverture prochaine du Centre Pompidou-MetzDans l’ensemble, nous avons trouvé que les reportages étaient corrects, malgré quelques erreurs de terminologie récurrentes, comme par exemple : le Centre Pompidou-Metz n’est pas une « annexe » du centre parisien, mais un musée à part entière qui présentera le fond et les collections d’art contemporain de son homologue. De même, il est regrettable que les reportages furent un peu trop « francisés », avec une constante allusion au « long passé allemand de Metz ». Enfin, les marchés de Noël et les illuminations de fin d’année n’ont malheureusement pas été abordés, tout comme les 3 000 ans d’Histoire de la ville. Néanmoins, il ressort de ces trois reportages une très bonne image de la première ville de Lorraine, qui ne pourra que servir à sa promotion. 

Nancy bientôt sur Google Street View 

Street View de Google Maps est une fonctionnalité qui connaît un franc succès sur internet. Elle permet en effet de visualiser, sur son écran d’ordinateur, les rues d’une ville « comme si l’on y était ». Plébiscitée par plus de 20 000 internautes, la place Stanislas de Nancy, joyau architectural du siècle des Lumières, vient dernièrement d’être capturée par un tricycle équipé pour l’occasion. Dans le classement des internautes, la somptueuse place arrive ainsi juste derrière le Mont-Saint-Michel, mais devant le musée du Louvre, les châteaux de Chambord, de Chantilly, de Fontainebleau, le palais des papes à Avignon, ou encore la cité médiévale de Carcassonne. Si la première série de clichés a été réalisée et sera prochainement mise en ligne, une actualisation sera faite par la suite. Un véhicule prendra le relais du tricycle afin de photographier les principales artères de la ville. Les prises de vues, d’une formidable précision, permettent de se rendre compte de la beauté de l’endroit. La cité ducale disposera donc d’un outil promotionnel supplémentaire pour asseoir son rayonnement et attirer les visiteurs.

8 Commentaires pour “La Lorraine vue de l’extérieur”


  1. bloggerslorrainsengages écrit:

    Il y a peu, les Belges ne connaissaient guère de la Lorraine que les Vosges, plutôt en hiver d’ailleurs. Pour les courts séjours et les week-ends, ils s’orientaient généralement vers la Champagne ou l’Alsace.

    Mais, avec l’inauguration du Centre Pompidou-Metz et l’ouverture du plus grand Center Parcs d’Europe dans le Pays de Sarrebourg, les choses ont changé. Le dernier propose un produit spécifique. C’est un peu comparable au Club Med de Vittel, qui marche très bien aussi, car une fois sur place, les clients regardent ce qu’il y a autour.

    Ainsi, en 2010, les Belges ont vu et ont pris conscience que la Lorraine et Metz gagnent à être (re)connus. Car « la ville est belle, et les infrastructures hôtelières et touristiques sont généralement satisfaisantes ».

    Cependant, il fallait bien deux événements à retentissement mondial pour faire de notre belle province une destination touristique à part entière.

    Pour le public belge, la Lorraine ne se résumera plus jamais à une simple région de transit.

  2. bloggerslorrainsengages écrit:

    La place Stanislas de Nancy est arrivée deuxième, juste derrière le Mont Saint-Michel, lors d’une consultation réalisée par Google Maps. Les internautes étaient appelés à se prononcer sur leur site touristique favori dans Street View.

  3. bloggerslorrainsengages écrit:

    Des Lorrains à Rome

    A la fin du XVIIème siècle, il y avait une forte communauté lorraine à Rome. En effet, au retour de la papauté dans la cité éternelle après son exil à Avignon, les Lorrains ont fait partie des curialistes, ces gens qui travaillaient pour le pape, notamment parce qu’ils étaient francophones sans être français. La Lorraine était alors un État souverain. Les artistes et artisans lorrains se rendaient alors à Rome pour se former auprès des maîtres et s’imprégner des ruines des sites du Colisée ou du Panthéon.

