Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

» Catégorie : Transports


Le Tunnel à bateau de Mauvages en Meuse

Commentaires » 0

Au cœur d’un splendide écrin de verdure, le Canal de la Marne au Rhin s’engouffre dans un boyau sans fin, au profil de fer à cheval. Le deuxième tunnel fluvial le plus long de France, après celui de Riqueval, dans l’Aisne, se trouve ici à Mauvages, en Meuse. L’ouvrage mesure 4 877 mètres de long. Le dénivelé est de 110 mètres entre l’entrée et la sortie. Ce tunnel remplace des dizaines d’écluses. 3 000 ouvriers le creusèrent de 1841 à 1846.

Le Tunnel à bateau de Mauvages en Meuse dans Culture et patrimoine tunnel-bateau-mauvages

Entrée du tunnel à bateau à Mauvages, en Meuse (Crédits photo : www.geocaching.com)

La traversée s’effectue à 6 km/h, au rythme des blocs autonomes de secours, tous les dix mètres, et des néons, tous les 25 mètres. Les neuf premiers sont blancs pour que les yeux s’habituent. Le reste du parcours se déroule dans l’atmosphère orangée des luminaires au sodium basse pression.

Environ 45 minutes après avoir pénétré dans le tunnel, les moussaillons ressortent dans la forêt sur le ban de la commune de Demange-aux-Eaux. En 2012, 127 bateaux de commerce et 390 plaisanciers ont franchi le tunnel.

Plan de modernisation à MNL

Commentaires » 2

2013 est une année de transition pour l’aéroport Metz-Nancy-Lorraine (voir : http://forumdeslorrains.forumactif.com/t585-mnl-ne-decolle-toujours-pas). Un plan de modernisation est en cours d’achèvement pour redresser l’infrastructure déficitaire. 800 000 euros devraient y être investis d’ici la fin de l’année.

Plan de modernisation à MNL dans Actualité logo-mnl

Ce plan de modernisation est lié à l’obtention de la certification « aéroport 24/24 » qui oblige à rénover et à modifier les installations. Les passerelles vétustes pour transférer les passagers des avions vers l’aérogare ont été changées. Un appareil qui permet l’atterrissage et le décollage par temps de brouillard est en cours d’installation. Un système de chargement des valises équipe désormais l’aéroport. Les bagages arrivent à présent directement en soute et il n’a plus besoin de les manipuler plusieurs fois. Au moins 15 minutes sont gagnées lors du déchargement d’un avion. Le système permet par ailleurs de gérer simultanément l’atterrissage de trois appareils.

Ces nouveaux équipements renforcent la qualité du service de l’infrastructure lorraine. Un atout dans un contexte économique défavorable car la situation politique en Egypte ou en Grèce a plombé les comptes de l’aéroport au premier semestre 2013. Ce dernier enregistre 6 000 passagers de moins par rapport à l’an dernier à la même période. MNL essaye par conséquent de s’orienter vers des destinations moins sensibles. Par exemple, dès le mois de décembre, des vols devraient être proposés par des tours opérateurs vers les Antilles, le Cap Vert et la Laponie. La compagnie Volotea, qui a arrêté sa liaison avec Nantes (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2012/04/28/les-vols-low-cost-font-leur-retour-a-mnl/), pourrait également y relancer une autre ligne intérieure. L’aéroport entend enfin développer sa propre activité de fret. L’idée n’est donc plus de sous-traiter les opérations à une entreprise extérieure comme DHL, qui a quitté les installations lorraines en 2006.

Vélos et quads électriques à La Poste

Commentaires » 2

La Poste va complètement renouveler son parc de vélos en Lorraine. D’ici 2014, ce dernier devrait être entièrement électrique. En Moselle-Est, l’entreprise va également étendre l’utilisation de quads électriques. Après Forbach, les agents des secteurs de Faulquemont, Creutzwald et Saint-Avold en seront dotés. En revanche, les scooters, jugés trop accidentogènes, seront tous retirés.

