Centre de ressources numériques sur la Lorraine

» Catégorie : Numérique


Découvrez notre nouveau site internet !

Commentaires » 1

Le Groupe BLE Lorraine fait peau neuve ! Découvrez dès à présent notre nouveau site internet en cliquant ici.

nouveau site internet BLE Lorraine

Il était temps de faire évoluer notre média, afin de rester compétitifs et attractifs dans un secteur de l’information de plus en plus concurrentiel, en proposant une solution dynamique et interactive à la pointe de la technologie.  

Après huit ans de bons et loyaux services, le site historique du Groupe BLE Lorraine devient BLE Archives, un Centre de ressources numériques sur la Lorraine entièrement gratuit à la disposition du grand public, des universitaires et des chercheurs.

BLE Lorraine TV : un nouveau site pour magnifier la Lorraine !

Commentaires » 0

Quelques semaines après la refonte de BLE Fondation, le site BLE Web TV a lui aussi été complètement revu pour devenir BLE Lorraine TV. L’architecture générale, les couleurs principales et le thème ont été conservés, afin de créer un esprit corporate standardisé. Le site, qui s’adapte automatiquement à tous les supports (ordinateurs, tablettes, smartphones), se veut être une vitrine numérique de la Lorraine.

BLE Lorraine TV

Plus ergonomique, dynamique et interactif, BLE Lorraine TV propose un contenu riche et diversifié. Plus de 1 000 vidéos de qualité, en grand format et classées par thèmes, permettent ainsi de (re)découvrir et de magnifier notre belle région. L’idée est en effet de présenter les meilleurs vidéos sur la Lorraine postées sur You Tube et Dailymotion. Leur visionnage sur BLE Lorraine TV est d’ailleurs directement comptabilisé sur ces plateformes. Les visiteurs peuvent également les partager avec leurs amis sur leurs réseaux sociaux et professionnels.

Selon le Président du Groupe BLE Lorraine, M. Thomas RIBOULET, la restauration complète de BLE Lorraine TV constitue « une nouvelle étape de franchie dans la réorganisation et l’expansion du Groupe BLE Lorraine. Ce n’est d’ailleurs pas fini puisque d’autres projets importants sont actuellement en cours de développement, afin de rendre nos médias toujours plus qualitatifs et attractifs ».

Nancy : WAZA veut favoriser l’innovation collaborative entre entreprises et étudiants

Commentaires » 0

La startup nancéienne WAZA entend révolutionner l’éducation supérieure. Elle a pour cela développé une plateforme qui répond à l’enjeu de l’innovation collaborative entre les organismes d’enseignement supérieur et les entreprises. Baptisée WAZA Education, celle-ci propose un espace intégré de mise en relation, de collaboration et d’évaluation des projets. L’idée est en effet de relier les sociétés qui ont des besoins de recherche et de développement avec des établissements de formation en manque de projets pour leurs étudiants.

Il faut savoir que 40 % des étudiants travaillent aujourd’hui sur un projet piloté par une entreprise. Parallèlement, 57 % des entreprises souhaitent travailler avec des étudiants mais rencontrent des difficultés pour entrer en relation avec eux et leur établissement de formation. WAZA permet à ces publics de se rencontrer. A la fin de la mission, la startup émet une fiche d’évaluation qui permet aux professeurs d’apprécier le travail réalisé par l’étudiant.

Plus de 120 projets sont actuellement proposés par la plateforme et 700 étudiants y sont inscrits. WAZA connaît depuis deux ans une croissance de 30 %. La startup, qui emploie désormais cinq personnes et qui est accompagnée par le Pôle Entreprenariat Etudiant de Lorraine (PEEL) de l’Université de Lorraine, était présente en novembre dernier au Websummit de Dublin, afin d’y présenter son innovation pédagogique. Rappelons qu’il s’agit du plus grand salon européen professionnel consacré à la technologie et à l’innovation. Il réunit chaque année plus de 30 000 personnes.

logo WAZA

Digitsole : des baskets connectées qui s’attachent toute seules made in Lorraine

Commentaires » 0

La startup lorraine Digitsole, basée à Nancy, continue d’innover. Après sa fameuse Glagla en 2014, elle a dernièrement présenté au Consumer Electronics Show (CES), le salon mondial de l’électronique grand public qui se tient à Las Vegas, sa « Smartshoe 01 », une paire de baskets connectées capables de s’attacher automatiquement.