    C’est ainsi qu’est née une confraternité mêlant laïcs et clercs, qui s’occupait notamment des jeunes filles à marier en les dotant, ainsi que des intérêts moraux de la communauté. Cette confraternité a quitté l’église Saint-Louis-des-Français pour l’église Saint-Nicolas-in-Agone, située de l’autre côté de la place Navone.

    En ruine, l’église a été reconstruite et placée sous la double protection de Saint Nicolas, le patron des Lorrains, et de Sainte Catherine d’Alexandrie, qui protège les jeunes filles et les veuves nourricières. Initialement entièrement blanche à l’intérieur, l’église a été décorée de 1731 jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, avec des fresques, des peintures et du marbre sur les murs. L’édifice baroque est aujourd’hui choyé par les Amis de Saint-Nicolas-des-Lorrains. Une association de 400 membres qui a son siège à Nancy.

  4. bloggerslorrainsengages écrit:

    Tourisme : Sarreguemines mis à l’honneur

    Sarreguemines a dernièrement reçu un prix au concours Eden qui récompense les destinations européennes d’excellence. Un prix qu’elle doit au Jardin des Faïenciers.

    Dix-sept États membres de l’Union Européenne et trois États candidats participent à ce concours créé en 2007 qui avait pour thème cette année le tourisme et les sites reconvertis. C’est la Piscine de Roubaix qui est le lauréat du concours, devant Le Havre, Cherbourg, Lorient et Sarreguemines. Le jury a en effet eu un coup de cœur pour le port fluvial de la cité lorraine qui fait figure de Petit Poucet de la compétition.

    Sur le site du moulin de la Blies, qui abritait autrefois les puissantes faïenceries, un musée avait déjà été créé, en complément de celui du centre-ville. En 2009, un jardin est venu redonner vie aux vestiges voisins qui étaient laissés à l’abandon sur les bords de la Blies.

  5. bloggerslorrainsengages écrit:

    Des Racines et des Ailes à Metz

    Le prochain numéro de l’émission Des Racines et des Ailes consacre un long documentaire à la ville de Metz. De la Cathédrale Saint-Etienne à Pompidou, elle présente un étonnant voyage dans le temps. En effet, le film sublime Metz et donne envie d’y venir.

    Le génie du Centre Pompidou-Metz, c’est d’abord cette mise en perspective architecturale entre la ville médiévale, la ville allemande et la ville du futur.

    Le film commence par un long travelling aérien. Suivant le cours de la Moselle, la caméra survole la place de la Comédie et le quartier impérial, jusqu’à Pompidou qui, vu du ciel, offre des points de vue étonnants. Un plan fixe ramène ensuite le téléspectateur au sommet de la Tour de la Mutte, pinacle de la cathédrale Saint-Etienne en cours de restauration. Il a fallu plus de 300 ans et des générations de sculpteurs, de maîtres-maçons et de tailleurs de pierre pour édifier cette cathédrale qui abrite la plus grande collection de vitraux au monde sur plus de 6 500 mètres carrés. Une fois passé le portail de la Vierge, le visiteur est aspiré vers les voûtes et le ciel. C’est une expérience assez unique car à Reims ou Notre-Dame de Paris, c’est d’abord le chœur qui attire. Ici, on est propulsé vers les hauteurs !

    Le reportage prend ensuite la direction du quartier impérial et de la gare de Metz, édifiée durant l’annexion sur les instructions de Guillaume II. Une « gare d’apparat », avec ses 400 mètres de façade et son pavillon réservé. Une plateforme stratégique, aussi, capable de faire transiter, en vingt-quatre heures, 750 000 personnes.

