Centre de ressources numériques sur la Lorraine

» Catégorie : Soins


Construction d’un nouveau campus universitaire dentaire et pharmacie à Nancy-Brabois

Commentaires » 2

Après la signature d’un contrat pour bâtir un Pôle scientifique à Metz-Technopôle, l’Université de Lorraine (UL) a dernièrement conclu un nouveau Partenariat Public-Privé (PPP) avec Eiffage pour construire un nouveau campus universitaire dentaire-pharmacie à Nancy-Brabois. L’entreprise est chargée du financement, de la conception, de la construction et de la maintenance des locaux pour une durée de 25 ans.

Deux bâtiments de 4 714 et de 2 678 mètres carrés seront édifiés en bordure de l’Avenue de la Forêt de Haye au niveau de la faculté de médecine pour accueillir respectivement la faculté de pharmacie, qui quittera ses locaux situés Rue Albert Lebrun, ainsi que la faculté d’odontologie, actuellement sise à côté de Sciences-Po Avenue de Lattre-de-Tassigny. Un troisième immeuble de 1 300 mètres carrés sera construit pour abriter les locaux administratifs communs à l’ensemble du campus et un amphithéâtre de 400 places. Une passerelle permettra de relier ce bâtiment aux deux autres édifices. Une nouvelle animalerie de 1 900 mètres carrés devrait également voir le jour d’ici fin 2017 en bordure d’autoroute. Elle est destinée à accueillir les animaux de laboratoire à des fins de recherche médicale. Un parking de 850 places sera par ailleurs aménagé sur le côté droit de l’entrée de la faculté de médecine.

Dans les cartons depuis plusieurs années, ce projet s’inscrit dans le cadre du Plan Campus qui consacre 148 millions d’euros à la Lorraine. Il représente à lui seul 67,3 millions d’euros de cet investissement. Par ce chantier d’envergure, qui devrait débuter en septembre 2016 pour s’achever en mai 2018, l’Université de Lorraine entend poser la première pierre d’un pôle européen de biologie-santé en partenariat avec le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Nancy.

L’Aquagliss de Freyming-Merlebach s’oriente vers le bien-être

Commentaires » 1

Lancés par la Communauté de Communes de Freyming-Merlebach (CCFM), les travaux de l’espace bien-être et détente du Centre nautique de Freyming-Merlebach ont dernièrement commencé. Ils devraient s’achever début 2017.

Créé en 1966, l’équipement a profondément changé au fil des années. Si bien que de la structure originale, il ne reste plus que le bassin intérieur aujourd’hui. Le Centre nautique de Freyming-Merlebach s’est développé en complémentarité de la piscine olympique de Forbach. Après le ludique, il entend désormais se tourner vers la santé et l’entretien du corps.

Le projet représente un investissement de 2,6 millions d’euros. Il s’inspire de ce qui se fait de mieux en la matière. D’une superficie de 500 mètres carrés, le nouvel espace accueillera sur deux étages un lieu de convivialité, une salle de repos musicale avec effets lumineux, un caldarium avec des banquettes chauffantes ou encore une salle d’aromathérapie, de luminothérapie et d’ionisation. Il sera également équipé de deux saunas, un à l’intérieur, l’autre à l’extérieur, d’un hammam, d’une grotte à glace et de douches massantes à effet sensoriel.

Tomothérapie à l’Hôpital de Mercy à Metz

Commentaires » 0

L’Hôpital de Mercy du Centre Hospitalier Régional (CHR) de Metz-Thionville dispose depuis décembre d’un nouvel équipement de pointe dans la lutte contre le cancer : la tomothérapie.

Tomothérapie

Le CHR de Metz-Thionville pratique désormais la tomothérapie à l’Hôpital de Mercy (Crédits photo : Wikipédia)

Il s’agit d’un appareil de radiothérapie d’une extrême précision qui associe la production d’images par un scanner et la production de rayonnements thérapeutiques par un accélérateur de particules. Ce dernier tourne en spirale autour du patient allongé pendant que la table de radiologie avance. L’irradiation est ajustée au cas par cas grâce une modulation d’intensité des rayonnements. Cela permet ainsi de diminuer la dose portée sur des organes sains situés à proximité d’une tumeur. La technique est également adaptative puisque le degré d’irradiation est recalculé selon la taille de la tumeur, appelée à rétrécir après chaque séance de vingt minutes au cours de cinq à sept semaines de traitement.

Cet équipement, qui permet de soigner des cas complexes, a représenté un investissement de 3,5 millions d’euros. Les patients devaient auparavant se rendre à Nancy, Reims ou Strasbourg. 

