Centre de ressources numériques sur la Lorraine

PC de Guise, la fin d’une carrière

Enfoui à 70 mètres de profondeur sous une colline de Châtel-Saint-Germain, dont le sommet a été fortifié par les Allemands, avec en particulier les ouvrages de la Folie et de Leipzig, le Poste de Commandement (PC) de Guise a joué un rôle actif pendant la Guerre Froide. Il fut construit entre 1953 et 1958 suite à l’aménagement d’une piste homologuée par l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) sur la Base Aérienne 128 de Metz-Frescaty. Il était en effet essentiel d’attribuer à cette base un site protégé destiné au commandement des opérations de la force aérienne, notamment en cas d’attaque nucléaire. A partir de 1963, le PC servit de point de contrôle de guerre et d’exercices de la défense aérienne, essentiellement pour assurer les transmissions.

L’ouvrage, qui s’étend en souterrain sur 13 hectares, s’organise autour d’un couloir de 400 mètres de long. Il dispose de nombreuses galeries perpendiculaires qui visaient à atténuer le souffle provoqué par une explosion. Les réseaux de refroidissement, d’eau potable, d’électricité et informatiques, ainsi que la canalisation des eaux d’exhaure courent aux plafonds. Une porte antisouffle en acier de 25 cm d’épaisseur se trouve au milieu du couloir. Elle marque l’entrée de la zone protégée. Le sas de décontamination comportait trois compartiments : un pour se déshabiller, un autre pour la douche et un troisième pour se rhabiller. Le PC était équipé d’une centrale électrique et d’un système de ventilation qui pouvaient permettre à 300 personnes de vivre en parfaite autonomie sous terre pendant 21 jours en cas de crise.

Les opérations étaient menées dans la cuve, vaste amphithéâtre de quatre étages aux murs tapissés de cuivre pour se protéger des effets de l’impulsion électromagnétique (IEM), selon le principe de la cage de Faraday. Les cartes d’état-major étaient disposées sur d’immenses tableaux. Les donneurs d’ordres pouvaient également suivre en temps réel sur écrans les opérations en cours. Le général ou le commandant se tenait sur la passerelle au-dessus de la fosse et supervisait l’ensemble. La cuve était dotée d’un système de climatisation différent de celui du reste de l’ouvrage.

Le PC de Guise fut utilisé comme centre de commandement à partir de 1967 par la FATAC (Force Aérienne Tactique). C’est depuis cet ouvrage que furent menées les opérations militaires  françaises durant la Guerre du Golfe de 1990 à 1991, conflit qui opposa l’Irak à une coalition de 34 états.

Après avoir été relocalisé sur la BA 128, le PC resta en fonction jusqu’en 2006. Son démantèlement commença dès 2007 et n’est à ce jour pas encore terminé. Il reste à présent à inventer un nouvel avenir à cette structure qui a achevé sa carrière militaire.

21 mars, 2014 à 21:10


Un commentaire pour “PC de Guise, la fin d’une carrière”


  1. LFEM écrit:

    Bonjour et merci pour le partage de l’histoire de l’ouvrage De Guise inconnu encore ce jour. D’autres fortifications disponible sur http://www.lfem.fr


Laisser un commentaire