Centre de ressources numériques sur la Lorraine

» Catégorie : Urbanisme


Construction d’un nouveau campus universitaire dentaire et pharmacie à Nancy-Brabois

Commentaires » 2

Après la signature d’un contrat pour bâtir un Pôle scientifique à Metz-Technopôle, l’Université de Lorraine (UL) a dernièrement conclu un nouveau Partenariat Public-Privé (PPP) avec Eiffage pour construire un nouveau campus universitaire dentaire-pharmacie à Nancy-Brabois. L’entreprise est chargée du financement, de la conception, de la construction et de la maintenance des locaux pour une durée de 25 ans.

Deux bâtiments de 4 714 et de 2 678 mètres carrés seront édifiés en bordure de l’Avenue de la Forêt de Haye au niveau de la faculté de médecine pour accueillir respectivement la faculté de pharmacie, qui quittera ses locaux situés Rue Albert Lebrun, ainsi que la faculté d’odontologie, actuellement sise à côté de Sciences-Po Avenue de Lattre-de-Tassigny. Un troisième immeuble de 1 300 mètres carrés sera construit pour abriter les locaux administratifs communs à l’ensemble du campus et un amphithéâtre de 400 places. Une passerelle permettra de relier ce bâtiment aux deux autres édifices. Une nouvelle animalerie de 1 900 mètres carrés devrait également voir le jour d’ici fin 2017 en bordure d’autoroute. Elle est destinée à accueillir les animaux de laboratoire à des fins de recherche médicale. Un parking de 850 places sera par ailleurs aménagé sur le côté droit de l’entrée de la faculté de médecine.

Dans les cartons depuis plusieurs années, ce projet s’inscrit dans le cadre du Plan Campus qui consacre 148 millions d’euros à la Lorraine. Il représente à lui seul 67,3 millions d’euros de cet investissement. Par ce chantier d’envergure, qui devrait débuter en septembre 2016 pour s’achever en mai 2018, l’Université de Lorraine entend poser la première pierre d’un pôle européen de biologie-santé en partenariat avec le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Nancy.

L’Aquagliss de Freyming-Merlebach s’oriente vers le bien-être

Commentaires » 1

Lancés par la Communauté de Communes de Freyming-Merlebach (CCFM), les travaux de l’espace bien-être et détente du Centre nautique de Freyming-Merlebach ont dernièrement commencé. Ils devraient s’achever début 2017.

Créé en 1966, l’équipement a profondément changé au fil des années. Si bien que de la structure originale, il ne reste plus que le bassin intérieur aujourd’hui. Le Centre nautique de Freyming-Merlebach s’est développé en complémentarité de la piscine olympique de Forbach. Après le ludique, il entend désormais se tourner vers la santé et l’entretien du corps.

Le projet représente un investissement de 2,6 millions d’euros. Il s’inspire de ce qui se fait de mieux en la matière. D’une superficie de 500 mètres carrés, le nouvel espace accueillera sur deux étages un lieu de convivialité, une salle de repos musicale avec effets lumineux, un caldarium avec des banquettes chauffantes ou encore une salle d’aromathérapie, de luminothérapie et d’ionisation. Il sera également équipé de deux saunas, un à l’intérieur, l’autre à l’extérieur, d’un hammam, d’une grotte à glace et de douches massantes à effet sensoriel.

Réhabilitation du puits Sainte-Marthe à Stiring-Wendel

Commentaires » 1

Parallèlement à la création d’un nouvel espace culturel à la Coulée verte, la commune de Stiring-Wendel va réhabiliter l’ancien puits de mine Sainte-Marthe, afin d’en faire un espace d’exposition et d’accueil de manifestations.

Puits Sainte-Marthe Stiring-Wendel

Le puits Sainte-Marthe de Stiring-Wendel (Crédits photos : A. Bourgeois)

Classé aux Monuments Historiques, le puits Sainte-Marthe est l’un des derniers chevalements houillers maçonnés de Lorraine et de France. Il a été bâti entre 1849 et 1852 pour servir à extraire le charbon.

Rappelons que les recherches de charbon dans le sous-sol du bassin furent relancées après la création de la Compagnie des Mines de Schœneck. Lors des travaux de prospection, une veine de charbon fut bien trouvée à Stiring-Wendel, mais ce fut de l’eau qui en jaillit avant tout. Les moyens techniques de l’époque ne permettaient en effet pas de contenir le flux. Si bien que le puits Sainte-Marthe fut utilisé dans un premier temps comme réservoir d’eau pour l’usine sidérurgique, avant d’alimenter la commune jusqu’au début des années 1950. Il fut ensuite abandonné.

