Centre de ressources numériques sur la Lorraine

» Catégorie : Transfrontalier


Le Lothringer Platt enseigné à l’Université de Lorraine !

Commentaires » 0

Le Lothringer Platt fait son entrée à l’Université de Lorraine sous la forme de l’une ses trois variantes, à savoir le francique luxembourgeois. Ce dernier est désormais enseigné à Metz aux étudiants du Mastère LEA (Langues Etrangères Appliquées), options affaires internationales et traduction spécialisée. A la fin de leur cursus, ceux-ci sont employables dans de nombreux secteurs d’activités. 40 % d’entre eux partent travailler au Luxembourg dans les banques, dans l’import-export, la communication ou encore les ressources humaines.

L’an dernier, en phase de test, plus de cent étudiants en première année, sur 250 inscrits, ont suivi des cours de Luxembourgeois.

A noter que le collège de Sierck-les-Bains et le Lycée Hélène Boucher de Diddenowen (Thionville) proposent également désormais l’apprentissage de cette langue en option avec un certain succès. Cette dernière, gage d’une meilleure insertion sociale au Grand-duché, est en effet de plus en plus demandée pour travailler au Luxembourg. A compétences égales, elle permet de faire la différence entre deux candidats à l’emploi.

Fin de la double imposition pour les retraités frontaliers

Commentaires » 1

Selon la Convention fiscale franco-allemande de 1959, un travailleur frontalier est imposable dans son pays de résidence. L’Article 14 stipule même que les retraités sont imposés dans le pays qui verse la pension, par conséquent l’Allemagne ici pour les retraités frontaliers lorrains. En réalité, l’Allemagne n’exerce ce droit que depuis 2005, plus précisément depuis la nouvelle loi concernant l’imposition de ces retraites (Alterseinkünftegesetz). C’est la raison pour laquelle les bénéficiaires lorrains de ces pensions doivent déclarer leurs revenus en Allemagne depuis cette date. En 2008, des milliers de frontaliers retraités ont reçu une imposition forfaitaire avec une rétroactivité. Les autorités allemandes leur réclamaient selon les niveaux de retraites entre 1 000 et 8 000 euros. Or les retraités frontaliers déclarent également leur pension allemande avec leurs revenus français au fisc français. Cette déclaration est en effet nécessaire au calcul de la progressivité de l’impôt du foyer fiscal. Par conséquent, malgré le crédit d’impôt, des milliers de retraités frontaliers sont ainsi soumis à une double imposition. Ils sont même depuis 2008 véritablement inondés de courriers administratifs allemands.

Un récent accord entre la France et l’Allemagne a mis fin à cette double imposition aussi traumatisante que préjudiciable financièrement. Celui-ci attribue dorénavant l’imposition exclusive des pensions de source allemande à la France. Autrement dit, l’Allemagne lui cède la souveraineté fiscale dans ces cas précis. Les retraités touchant une pension allemande seront donc à partir du 1er janvier 2016 exonérés d’impôts en Allemagne et n’en paieront qu’en France. En contrepartie, la France s’est engagée à verser une compensation financière à l’Allemagne. Les déclarations restent en attendant valables pour 2014 et 2015.

(Source : RL du 07/04/2015)

Tourisme industriel : création d’une Route du Feu en Moselle et en Sarre

Commentaires » 0

Une Route du Feu a dernièrement été créée en Moselle et en Sarre à l’initiative du SaarMoselle Eurodistrict, afin de développer le tourisme industriel. L’itinéraire comprend dix sites situés de part et d’autres de la frontière. Cette mise en réseau doit permettre de créer une synergie entre chaque site et d’augmenter leur fréquentation respective.

Musée Mine De Wendel Petite-Rosselle

Le Musée de la Mine De Wendel à Petite-Rosselle (Crédits photo : Groupe BLE Lorraine)

En Moselle, le Musée de la Mine De Wendel de Petite Rosselle, le Musée de la Faïence à Sarreguemines, le Musée des techniques faïencières du Moulin de la Blies à Sarreguemines, le site verrier de Meisenthal, la cristallerie de Saint-Louis-lès-Bitche et l’usine Smart de Hambach sont inclus dans cette Route du Feu. Celle-ci devrait prochainement être complétée par une offre d’hébergement et de restauration, ainsi que par un Pass donnant droit à des réductions.

Créé en 2010, le SaarMoselle Eurodistrict vise à promouvoir des actions transfrontalières, à l’image de la ligne de bus Moselle-Saar/Saint-Avold/Sarrebruck et de la Fête transfrontalière du vélo.

Ouverture de la MOSA à Forbach

Commentaires » 0

La création de la Maison Ouverte des Services pour l’Allemagne (MOSA) à Forbach a dernièrement été actée entre responsables mosellans et sarrois. Basée sur le modèle de la Maison du Luxembourg de Diddenowen (Thionville), la structure sera un centre d’information pour toutes les personnes qui cherchent du travail et des renseignements sur le statut social du travailleur frontalier, sur la fiscalité et sur les offres culturelles et touristiques du pays. Elle aura également pour mission d’orienter les entreprises du secteur qui souhaitent développer leurs relations économiques avec la Sarre. L’établissement servira enfin de relais aux nombreuses sociétés allemandes à la recherche de main d’œuvre. De plus en plus de frontaliers sont en effet amenés à venir travailler en Allemagne compte-tenu de la baisse démographique qui touche le pays.

La MOSA s’installera dans les anciens locaux du SYDEME (Syndicat des Déchets de Moselle-Est), en face de la gare de Forbach.