Accueil Actualité Tourisme en Lorraine : un premier bilan déjà satisfaisant

Tourisme en Lorraine : un premier bilan déjà satisfaisant

13 min lues
0
0
5

Alors la crise laissait pressentir de sombres perspectives pour le tourisme, notre belle province a au contraire connu une bonne fréquentation. Cette année, bien que les hôteliers fassent plutôt grise mine, les campings affichent quant à eux un sourire rayonnant. De même, au moment où les différents offices de tourismes annonce une hausse de leur fréquentation, les restaurateurs parlent eux d’une certaine stabilité. Quand on les interroge sur l’impact du TGV Est, 75% des professionnels du tourisme interrogés ne lui attribuent aucune incidence sur leur activité. Ce résultat constitue donc un léger mieux, dans la mesure où ils étaient, l’été précédent, près de 90% à en déplorer l’absence d’incidence sur leur fréquentation. Mais il est tout de même difficile de pondérer un tel impact entre effet psychologique et attentes espérées. En outre, ce premier bilan touristique dans notre belle province permet de confirmer une tendance qui s’accentue chaque année, à savoir le fait que le démarrage de la saison estivale commence maintenant dès la fin du mois de juin et non plus mi-juillet comme c’était encore le cas il y a quelques années. En outre, pour ce qui est de la clientèle étrangère, les Belges et les Allemands confirment cette saison encore leur goût pour la Lorraine. Ils permettent ainsi de compenser le retrait des Néerlandais. Ceci vient donc récompenser les efforts marketing déployés en direction de nos amis belges, qui constituent selon les avis des responsables lorrains une « clientèle fort sympathique, généralement fidèle, qu’il convient de savoir retenir ». 

Si l’on entre maintenant plus en détail et que l’on observe la fréquentation de quelques sites emblématiques de notre belle province, on constate bien évidemment que le pôle thermal et touristique d’Amnéville-les-Thermes reste l’une des principales locomotives. Cette dernière étant maintenant remarquablement complétée par le parc d’attractions et de loisirs Walygator à Maizières-lès-Metz, qui affiche une certaine embellie du nombre de ses visiteurs. Le parc attend d’ailleurs pour la saison prochaine un nouveau manège unique en Europe représentant un investissement de 12 millions d’euros. En outre, la magie de Stanislas opère toujours en Lorraine, que ce soit du côté de la somptueuse place du même nom à Nancy, qui reste une valeur sûre, ou, plus récemment, du château de Lunéville, qui devient une étape de plus en plus incontournable. Son dramatique incendie en 2003 l’ayant peut-être popularisé. Un mal pour un bien au final, d’autant plus que le château s’offre une véritable cure de jouvence en constituant le plus grand chantier patrimonial d’Europe. Non loin de là, la colline de Sion et la cathédrale de Toul confirment leurs bons résultats. En Moselle, cet été fut particulièrement riche en expositions. Et le moins que l’on puisse dire c’est que cela a attiré énormément de monde, notamment à Vic-sur-Seille autour de l’exposition consacrée à l’artiste lorrain Emile Gallé installée au musée Georges de La Tour, où plus de 45 000 personnes, dont beaucoup d’étrangers venus d’Europe du Nord, s’y sont pressés. Bon pour l’image de la Lorraine. Le musée voisin du sel de Marsal a d’ailleurs profité de l’occasion pour s’affirmer davantage. L’exposition sur Napoléon au château de Malbrouck à Manderen fut elle aussi un véritable succès, puisque près de 60 000 visiteurs sont venus la découvrir. Mais c’est dans le Pays de Bitche que la fréquentation touristique a été la plus sensible et plus particulièrement au Moulin de la Blies à Sarreguemines, qui abrite le musée de la faïence. L’ouverture du Jardin des Faïenciers a en littéralement fait exploser le nombre de visiteurs enregistrés. Près de 11 000 en deux mois, ce qui représente un hausse de 430 % par rapport à l’an passé ! La fréquentation de la citadelle de Bitche a également progressé avec beaucoup plus de touristes allemands et alsaciens que par le passé, tout comme pour le Jardin pour la Paix et le musée du cristal de Saint-Louis-lès-Bitche. De plus, dans le Pays de Sarrebourg et pour la première fois depuis sa création, le parc animalier de Saint-Croix a franchi la barre symbolique des 200 000 visiteurs, avec plus de 230 000 personnes accueillies. Ce succès historique, le parc le doit notamment à un public de passionnés, comme en atteste les 7 000 abonnés qui ont achetés un « pass annuel ». Non loin de là, le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller continue d’attirer les touristes par cars entiers. Enfin, le classement des fortifications Vauban et de la ville neuve de Longwy au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO commence à faire venir du monde avec plus de 9 000 visiteurs dont quelques 800 étrangers venus du Benelux, d’Italie et d’Allemagne, malgré une baisse relative de la fréquentation du musée des Emaux. 

La Meuse reste quant à elle le symbole du tourisme de mémoire. Ainsi, les champs de bataille 1914-1918 de Verdun et de la zone rouge restent le point de passage obligé pour les voyageurs du monde entier, tant les sites et leurs combats sont mythiques dans la tête des gens. Les touristes s’aperçoivent en même temps que la ville de Verdun est loin d’être une ville morte et possède au contraire de nombreuses richesses : cathédrale, citadelle souterraine, centre mondial de la Paix dans l’ancien Palais épiscopal, portes du Moyen-âge, quais fleuris le long de la Meuse, musée de la Princerie,… En outre, depuis cette année, ils peuvent désormais découvrir les environs à bord d’un bateau de croisière en suivant les méandres de la Meuse. Un véritable succès. Un peu plus au Nord, à Stenay, le musée européen de la bière voit sa notoriété grandir d’année en année du fait de son excellent référencement dans les guides de voyages étrangers, au point d’être devenu un centre d’attraction essentiel du département. Le tourisme meusien jouit maintenant de l’attrait que constituent des rendez-vous devenus incontournables comme le fameux son et lumière de la bataille de Verdun intitulé Des Flammes à la Lumière ou encore le village des vieux métiers à Azannes. Les responsables meusiens cherchent donc maintenant à diversifier encore plus leur offre touristique, dans le but avoué de susciter des séjours plus longs. 

Enfin, dans les Vosges, les vacanciers apprécient surtout la qualité de la nature et la beauté des paysages. Mais cela ne les empêchent pas de fréquenter toujours plus le parc d’attractions de Fraispertuis près de Rambervillers, le Géoparc de Saint-Dié-des-Vosges ou encore la luge d’été du col de la Schlucht. A noter que la cité de l’Image à Epinal, les montagnes de La Bresse et les eaux calmes du lac de Gérardmer constituent des destinations particulièrement appréciées. (Source : presse régionale) 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Yutz : pas de Cité de l’Habitat ?

La crise est passée par là. Cela se sent, cela se voit (voir : http://blogerslorrainsengag…