Le chantier, d’un montant de 250 000 euros, permettra de préserver ce témoin de l’histoire industrielle de la ville.

Un nouvel espace culturel pour Stiring-Wendel

Commentaires » 0

La commune de Stiring-Wendel, en Moselle-Est, va se doter d’un nouvel équipement culturel, afin de remplacer l’espace actuel Rémy Botz. Inauguré en 1985, ce dernier présente en effet de nombreux défauts. Implanté au centre-ville, il dispose par exemple de peu de places de stationnement. Il souffre également de problèmes d’infiltrations et de chauffage.

Le nouveau complexe, qui aura un toit en partie végétalisé, sera construit à la Coulée verte, près du terrain de football synthétique, à l’emplacement du boulodrome qui sera déplacé. Il aura une capacité d’accueil maximale de 900 personnes dans la grande salle qui comportera des gradins rétractables offrant 400 sièges. La scène, fixe, sera plus spacieuse et ouverte sur l’extérieur grâce aux grandes baies vitrées qui entoureront le bâtiment. Elle donnera sur un amphithéâtre, comparable à celui déjà existant sur le site. Le nouvel équipement abritera également un espace plus petit avec un bar pour accueillir notamment des assemblées générales. Les usagers et les spectateurs bénéficieront par ailleurs d’une centaine de places de stationnement le long de la voie ferrée, près du mini-golf, et autant sur le parking du stade à côté de la salle omnisports. Un parking vert d’une vingtaine de places supplémentaires sera aussi aménagé aux abords de la salle. Il permettra à l’eau de s’infiltrer et d’alimenter les nappes phréatiques au lieu de stagner en surface.

Le nouvel équipement représente un investissement de 3,5 millions d’euros. Un autre million est également prévu pour réaliser les abords. Les travaux doivent commencer en mai pour se terminer fin 2017.

Chaudières à pile à combustible : une maison pilote à Marange-Silvange

Commentaires » 0

Une chaudière à pile à combustible est présentée dans une maison pilote à énergie positive située à Marange-Silvange. Une première en France dans le domaine de la construction neuve individuelle signée Viessmann en partenariat avec Maisons d’en France.

La haute technologie de l’installation permet d’extraire les molécules d’hydrogène, afin d’alimenter le cœur d’une pile à combustible. La réaction électrochimique qui en résulte peut produire en continu pendant vingt heures le chauffage et l’électricité d’une famille de quatre personnes. La chaudière à pile à combustible réduit par ailleurs de 30 % les émissions de CO2, le tout pour une facture de moins de 300 euros par an pour un pavillon de 140 mètres carrés. En attendant une démocratisation de l’appareil, il faut tout de même débourser près de 20 000 euros pour un tel équipement.

Viessmann fabrique déjà des chaudières à pile à combustible pour le marché allemand dans son usine implantée à Faulquemont. Il faut dire que l’électricité est deux fois plus chère dans ce pays qu’en France. La  ville de Forbach est également pionnière en la matière puisqu’une crèche, un logement de concierge et deux autres appartements en cours de rénovation sont dotés d’une pile à combustible.

D’ici quelques années, chacun d’entre nous devrait être son propre producteur d’électricité. Cette autonomie permettrait de suppléer ERDF qui a de plus en plus de difficultés à gérer les pics de consommation. Le surplus produit pourrait ainsi être injecté dans le réseau. A l’avenir, le stockage d’énergie devrait par ailleurs occuper une place importante une fois que des avancées technologiques dans le domaine des batteries auront été réalisées. Viessmann y travaille justement en collaboration avec Panasonic.

Rénovation urbaine à la Cité du Wiesberg de Forbach

Commentaires » 0

Le Sud de la Cité du Wiesberg, à Forbach, s’apprête à être métamorphosé. La Société Nationale Immobilière (SNI) Sainte-Barbe s’est en effet dernièrement engagée dans un programme de réhabilitation de 198 logements qui représente un investissement de 6,7 millions d’euros. Celui-ci porte sur 33 immeubles de six logements chacun.

Un montant de 33 700 euros sera attribué à chaque logement, afin notamment de renforcer l’isolation thermique. Le système de chauffage collectif sera par exemple remplacé par des chaudières à gaz individuelles. Les loggias extérieures, également appelées séchoirs, seront fermées. Des celliers pourront y être créés. La rénovation concerne aussi une remise aux normes électriques et la réfection des colonnes de gaz. Des balcons suspendus seront par ailleurs créés. Les portes de garages seront de même remplacées, les halls d’entrée seront repeints et l’installation de réception télévisuelle sera refaite.

A noter que l’architecture Emile Aillaud qui caractérise la Cité du Wiesberg, classée patrimoine du XXème siècle, sera préservée. Les façades des immeubles arboreront prochainement du rouge brique, du gris, du bleu foncé et un peu de violet.