Autisme : ouverture d’un service spécialisé à Rémelfing

Commentaires » 0

Un Service d’Education Spéciale et de Soins à Domicile (SESSAD) pour enfants et adolescents de deux à vingt ans atteints de Trouble du Spectre Autistique (TSA) a ouvert en octobre à Rémelfing, près de Sarreguemines.

D’une capacité de vingt places, ce service permet un accompagnement diversifié et individualisé dans tous les lieux de vie : crèche, établissements scolaires, domicile, entreprise, clubs sportifs, loisirs, etc. Géré par l’association Envol Lorraine, il est composé d’une équipe pluridisciplinaire constituée d’un neuropsychologue, d’une orthophoniste, d’une psychomotricienne, d’une infirmière, d’éducateurs spécialisés, d’éducateurs de jeunes enfants et d’aides médico-psychologique. L’ouverture du centre a permis de créer douze emplois à temps pleins.

Cryothérapie à Amnéville-lès-Thermes

Commentaires » 0

Le centre thermal Thermapolis d’Amnéville-lès-Thermes a dernièrement investi dans une cabine de cryothérapie. Il est désormais possible de passer trois minutes dans un environnement aspergé d’azote liquide réfrigéré à -150°C en Lorraine. Un effet saisissant.

Le procédé permet de perdre 600 calories rapidement lors d’une cure d’amaigrissement. Le froid raffermit la peau. L’organisme brûle de l’énergie pour le combattre. La cryothérapie est également préconisée comme traitement médical à des patients atteints de maladies inflammatoires, comme la polyarthrite rhumatoïde, la sclérose en plaques, le psoriasis ou encore l’arthrose.

Thermapolis entend aussi attirer des sportifs, dans la mesure où la récupération par le froid est bien connue. Le froid stimule en effet le métabolisme et prévient des blessures. Pendant la séance, le sang est amené en priorité aux muscles qui sont donc régénérés.

A noter enfin qu’une séance de cryothérapie de trois minutes est facturée 50 euros.

Solidarité : le Groupe BLE Lorraine donne des produits médicaux pour soigner les petits Lorrains défavorisés

Commentaires » 2

Conformément à sa mission de servir la Lorraine et les Lorrains, notamment celles et ceux qui sont dans la difficulté, le Groupe BLE Lorraine a dernièrement fait don, via son entité BLE Fondation, de plus de 300 produits et dispositifs médicaux (pansements, sets de soins, bandes de fixation, orthèses, etc.) à la Conférence Saint-Vincent-de-Paul de Forbach, association caritative qui fait partie du réseau de la Société de Saint-Vincent-de-Paul. Cette dernière a pour objectifs d’aider les pauvres, afin de soulager leurs souffrances et de promouvoir leur dignité et leur intégrité humaines.

remise don SSVP

Thomas RIBOULET, Président du Groupe BLE Lorraine, Michel PEXOTO, Président de la Conférence de Saint-Vincent-de-Paul de Forbach et Romuald FALTOT, Secrétaire Général du Groupe BLE Lorraine (Crédits photo : Groupe BLE Lorraine)

Les cartons de produits médicaux ont été remis en mains propres par le Président du Groupe BLE Lorraine, M. Thomas RIBOULET, accompagné du Secrétaire Général du Groupe BLE Lorraine, M. Romuald FALTOT, à M. Michel PEXOTO, Président de la Conférence de Saint-Vincent-de-Paul de Forbach.

Ces dispositifs médicaux de qualité permettront d’aider et de soigner les personnes les plus défavorisées du bassin houiller lorrain, notamment les enfants. Ils ne seront pas de trop à l’approche de l’hiver et alors que l’accès aux soins devient de plus en plus difficile pour de nombreuses personnes.

Selon une étude menée par l’INSEE Lorraine, 327 000 personnes vivaient sous le seuil de pauvreté en Lorraine en 2012, soit 14,6 % de la population. La région de Forbach est particulièrement touchée.

Nouvelle maison médicale à Augny

Commentaires » 2

Une maison médicale flambant neuve devrait ouvrir d’ici la fin du mois de février 2016 à Augny, au Sud de Metz. La nouvelle structure offrira des services et des conditions d’accueil de qualité aux patients de ce secteur en plein développement.

Alors que beaucoup de maisons médicales sont financés par des fonds publics, en particulier par des communautés de communes en milieu rural, à Augny, le projet est porté par les professionnels de la santé. Ces derniers ont constitués une SCIA (Société Civile Immobilière d’Attribution) pour investir les 2,5 millions d’euros nécessaires à cet équipement. Chacun d’entre eux sera propriétaire de son espace. Les parties communes (parkings, couloirs, toilettes, etc.) seront partagées. La maison médicale disposera d’ailleurs de 70 places de stationnement.