Mise en service du Stanway à Nancy

Commentaires » 0

Le nouveau réseau de transports en commun de l’agglomération nancéienne est dernièrement entré en service (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2013/04/07/nancy-le-choix-du-stanway/). Baptisé Stanway, il est composé de quatre grandes lignes, dont la Ligne 2 qui est en site propre. D’une longueur de 13,5 km, cette dernière relie le Plateau de Haye (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/12/31/le-jardin-de-haye/) à Laneuveville-devant-Nancy. La construction de cet axe Nord-Sud a entraîné un rétrécissement important des voies de circulation automobile. Si bien qu’il ne reste plus qu’une seule file dans des artères très fréquentées comme le Boulevard de Scarpone, le Boulevard Albert 1er ou encore l’Avenue Foch. Par conséquent, il est désormais très difficile de traverser le centre-ville de Nancy en voiture.

Des parkings relais ont été aménagés en périphérie de l’agglomération. L’idée est que les automobilistes y laissent leur véhicule pour emprunter les transports en commun. La Ligne 2 vise un « haut niveau de service », avec des prévisions de 15 000 à 20 000 voyageurs par jour, des rotations toutes les 5 minutes en heures de pointe et toutes les 10 minutes en heures creuses. Longs de 18 mètres et larges de 2,55 mètres, ses bus articulés ultramodernes au pare-brise en forme d’œuf peuvent transporter 130 voyageurs, dont 34 assis. Habillage soigné, spots lumineux à leds, soufflet translucide à l’articulation, les véhicules possèdent également une carlingue blanc nacré soulignée par une longue bande chromée autour de l’espace vitré.

La Ligne 2 croisera celle du tram à la gare SNCF, les deux autres lignes principales du réseau Stanway (L3 Laxou-Seichamps et L4 Laxou-Vandœuvre-lès-Nancy), ainsi que la plupart des autres lignes sur son parcours.

Pagny-sur-Moselle à la tête du réseau ferroviaire lorrain

Commentaires » 1

La construction du bâtiment de Commande Centralisée du Réseau (CCR) de Lorraine a dernièrement commencé à Pagny-sur-Moselle. Tout sera désormais télécommandé à distance. L’édifice jouxtera le Centre de gestion de la Ligne à Grande Vitesse Est-européenne, opérationnel depuis 2006. La nouvelle structure, qui fera office de véritable tour de contrôle, s’inscrit dans le cadre du vaste projet de modernisation et de rationalisation du réseau ferroviaire lorrain qui représente un investissement de 137 millions d’euros.

Le nouveau bâtiment technologique de Pagny-sur-Moselle revient à lui seul à 10 millions d’euros. Il vise à centraliser toutes les commandes du réseau, dont certains aiguillages fonctionnent encore aujourd’hui de façon mécanique ou électromécanique en actionnant un levier, principe de conception qui remonte à la fin du XIXème siècle. Il y a deux ans, pour effectuer le trajet Lunéville-Thionville, soit un peu moins de 120 km, la circulation d’un train nécessitait l’intervention de 17 postes d’aiguillage, soit en moyenne un tous les 7 km. Ces postes, aujourd’hui disparus, généraient des coûts d’exploitation et de maintenance très élevés. Depuis, certains postes comme ceux de Metz-Sablon ou de Nancy ont été informatisés.

La commande centralisée constitue une évolution majeure. Elle doit améliorer la gestion de la circulation de l’ensemble du réseau ferroviaire. Le centre de Pagny-sur-Moselle, avec sa salle d’exploitation de 800 mètres carrés, sera au cœur dispositif. 240 personnes travailleront sur la partie exploitation du trafic et une quarantaine dans les fonctions supports. Néanmoins, cette modernisation devrait au final réduire d’un tiers l’ensemble des effectifs actuels.