Le bailleur social espère clôturer cette première tranche pour octobre 2016. Une seconde campagne de travaux similaires est en effet envisagée pour 198 autres logements du Wiesberg après 2016.

Un nouveau McDonald’s dans l’agglomération nancéienne à Heillecourt

Commentaires » 0

Le dixième restaurant McDonald’s de l’agglomération nancéienne ouvrira ses portes le 22 décembre à Heillecourt, derrière le magasin Botanic, à proximité de l’autoroute A330 et de la zone d’activités d’Houdemont. Cet emplacement stratégique était convoité par plusieurs enseignes de restauration rapide.

La direction annonce un McDonald’s de dernière génération, où l’expérience client a été complètement repensée. Commande en ligne, bornes de commande et nouvelle disposition du comptoir doivent en effet permettre une meilleure fluidité de service. La nouvelle enseigne proposera également le service à table grâce à un système de géolocalisation qui permettra aux serveurs de retrouver facilement les clients installés en salle. La cuisine de l’établissement a par ailleurs été conçue de manière ergonomique pour le confort des salariés.

Le McDonald’s de Heillecourt dispose en outre d’un Salad Bar proposant six recettes préparées à la demande, ainsi que d’une nouvelle machine à glace offrant une gamme plus large. La création de l’établissement a permis de recruter 45 personnes en CDI.

A noter enfin que le restaurant a été doté d’une pompe à chaleur, d’un éclairage basse consommation grâce à des ampoules LED et à l’automatisation des lumières, ainsi que d’une cuve de récupération des huiles de fritures usagées qui, une fois collectées, seront recyclées en biocarburant.

Mcdonalds_France_2009_logo.svg

Nancy : la nouvelle Place Thiers dévoilée

Commentaires » 0

Après plusieurs années de réflexion et trois ans de travaux, la nouvelle Place Thiers a dernièrement été rendue aux piétons.

L’espace a été conçu sur deux niveaux avec un parvis supérieur dédié aux cheminements des piétons et des vélos et un parvis inférieur dans l’ancien niveau -1 du parking souterrain qui a été complètement réaménagé. Le parking donne en effet désormais directement accès aux quais de la gare grâce à un tunnel. Il comprend 447 places de stationnement pour les voitures, 240 places pour les vélos et les motos, une station de taxis de 40 places et 72 places de dépose minute. Des places de parking équipées de bornes de rechargement destinées aux voitures électriques ont également été créées à chacun des trois étages.

La reconfiguration de la Place Thiers, qui a fait disparaître les escaliers et les trémies, a représenté un investissement de 28 millions d’euros.

Le sol de la place est composé de dalles dans lesquelles sont incrustés 756 pavés de verre colorés antidérapants évoquant l’art de l’Ecole de Nancy. A l’intérieur du parking, l’éclairage est sublimé durant la journée par ces pavés colorés. A l’extérieur, sur la place, les pavés reflètent de nuit l’éclairage présent à l’intérieur de l’ouvrage. Plus on se rapproche de la gare, plus le nombre de pavés bleus, jaunes ou encore rouges augmente.

D’ici le printemps, des bancs arrondis en inox inspirés de l’Ecole de Nancy seront installés et éclairés. La façade de la gare devrait également être rénovée par la SNCF qui aménagera parallèlement un nouvel espace d’attente plus grand et plus confortable et renforcera la signalétique à destination des voyageurs. Afin de rendre la Place Thiers moins minérale, 200 arbres devraient de même être plantés sur son pourtour à terme.

A noter enfin qu’un poste de commandement a été installé dans le parvis inférieur, du côté de la Rue Crampel. Celui-ci a pour mission de contrôler sans interruption l’organisation des parkings souterrains du centre-ville de Nancy, ainsi que des caméras de vidéo-surveillance du quartier.

Reconstruction du Pont de Rosbruck

Commentaires » 1

Après sept mois de travaux, le nouveau Pont de Rosbruck, qui enjambe cinq voies ferrées, a été ouvert à la circulation début novembre. Il a été entièrement reconstruit. L’ancien ouvrage, qui datait du début des années 1950, était devenu trop fragile. Seuls les véhicules légers étaient encore autorisés à le franchir. Cette opération d’envergure de déconstruction-reconstruction, très complexe, a représenté un investissement de près de cinq millions d’euros. 14 000 usagers traversent quotidiennement le pont entre Rosbruck et Morsbach sur la RD 603.

Une nouvelle tour futuriste pour l’agglomération de Nancy

Commentaires » 2

Une tour à l’architecture futuriste et audacieuse sera construite à Laxou à l’entrée Ouest de Nancy. Le chantier devrait débuter d’ici quelques semaines et s’achever à l’été 2017.