    Nouvelle porte d’entrée de l’Allemagne victorieuse, Metz a vu s’édifier autour de ce bâtiment, en son temps honni des habitants, une nouvelle ville construite autour d’un ring, boulevard circulaire dont l’actuelle avenue Foch demeure le fleuron. Des architectes de toute l’Europe ont été invités par l’Empereur à laisser libre cours à leur talent, s’inspirant de tous les styles et de toutes les époques pour faire de ce quartier une promenade pleine de surprises et d’inventions.

    Le documentaire s’autorise, pour finir, une escapade au château de Landonvillers, œuvre typiquement germanique de Bodo Ebhard. Puis, il nous ramène à Metz, au château de Mercy. Un chef-d’œuvre en péril, aujourd’hui encerclé par le chantier du futur hôpital, que la famille Coëtlosquet avait fait construire au début du XXème pour faire la nique à « l’envahisseur ». Les chardons qui ornent la façade, la statue de Jeanne d’Arc qui trône dans les grands salons … Tout, ici, est symbole de résistance. Résistance à une annexion qui, ce n’est pas le moindre des paradoxes, marqua de façon magistrale la ville de son empreinte. C’est cet héritage d’un passé douloureux que Metz souhaite aujourd’hui mettre en avant dans sa candidature pour une inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

    (Source : Le Républicain Lorrain)

  6. bloggerslorrainsengages écrit:

    Décidément, les « journalistes » sont toujours aussi mal renseignés, puisque dimanche soir à 19 h dans une émission traitant du problème des marcheuses Chinoises dans le 10ème arrondissement de Paris on nous expliquait qu’entre 700 et 1 000 femmes originaires de l’ancienne Manchourie fuient la misère de leur région qui est « un peu la Lorraine de la Chine avec un taux de chômage de 70 % ». Bravo et merci pour la comparaison. On savait la Lorraine sacrifiée mais à ce point-là ! Scandaleux, inadmissible et intolérable. Du véritable amateurisme.

  7. bloggerslorrainsengages écrit:

    Le Centre Pompidou-Metz dans le Top 10 des musées les plus spectaculaires du monde

    La société allemande Emporis, spécialisée dans le traitement de données concernant les bâtiments et l’architecture, a recensé les 10 musées les plus spectaculaires au monde. Le Centre Pompidou-Metz (CPM) figure dans cette sélection aux côtés du Musée Guggenheim de Bilbao, du Musée Royal de l’Ontario à Toronto ou encore du Musée d’Art Islamique du Qatar à Doha. Avant, les œuvres d’art étaient dans les musées. Aujourd’hui, les musées sont des œuvres d’art à part entière. Le design permet aux architectes de jouer avec des formes et des styles architecturaux très différents.

  8. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Le magazine Lonely Planet avait classé la Place Stanislas de Nancy quatrième place la plus belle du monde. Stéphane Bern et son émission troisième monument préféré des Français. A présent, c’est Détours en France qui la valorise à nouveau en la désignant « plus belle place de France ».

    « A elle seule, la Place Stanislas, classée à l’Unesco, constitue une raison suffisante de découvrir Nancy. Qu’on la contemple par un beau soir d’été ou par une pluvieuse matinée d’automne, elle provoque le même ravissement. Rien n’est plus harmonieux que ce carré de pavés clairs, clôturé de pavillons d’un classicisme élégant, de grilles d’or et d’un arc de triomphe. L’Opéra national de Lorraine, l’Hôtel de ville et le Musée des Beaux-Arts se partagent cet écrin du XVIIIème siècle, bâti entre 1751 et 1755 par Stanislas Leszczynski. Le bon roi trône, depuis 1831, sur la place qui porte son nom. Le dernier Duc de Lorraine montre du doigt l’Arc de triomphe, ou Arc Héré, qui sépare la Place Stan’ de la Place de la Carrière », peut-on lire sur le site web du magazine.

    Dans le Top 3 des plus belles places de France selon Détours en France, on trouve également La Grand’Place à Lille et la Place du Capitole à Toulouse.


Laisser un commentaire