Pagny-sur-Moselle a été choisi car la commune est située sur un important nœud ferroviaire. Elle dispose par ailleurs d’une excellente desserte et le foncier utilisé pour l’implantation du bâtiment appartient déjà à Réseau Ferré de France (RFF). Le nouveau centre perpétue en quelque sorte la tradition ferroviaire très ancienne de la ville.

En 2015, quatre secteurs de circulation seront à commande informatisée : Metz-Ville, Metz-Sablon Ouest, Metz Sablon Est et Onville-Novéant. D’ici 2023, sept autres secteurs seront couverts. En 2030, la commande centralisée gérera l’ensemble du trafic ferroviaire lorrain et celui d’une partie du Grand Est. Il n’y aura en effet que 16 CCR en France.

A noter enfin que sur l’enveloppe globale de 137 millions d’euros prévue pour la refonte du réseau ferroviaire lorrain, 51 millions d’euros sont dédiés à la modernisation des postes du secteur d’Onville-Novéant et 76 millions d’euros à celle du secteur de Metz (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/06/23/des-travaux-pour-ameliorer-loffre-ter/). Par ailleurs, 200 millions d’euros seront au total investis en 2013 sur le réseau ferré de la région, dont 130 millions d’euros pour le renouvellement des voies entre Longwy, Thionville et  Béning-lès-Saint-Avold, plus important chantier du genre en France.

Recherche d’épaves dans le Canal des Mines de Fer de Moselle

Commentaires » 0

En liaison avec la Brigade de gendarmerie fluviale de Metz (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2012/01/29/creation-d%E2%80%99une-brigade-fluviale-a-metz/), Voies Navigables de France (VNF) a dernièrement procédé à une campagne d’enlèvement d’épaves automobiles dans le Canal des Mines de Fer de Moselle, entre Metz et Talange. L’opération a été déclenchée au printemps, lorsqu’une péniche commerciale a signalé avoir heurté un objet à proximité. Un petit bateau équipé d’un logiciel de mesure de profondeur sillonne depuis le canal. Il envoie 511 faisceaux qui, au fond, sont espacés de 5 cm. En avançant à faible vitesse, il délivre un relevé extrêmement précis faisant apparaître les anomalies et leurs positions. 80 épaves ont été identifiées entre Argancy et Richemont. Voiture volée, fraude à l’assurance, les gendarmes ne préjugent de rien. Le canal a une profondeur qui oscille entre 3,80 mètres et 4 mètres. Sachant qu’une péniche chargée a un tirant d’eau de 3 mètres, les véhicules engloutis sont donc extrêmement gênants pour le trafic.

Prendre le train pour venir à Metz

Commentaires » 1

La Communauté d’Agglomération de Metz Métropole a dernièrement adopté la carte Simplicités pour son réseau de transport en commun Le Met’, nouveau nom des TCRM (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/11/11/cest-la-fin-des-tcrm-a-metz/). Cette carte à puce est en fait un titre de transport rechargeable et utilisable sur plusieurs réseaux. Elle est en effet déjà exploitée par le TER-Métrolor, la STAN à Nancy, les TIM en Moselle, les TED en Meurthe-et-Moselle, Imagine à Epinal ou encore Le Bus à Pont-à-Mousson. L’idée est de favoriser le développement de l’intermodalité en Lorraine (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2012/09/26/informations-sur-les-transports-collectifs-rien-n%E2%80%99est-simple-en-moselle/).

Prendre le train pour venir à Metz dans Actualité carte-simplicites

Parallèlement, une charte relative à l’intégration tarifaire des gares de Woippy et d’Ars-sur-Moselle au réseau Le Met’ a été signée. Concrètement, depuis la mise en place de la nouvelle billettique du réseau Le Met’, les titulaires d’un titre de transport Le Met’ sur une carte Simplicités peuvent prendre le train entre Ars-sur-Moselle ou Woippy et Metz comme s’ils prenaient le bus. Ce titre de transport unique, au même prix qu’un ticket de bus, soit 1,30 euro pour un voyage à l’unité, donne bien entendu le droit à la correspondance. C’est beaucoup moins cher que les tarifs pratiqués par la SNCF. Le billet est en effet vendu 2,40 euros pour effectuer le trajet Ars-sur-Moselle – Metz et 2,10 euros pour le Woippy – Metz.