Tour Oméga Nancy

La future Tour Oméga à Laxou (Crédits image : ADIM Est)

Baptisé Tour Oméga, l’immeuble de 28 mètres de haut accueillera 4 800 mètres carrés de bureaux sur sept étages. Il disposera également d’un parking souterrain de 115 places. Le bâtiment, qui représente un investissement de 11,5 millions d’euros, bénéficiera d’un emplacement privilégié non loin de l’autoroute A31 et à côté du siège de la banque CIC de 25 mètres de haut et de la Tour de Beauregard de 40 mètres de haut. Situé en haut de l’Avenue de Boufflers qui permet de rejoindre le centre-ville de Nancy, l’ensemble s’inscrit dans le réaménagement complet du site de 4,5 hectares de l’ancienne institution Saint-Joseph. Entièrement privé, le projet porte au total sur la réalisation de 15 000 mètres carrés de bureaux, de 18 000 mètres carrés de logements avec des commerces de proximité en rez-de-chaussée, ainsi que d’une résidence séniors d’une superficie de 5 000 mètres carrés.

A noter enfin qu’à l’arrière du site, le long de la Rue Sidney Béchet, six bâtiments abritant 82 logements seront également construits. Les travaux pour bâtir 64 logements et 93 places de stationnement, en bout de terrain, Allée de la Woëvre, ont quant à eux déjà commencé.

Construction d’un Pôle scientifique à Metz-Technopôle

Commentaires » 0

Deux bâtiments d’une superficie totale de 9 700 mètres carrés sont en train de s’élever à côté de l’Institut Polytechnique d’Etudes Franco-allemandes et de Management (IPEFAM) sur le Technopôle de Metz. Ils accueilleront l’Unité de Formation et de Recherche en Mathématique Informatique et Mécanique (UFR MIM), dont les 170 personnels et 950 étudiants quitteront à la rentrée 2017 le siège historique situé à l’entrée du Campus du Saulcy. Le complexe comprends deux corps de bâtiments qui grimpent jusqu’à quatre étages. L’un est destiné aux laboratoires et à la plateforme technico-mécanique, l’autre à l’administration et aux enseignements pédagogiques. L’ensemble disposera d’un jardin en partie basse.

Non loin de là, un autre immeuble est en cours de construction Route d’Ars-Laquenexy entre l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers (ENSAM) et l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Metz (ENIM). Il s’agit du Laboratoire d’Etude des Microstructures et de Mécanique des Matériaux (LEM3) qui est une structure commune à ces deux écoles et à l’Université de Lorraine (UL), dont il est l’un des fleurons. Les 180 personnes qu’il abrite, dont la moitié de doctorants, quitteront également l’Ile du Saulcy à la rentrée 2017. Le nouveau bâtiment de 3 100 mètres carrés de superficie disposera d’une plateforme technologique dédiée aux matériaux et de quatre niveaux réservés à l’administration et aux bureaux.

Les chantiers du LEM3 et du MIM devraient être achevés au printemps 2016. La construction de ce Pôle scientifique représente un investissement de 38,7 millions d’euros. Il est financé via un partenariat public-privé conclu entre l’Université de Lorraine et le groupe Eiffage, dans lequel l’UL s’est engagé à reverser une redevance pendant 25 ans.

A noter enfin qu’à proximité, le chantier de l’Institut de Recherche Technologique Matériaux, Métallurgie et Procédés (IRT M2P) a commencé.

La FNAC s’installe en gare de Metz

Commentaires » 0

Déjà implantée au sous-sol des Galeries Lafayette, la FNAC (Fédération Nationale des Acheteurs Cadres) a dernièrement ouvert une nouvelle enseigne complémentaire à la gare de Metz. Celle-ci propose un condensé du magasin principal destiné à une clientèle mobile. On peut par exemple y trouver des livres et des accessoires de voyage, des gadgets électroniques, des bandes dessinées, des jouets et des coffrets.

Le hall des départs de la gare de Metz a quelque peu changé de physionomie. Le Relais H a ainsi regagné son emplacement d’origine et s’est associé à la FNAC pour reconvertir la somptueuse librairie Payot, dont les proportions et les lustres en font un lieu remarquable.

L’enseigne FNAC de la gare de Metz est ouverte les dimanches et les jours fériés de 7 h à 20 h, histoire de se calquer sur les horaires des voyageurs et sur les flux de transports. Le nouveau magasin, d’une surface de vente de 350 mètres carrés, constitue la sixième ouverture d’une FNAC dans une gare en France.

logo FNAC

12345...42