La structure devrait accueillir dans un premier temps 17 professionnels de la santé, en plus de la pharmacie. Y seront présents des médecins généralistes, des dentistes, des kinésithérapeutes, une orthophoniste, une podologue, une psychologue et une diététicienne. Le cabinet de kiné sera équipé d’une piscine de balnéothérapie. Seule la Clinique Claude-Bernard de Metz en possède une dans l’agglomération messine.

A noter enfin qu’une extension de 500 à 600 mètres carrés de la maison médicale a été prévue du fait de la construction de nouveaux lotissements.

Construction d’une nouvelle maison de retraite à Boulay-Moselle

Commentaires » 0

Le chantier de la nouvelle maison de retraite baptisée La villa Beausoleil a dernièrement débuté à l’entrée du lotissement des Terres Blanches à Boulay-Moselle. Les travaux doivent s’achever au second semestre 2016.

Cette seconde maison de retraite médicalisée complétera l’offre déjà existante dans la commune avec la résidence Les Lilas Blancs. La nouvelle structure sera ouverte aux seniors des environs qui pourront bénéficier de certains services, comme les repas. D’une capacité de 83 lits, l’EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) disposera aussi de trois lits d’accueil temporaire, de six places en accueil de jour et de 27 lits dédiés aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. 22 appartements en résidence services seront par ailleurs proposés aux seniors autonomes qui n’ont pas besoin d’entrer en maison de retraite mais dont le logement n’est plus adapté.

A noter enfin que l’établissement permettra de créer près de 70 emplois.

Une classe pour enfants autistes créée à Metz

Commentaires » 0

Une Unité d’Enseignement Maternelle Autisme (UEMA) sera créée dès septembre 2015 à l’école La Moineaudière de Metz-Magny. Sept enfants âgés de 3 à 6 ans y seront accueillis. Ils pourront être intégrés, au cas par cas, avec les autres élèves de l’école, notamment durant la récréation et les repas, voire même pendant certains cours. Ils disposeront d’un professeur des écoles spécialisé et de toute une équipe pluridisciplinaire composée de deux aides médico-psychologiques, d’un éducateur jeunes enfants, d’un éducateur spécialisé et de personnel paramédical, dont une psychologue, un orthophoniste et un psychomotricien.

A noter qu’une structure similaire avait été ouverte l’année dernière dans les Vosges.

Biomolécules : signature d’un accord entre PAT et BASF

Commentaires » 0

La start-up lorraine Plant Advanced Technologies (PAT) a dernièrement signé un accord avec BASF, numéro un mondial de la chimie.

Implanté à Laronxe, dans le Lunévillois, PAT cultive près de 200 plantes sur 2,5 hectares de serres. C’est là que sont extraites des racines des végétaux des molécules actives destinées à l’industrie cosmétique, à la pharmaceutique ou encore à l’agriculture. A la différence de ses concurrents, la société ne détruit pas le végétal lors de l’extraction. Par conséquent, la même plante peut être cultivée presqu’indéfiniment avec une productivité extraordinaire. L’entreprise lorraine est la seule au monde à maîtriser cette technologie complexe. La plante est stimulée pour produire les molécules rares recherchée en jouant par exemple sur la nutrition ou le stress hydrique. Le substrat obtenu est ensuite plongé dans différents bains solvants. Dans la mesure où les molécules naturelles ne peuvent pas être brevetées, PAT a déposé à quatre reprises depuis 1999 ses méthodes d’extraction, afin de protéger sa technologie.

Une mystérieuse plante d’Amérique du Sud, baptisée Edulys, fait partie des productions phares de la PME lorraine. Les biomolécules qui en sont extraites entrent en effet dans la composition d’un soin anti-âge de Chanel. Un contrat a  été signé il y a deux ans avec cet acteur majeur du luxe qui parlait alors de « rupture technologique » dans les actifs développés par PAT. Un contrat a également été signé avec un grand nom de l’industrie pharmaceutique qui s’intéresse à des molécules anti-inflammatoires, anti-Alzheimer et anti cancéreuses particulièrement prometteuses.