Pour prendre le train avec un titre de transport Le Met’, il suffit de valider sa carte SimpliCités sur les bornes spécifiques qui ont été installées en gare d’Ars-sur-Moselle, Woippy et Metz. Il ne faut que sept minutes pour rejoindre la gare de Metz depuis ces deux villes. 68 000 voyages devraient être effectués chaque année sur ces lignes.

Dans l’agglomération messine, le train devient donc un mode de transport urbain. Les gares de Metz-Nord et de Peltre intégreront prochainement le dispositif pour la plus grande satisfaction des usagers.

logo-le-met Ars-sur-Moselle dans Infrastructures

Le Président interviewé par la presse canadienne

Commentaires » 1

La presse canadienne a dernièrement sollicité le Président du Groupe BLE Lorraine à propos de la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic qui a récemment endeuillé le Québec (voir : http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/tragedie-a-lac-megantic/201307/09/01-4669099-le-drame-de-lac-megantic-ravive-les-craintes-en-france.php).

Nos confrères souhaitaient en savoir plus sur les risques liés au trafic de matières dangereuses en gare de triage de Woippy (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2013/01/30/stop-au-chlore-en-gare-de-woippy/), qui est l’une des plus importantes de France. Le passage de convois de chlore avait en effet incité en début d’année les autorités françaises à envisager l’extension du périmètre de sécurité autour de la gare. Cette décision avait eu pour conséquence de geler toute possibilité d’urbanisme et de développement économique d’une grande partie de l’agglomération messine, alors même que l’occurrence d’une explosion d’un convoi ferroviaire est extrêmement faible.

Cette interview et l’article paru dans La Presse au Canada confirment la reconnaissance et l’expertise internationale du Groupe BLE Lorraine. Rappelons que ce dernier disposait déjà d’une antenne anglo-saxonne hébergée au Royaume-Uni (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/11/24/les-ble-sinternationalisent/).

A noter enfin que le Groupe BLE Lorraine est solidaire des habitants de la province du Québec et adresse aux familles des victimes ses plus sincères condoléances.

Metz : le Moyen-Pont conserve son esthétisme

Commentaires » 0

Effectués dans le cadre du projet Mettis (voir : http://forumdeslorrains.forumactif.com/t855-mettis-a-metz), les travaux du Moyen-Pont touchent à leur fin deux après le début du chantier. Esthétiquement, on ne voit presqu’aucune différence entre l’ancien Moyen-Pont et le Moyen-Pont élargi de dix mètres. L’élargissement de l’ouvrage se remarque essentiellement en observant les tourelles des extrémités. La célèbre carte postale de Metz, avec le Moyen-Pont au premier plan, ainsi que le Temple Neuf et la cathédrale au second, semble donc préservée.

Metz : le Moyen-Pont conserve son esthétisme dans Actualité moyen-pont-passerelle-metz

Le Moyen-Pont conservera son esthétisme, contrairement aux remparts qui soutiennent la Rue de la Garde (Crédits image : Metz Métropole)

Pour conserver l’esthétique du pont, l’entreprise Hory-Chauvelin a procédé à la déconstruction et à la repose des différents éléments sculptés en pierre de Jaumont (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2013/04/17/pierre-de-jaumont-a-travers-le-monde/). L’ouvrage, qui faisait treize mètres avant les travaux, en fait 23 à présent. L’opération a coûté au total six millions d’euros. C’est plus que ce qui avait été annoncé par Bouygues au départ.

Avant les travaux, le Moyen-Pont comportait trois voies de circulation automobile en bitume et un minuscule trottoir. D’ici quelques semaines, ce sera un espace urbain, où le Mettis circulera à double sens et les voitures à sens unique sur une plateforme pavée. Les piétons et les cyclistes bénéficieront d’un trottoir et d’une piste cyclable de chaque côté.