Digitsole rend ainsi hommage à Retour vers le futur. En effet, dans le second volet de la célèbre trilogie sorti en 1989, le héros Marty McFly, interprété par Michael J. Fox, voyage dans le temps pour atterrir le 21 octobre 2015 dans un monde où les voitures volent et où les chaussures se lacent toutes seules.

La Smartshoe 01 n’a cependant en réalité pas de lacets, mais une large languette qui se relève et s’abaisse automatiquement, afin de serrer ou de desserrer la chaussure. Elle se contrôle depuis un smartphone ou par simple commande vocale. Les baskets présentent également d’autres fonctionnalités. Elles sont en effet chauffantes, calculent les distances et les calories, mesurent l’amorti ou donnent encore la posture. Selon Digitsole, la batterie de la chaussure dispose de plusieurs jours d’autonomie et se recharge sans fil via  une petite base spécialement conçue.

A noter enfin que ce prototype, qui prouve que la société lorraine maîtrise la technologie, devrait être commercialisé d’ici la fin de l’année en série limitée avec un design amélioré dans des boutiques huppées aux Etats-Unis, en Chine et en Europe. Le prix annoncé de la Smartshoe 01 est de 450 euros.

logo Digitsole

WebForce3 jette les bases d’un campus numérique rural lorrain à Piennes

Commentaires » 0

L’antenne lorraine de WebForce3 s’installera en janvier 2016 dans les locaux de la société NumériCALL, situés à Piennes, dans le Pays-Haut. La première franchise de l’école parisienne créée par Alain Assouline entend devenir la pierre angulaire du premier campus numérique rural en France.

Un ancien magasin de meubles d’une superficie de 1 000 mètres carrés accueillera une promotion de 18 stagiaires qui y suivront des formations d’intégrateurs et de développeurs web et mobiles. L’idée est de proposer un parcours adapté à des jeunes ayant décroché du cursus universitaire et à des passionnés d’informatiques, diplômés ou non, ainsi qu’aux salariés concernés par les mutations numériques de leurs métiers.

NumériCALL proposera des équipements de haut niveau et un hébergement semi-rural à des tarifs très attractifs. L’école sera ainsi dotée du très haut débit à 100 Mb/s et sera équipée d’espaces de co-working, d’un fab-lab, d’un web café et d’un espace public répondant aux meilleurs standards mondiaux.

logo WebForce3

Tracip, référence de l’investigation numérique

Commentaires » 0

Implanté à Messein, près de Nancy, Tracip (Traces, indices et preuves) est le premier laboratoire d’investigation numérique en France pour les grands groupes et la justice. L’entreprise travaille sur les affaires judiciaires les plus retentissantes depuis plus de dix ans. Elle est régulièrement sollicitée par les juges d’instruction de Metz et de Nancy.

Créée en 1994, Tracip était spécialisé à l’origine dans la récupération de données informatiques. La société a depuis étendu son champ d’action. Les disques durs abîmés, portables, téléphones et autres GPS sont décortiqués et analysés dans sa salle blanche. Tracip, qui emploie 17 personnes, a réalisé un chiffre d’affaires de trois millions d’euros en 2014.  

L’entreprise lorraine a par ailleurs conçu le premier laboratoire mobile d’investigation numérique. Présenté en 2012 au Salon Eurosatory à Paris, ce véhicule unique au monde de dix mètres carrés, baptisé Mobil IT, est un véritable concentré de technologie. D’une valeur supérieure à 600 000 euros, l’engin permet de réaliser les mêmes opérations de récupération de données que le laboratoire de Messein. Une mini-salle blanche y a été aménagée avec une hotte à flux laminaire, c’est-à-dire anti-poussière. Ce laboratoire mobile peut ainsi faire gagner un temps précieux en analyse aux enquêteurs.