La petite entreprise a ainsi réussi à industrialiser sa production, au point désormais d’intéresser BASF, désireux de développer sa chimie verte. Le contrat avec le géant allemand permet à PAT de se diversifier dans les biopesticides et la protection des végétaux. Dans ce cadre, BASF testera et validera les propriétés des actifs naturels produits en Lorraine, plus particulièrement leurs caractéristiques phytopharmaceutiques. Généralement, près de 200 000 molécules doivent être testées pour dénicher un actif. Sur une centaine d’extraits transmis par PAT à BASF, un tiers a déjà démontré une activité fongicide. Il devrait néanmoins falloir dix années de recherche-développement avant que BASF, dont l’entité est implantée à Pulnoy, près de Nancy, ne soit en mesure de concevoir de nouveaux pesticides entièrement naturels. Grâce à cet accord, PAT prévoit de son côté de doubler son chiffre d’affaires en un an. La PME affiche déjà une croissance de 1 157 % en dix ans d’existence.

A noter enfin que PAT est à l’origine de la création du consortium BioProLor qui réunit sept entreprises et six laboratoires. Celui-ci vise à créer une filière de production de biomolécules en Lorraine. Environ 200 espèces végétales sont actuellement cultivées par PAT, qui en a testé plus du quadruple.

logo PAT

Maladie d’Alzheimer : un jardin thérapeutique à l’EHPAD de Saint-Quirin

Commentaires » 0

Un jardin thérapeutique a dernièrement été inauguré à l’unité Alzheimer de l’EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) La Charmille de Saint-Quirin, dans le Pays de Sarrebourg.

Ce jardin de 1 200 mètres carrés permet aux résident actifs atteints de la maladie d’Alzheimer des cultiver des fruits et légumes, de récolter des plantes pour la tisane et d’arroser des fleurs. L’espace stimule ainsi leur mémoire et leur sens. Les personnes âgées se sentent revivre grâce à ces petits moments de plaisir. Le jardin thérapeutique aide enfin les résidents à mieux accepter l’entrée en maison de retraite. Cette dernière est en effet souvent vécue comme une trahison et un deuil.

A note que d’autres structures du même genre ont le vu le jour en Lorraine, notamment au CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de Nancy.

De la sève de bouleau pour se soigner en Lorraine

Commentaires » 2

Dans la famille des sèves comestibles il y a celle de l’érable, très sucrée. Mais il y a aussi celle de bouleau. Dans les Vosges, le Jardin de Berchigranges, situé à Granges-sur-Vologne, a récemment innové avec son bar à sève de bouleau. Un concept insolite unique en Lorraine et en France.

bouleau

La sève de bouleau possède de nombreuses vertus (Crédits photo : Arnoldius, Wikipédia)

Plusieurs préparations y sont servies comme le jus pur et frais extrait de l’arbre le matin même, ainsi que le « Berchiboul » avec une note de sirop de sève de bouleau ou encore le « Berchigrog » agrémenté de sève fraiche et de miel de Berchigranges.

En Lorraine, la sève de bouleau est récoltée, notamment dans les Vosges et en Meuse, avec chaudière et chalumeau, comme pour la sève d’érable au Canada. La sève de bouleau a un goût d’eau minérale légèrement sucrée très agréable. Le sirop obtenu par évaporation présente quant à lui une note épicée sur un mélange caramel assez boisé.

Remède naturel purifiant, la sève de bouleau a de nombreuses qualités pour l’organisme. Elle a par exemple une action diurétique et combat les rhumatismes. Elle élimine également les toxines et le cholestérol. Appliquée sur l’épiderme, elle peut aussi soulager certaines brûlures externes et apaiser certaines maladies de la peau. La sève de bouleau a par ailleurs une action fortifiante puisqu’elle contient  des minéraux essentiels comme le calcium, le magnésium, le potassium et le sodium. Elle contient aussi du cuivre, du fer, du manganèse, du zinc, du phosphore, du silicium, du sélénium, du cobalt, du chrome, du lithium et de l’or. Son pouvoir de reminéralisation du corps est favorisé par la présence d’acides aminés, d’enzymes, de flavonoïdes, d’hormones végétales ou encore d’antioxydants. Afin d’être bénéfique en éliminant en profondeur les différentes toxines assimilées par l’organisme, une cure de sève de bouleau doit durer trois semaines. Elle consiste à boire un verre chaque matin à jeun. A noter que la sève doit être conservée à une température inférieure à 4°C pour retarder la fermentation.

L’usage de la sève de bouleau remonte à la nuit des temps. En Lorraine, la tradition d’en consommer s’est transmise essentiellement dans les monastères et les abbayes. De grands médecins du Moyen-âge et de la Renaissance ont en vanté les vertus dans leurs traités de plantes et de médecines. Le bouleau était alors appelé arbre de la sagesse.

12345...11