La Lorraine du vélo

Commentaires » 1

Avec plus de 400 km de voies propres aménagées et de multiples circuits sur routes, la Lorraine fait incontestablement partie du haut du peloton des provinces françaises en termes d’itinéraires cyclables. Ces voies suivent principalement quatre axes majeurs européens.

La Lorraine du vélo dans Actualité lorraine-velo

On retrouve tout d’abord la liaison Londres-Rome qui traverse la Moselle sur 120 km le long du canal de la Sarre puis du canal de la Marne au Rhin. Il ne reste plus que 10 km à aménager entre Gondrexange et Sarrebourg pour que la continuité soit assurée en Lorraine. La V50, dite de Charles le Téméraire, vise à relier dans un premier temps les Pays-Bas à la Bourgogne avant d’envisager à terme de connecter la Mer du Nord à la Méditerranée. Sur les 260 km de cette véloroute qui serpentent en Lorraine, 60 km sont encore à aménager, dont 40 km sont prioritaires pour avoir une continuité sur 500 km de Coblence à Chalon-sur-Saône. La Meurthe-et-Moselle est à la traîne sur ce projet au Nord et au Sud de Nancy, alors que la Moselle et les Vosges devraient prochainement pourvoir les mini-tronçons manquants. L’axe Paris-Prague, qui longe le canal de la Marne au Rhin dans trois départements lorrains, est quant à lui très loin d’être finalisé. Sur les 230 km qui nous concerne, si 180 sont praticables, seulement 80 km sont réellement aménagés à l’image des boucles de la Moselle entre Nancy, Liverdun, Dieulouard et Toul. Le tronçon entre Crévic et Xures a été programmé par la Communauté de Communes du Sânon. La quatrième voie doit relier la Mer du Nord aux sources de la Meuse. Tout reste à faire sur les 150 km meusiens et sur les 20 km vosgiens près de Neufchâteau.

La Lorraine a aussi développé une offre de circuits plus sportifs pour les cyclotouristes. La Meuse s’en est d’ailleurs fait une spécialité en proposant 30 circuits thématiques de 28 à 92 km sur des routes peu fréquentées. Ils ont été compilés dans un guide qui liste également 64 hébergements possibles qui dispose d’un local à vélo, d’un point d’eau pour le nettoyer et d’un restaurant à proximité. La Meurthe-et-Moselle et la Moselle proposent quant à elles une vingtaine de circuits chacune, tout comme les Vosges pour les sentiers VTT.

Retour sur les hausse cachées des TER en Lorraine

Commentaires » 5

Les prix des billets des TER ont explosé en catimini depuis le 1er janvier 2013, entre 10 et 20,5 % selon les lignes.

Ainsi, le ticket acheté à l’unité pour un Nancy-Luxembourg est passé de 8,50 euros à 10,20 euros. Idem pour un Thionville-Epinal. Le Verdun-Metz s’achète désormais 8,80 euros, contre 7,30 euros auparavant. Enfin, un Metz-Nancy classique revient à 7,10 euros au lieu de 6,20 euros, soit une augmentation de 16 %.

Les 30 000 voyageurs quotidiens lorrains qui achètent leur billet à l’unité ont donc très mal vécu ce changement de tarif. D’autant plus que le Conseil Régional de Lorraine n’a pas souhaité les prévenir de cette hausse historique. Il a tout juste dénié envoyer un communiqué embarrassé après les avoir mis sur le fait accompli. Une telle flambée des prix passée sous silence a rendu la pilule encore plus difficile à avaler pour les usagers qui se sont sentis pris pour des cons.