En partenariat avec le LORIA (Laboratoire Lorrain de Recherche en Informatique et ses Applications), Tracip devrait lancer dans les prochaines semaines une start-up destinée à créer une nouvelle génération d’anti-virus. Baptisé 3CIN, le projet vise ainsi à monter un Centre civil de sécurité informatique et d’investigation numérique. Puissante structure créée en 2010 dans l’agglomération nancéienne, le LORIA est un laboratoire de haute sécurité unique en Europe qui étudie et traque les virus informatiques. Connecté au black net, le LORIA a été le premier laboratoire à s’intéresser à la recherche des pédophiles en collaboration avec la gendarmerie.

logo Tracip

Un laboratoire lorrain en pointe sur la cybersécurité

Commentaires » 1

Situé à Vandoeuvre-lès-Nancy et à Villers-lès-Nancy, le LORIA (Laboratoire Lorrain de Recherche en Informatique et ses Applications) est un laboratoire de haute sécurité unique en Europe, voire même au monde, dans le domaine académique. Créé en 2010, il compte parmi les plus importants centres de recherche en informatique générale en France. Ses missions consistent à traquer, surveiller et analyser les virus informatiques. Pour cela, comme en microbiologie, ses équipes de chercheurs officient en milieu confiné, de manière à être complètement isolées des réseaux pour ne pas les contaminer. 

Dans le sillage du LORIA, Nancy travaille actuellement de concert avec Sarrebruck pour obtenir l’implantation du laboratoire de recherche européen sur la cybersécurité. Ce projet unique rassemblerait 400 chercheurs.

logo LORIA

Numérique : la Lorraine décroche le label French Tech

Commentaires » 0

Porté par le Pôle métropolitain du Sillon Lorrain, composé des villes de Metz, Nancy, Diddenowen (Thionville) et Epinal, le dossier Lor’N’Tech a dernièrement obtenu le label French Tech, la marque française de l’économie innovante. Cette distinction vient couronner le dynamisme de la Lorraine. L’écosystème numérique de notre région et le vivier de start-ups qui l’accompagne sont donc désormais reconnus en France et à l’international. Gage de qualité, le label French Tech vise en effet à donner de la visibilité aux territoires qui en sont détenteurs. En Lorraine, le secteur du numérique compte selon les estimations près de 2 000 entreprises et emploie plus de 10 000 personnes.

Outre Lor’N’Tech, les dossiers de Brest Tech Plus, Normandy French Tech et French Tech Côte d’Azur ont été récompensés. Quatre labels thématiques ont par ailleurs été attribués à titre pilote pour l’Alsace (MedTech), Avignon (CultureTech), Saint-Etienne (DesignTech) et Angers (IoT-Tech). La ville américaine de New-York a aussi été labellisée.

A noter enfin que les agglomérations d’Aix-Marseille, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Nantes, Montpellier, Paris, Rennes et Toulouse avaient déjà décroché le précieux label en novembre 2014.

logo Lor'N'Tech

Aménagement du sentier du héron à Sarreguemines

Commentaires » 0

Le sentier du héron a dernièrement été inauguré sur l’ancien chemin de halage en plein centre de Sarreguemines. Doté de panneaux explicatifs sur la faune et la flore locale et de lunettes d’observation postées le long de la Sarre, il propose sur 1,5 km de mieux connaître cet animal emblématique de nos contrées, ainsi que d’autres oiseaux qui vivent dans le même environnement. Les panneaux ont été rédigés en français et en allemand. Ils arborent également des flash codes qui renvoient les visiteurs sur un site internet donnant plus d’informations sur la cité des faïences et la nature. A noter enfin que le sentier du héron a représenté un investissement de 200 000 euros.

Amnévillous : des citoyens masqués dénoncent des erreurs de gestion à Amnéville

Commentaires » 2

Sous le modèle des Anonymous, de mystérieux défenseurs de la démocratie et de la transparence dénoncent des dysfonctionnements et des errements dans la gestion de la commune d’Amnéville-lès-Thermes et de ses différentes entités, dont notamment le Pôle thermal, le Galaxie et le Snowhall. La fermeture du Musée de la Moto et du Vélo, la récente augmentation des impôts, la situation financière délicate de la ville, ainsi que des situations de favoritisme sont également évoqués.

Amnévillous

La quatrième vidéo des Amnévillous est consacrée aux salaires des directeurs des « satellites » communaux (Crédits photo : Amnévillous)

Les vidéos publiées par le groupe sur Dailymotion font la part belle à la mise en scène. Le ton monocorde et le découpage des syllabes de la voix masculine renforcent la théâtralité de l’instant.

La sphère politique de Stahlheim est vraiment un monde un part, symbolique, mais aussi au centre d’importants enjeux financiers depuis la reconversion de l’ancienne cité sidérurgique en ville thermale et touristique.

Si les déclarations et les annonces des Amnévillous étaient confirmées et corroborées, un grand coup de ménage s’imposerait à Amnéville. Nos concitoyens sont en effet en attente de transparence et de vérité, d’autant plus en période de restrictions budgétaires.

De Bure à Amnéville le cas échéant, la Lorraine en a besoin, plus que jamais.

Développement d’efluid à Metz

Commentaires » 1

Fort du succès rencontré en France par son logiciel de gestion, la société efluid, créée le 1er janvier 2013, est en plein développement. D’une cinquantaine d’employés à ses débuts, elle en compte à présent près de 120 et entend atteindre les 250 d’ici 2023, voire peut-être avant. Si bien qu’aujourd’hui, cette filiale de l’UEM (Usine d’Electricité de Metz) manque de place.

Un nouveau bâtiment, situé derrière le siège actuel de l’UEM, est donc en construction. Le chantier a commencé il y a trois mois. La structure, d’une superficie totale de 4 500 mètres carrés, comprendra quatre niveaux et parking souterrain. L’immeuble répondra aux normes BBC (Bâtiment Basse Consommation). Il pourra accueillir 220 salariés d’efluid, avant une prochaine extension si nécessaire, à partir de juillet 2016, date à laquelle il devrait être terminé. L’opération représente un investissement d’onze millions d’euros, intégralement financé sur fonds propres. Il faut dire qu’efluid a réalisé en un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros en 2014.

Développé par une dizaine d’informaticiens de l’UEM, efluid permet de gérer la relation client du premier contact au recouvrement. Le logiciel a été retenu par ErDF dans le cadre du déploiement du compteur intelligent Linky. Une vingtaine d’entreprises locales de distribution, dont une quinzaine en Moselle, ont par ailleurs été séduites par cette solution innovante. Paramétrable et adaptable, efluid s’adapte tout aussi bien au marché de l’électricité qu’à celui du gaz. Le logiciel a enfin été conçu pour être traduit dans d’autres langues, afin de viser l’international, même si dans un premier temps il entend s’exporter dans les pays francophones et en Afrique.

logo efluid 

Création du Route du Fer numérique dans la Vallée de la Fensch

Commentaires » 0

Les petites maisons de mineurs alignées sont caractéristiques de l’urbanisme dans la Vallée de la Fensch. La Cité Gargan de Hayange est d’ailleurs l’un des plus anciens exemples d’urbanisme industriel en France. Pensée par les maîtres des forges, elle résume parfaitement le paternalisme d’alors : une hiérarchie dans l’habitat mais des ouvriers et des patrons ensemble face au haut-fourneau, leur mère nourricière.

Chapelle des mineurs Cité Gargan Hayange

La Chapelle des Mineurs, Cité Gargan, à Hayange (Crédits photo : Wikipédia)

Une application pour Smartphones sera disponible d’ici la fin de l’année 2015 pour raconter cette aventure industrielle et humaine. Cette Route du Fer numérique sera accompagnée de panneaux physiques. De nombreux paysages naturels, à l’image par exemple des prairies calcaires d’Algrange, seront également mentionnés. Le parcours sera ainsi l’occasion de découvrir un visage méconnu de la Fensch, qui ne finit jamais de surprendre ses visiteurs.