Retour sur les hausse cachées des TER en Lorraine dans Actualité ter-lorraine

Les prix des TER ont fortement augmenté depuis l’hiver dernier en Lorraine

Il faut pourtant savoir que la Région prend en charge 76 % du coût de fonctionnement du TER. Les voyageurs ne supportent par conséquent que 24 % du prix réel d’un billet, contre 19 % il y a deux ans, sachant que la moyenne française et de 26 %. Les charges facturées par la SNCF ont par ailleurs augmenté entre 2012 et 2013 pour atteindre 6 millions d’euros (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2012/02/10/tgv-est-europeen-un-succes-non-rentable/), sans amélioration de la qualité du service. De même, la Région subit de plein fouet le gel des dotations versées par l’Etat français aux collectivités territoriales.

Compte-tenu de ces éléments, pourquoi le Conseil Régional n’a-t-il pas simplement expliqué, en toute transparence, l’origine de cette hausse des tarifs ? A défaut de l’accepter, les usagers se seraient déjà sentis respectés. Pire, certains pensent même que la Région a tenté de dissimuler l’augmentation par celle de 2,3 % des tarifs pratiqués par la SNCF depuis le 24 janvier. Sur un malentendu, les Lorrains se seraient ainsi perdus dans la nébuleuse des responsabilités. La SNCF a de son côté indiqué qu’elle procédait à un « ajustement » de ses tarifs tout en portant un « programme national d’investissements sans précédent de 2,6 milliards d’euros ».

La SNCF a également fait savoir que les abonnements mensuels et annuels avaient progressé de 6 à 8 % en un an en Lorraine. Elle essaye ainsi de dire à demi-mots que les Chemins de Fer Luxembourgeois (CFL) sont les seuls responsables des quatre à six points d’augmentation supplémentaire qui affectent les abonnements des milliers de travailleurs pendulaires quotidiens employés au Grand-duché. En effet, outre la hausse des tarifs des TER et de la SNCF, les voyageurs ferroviaires frontaliers subissent également celle de 25 % des abonnements sur le territoire luxembourgeois. Une triple peine !

En réalité, les frontaliers sont les victimes collatérales de la politique intérieure du Luxembourg qui vise à ajuster les prix des transports qui n’avaient peu ou pas évolué depuis 2006. En échange de l’effort consenti, les abonnements permettent de voyager dans de meilleures conditions tarifaires dans tout le pays, mais au bénéfice des seuls Luxembourgeois ! Plus pervers encore, il en résulte que plus le parcours est court, plus les voyageurs lorrains trinquent ! Par exemple, un Thionvillois doit supporter une hausse de 8 % quand un Nancéien rejoignant également le Luxembourg ne paie « que » 4  % de plus, dans la mesure où la part de trajet effectuée par le premier sur le sol luxembourgeois est proportionnellement plus importante, rapportée à l’ensemble de son parcours, que celle du second. Il subit donc davantage la hausse de 25 % des prix au Grand-duché.

Au final, les augmentations historiques en Lorraine et au Luxembourg se cumulent pour des milliers d’usagers à destination du Grand-duché !

La voie rapide avance vers Amnéville

Commentaires » 0

Un nouveau tronçon de 1,3 km de 2×2 voies a dernièrement été mis en service sur la RD 112 F, entre Maizières-lès-Metz et Marange-Silvange. Cet aménagement a représenté un investissement de 5,9 millions d’euros. Le chantier de la seconde tranche, soit un kilomètre entre le giratoire de Marange-Silvange et celui de Hagondange, a été lancé par la même occasion. Les travaux, d’un montant de 2,6 millions d’euros, devraient durer sept mois. Les études de la troisième phase, entre le rond-point de Hagondange et celui des drapeaux, qui marque l’entrée du complexe thermal et touristique d’Amnéville, sont en cours. L’idée est en effet de créer une nouvelle voie rapide entre la Croix de Hauconcourt et Amnéville-lès-Thermes. 13 000 véhicules transitent quotidiennement sur cet axe, rapidement saturé après les concerts au Galaxie. L’infrastructure doit permettre de fluidifier le trafic, d’améliorer la sécurité et de contribuer au développement du site thermal et touristique.

1...45678...15