Centre de ressources numériques sur la Lorraine

» Catégorie : Transports


Vandières : un panneau pour rappeler les promesses non tenues

Commentaires » 0

A Gandrange, Nicolas Sarkozy a eu sa plaque pour rappeler ses promesses non tenues. A Hayange, François Hollande a également eu la sienne. A Vandières, c’est le Conseil Régional de Lorraine, et plus particulièrement son Président, Jean-Pierre Masseret, qui est désormais points du doigt par un panneau de bois de près de trois mètres de haut réalisé par une habitante de Bayonville-sur-Mad. L’objet dénonce les 23 millions d’euros qui ont été engloutis pour rien en vue de préparer le terrain destiné à accueillir la future gare d’interconnexion TGV-TER, avant que le projet ne soit finalement lâchement abandonné par Jean-Pierre Masseret suite aux résultats de la consultation du 1er février 2015. Selon le maire de Vandières, les socialistes, emmenés par le Président du Conseil Régional de Lorraine, portent l’échec retentissant de ce dossier. Le pouvoir de décision leur appartenait en effet.

Metz, « ville autophile »

Commentaires » 0

La Ville de Metz a dernièrement été récompensée par l’association 40 millions d’automobilistes. Dans la catégorie des villes de plus de 100 000 habitants, Metz monte sur la troisième marche du podium, derrière Le Havre et Reims. Parmi les six critères retenus, la capitale de la Lorraine a notamment été plébiscitée par les 181 000 internautes participants à l’enquête pour l’entretien des voiries, leur intégration dans l’environnement et la qualité de la signalisation routière. Metz pourra donc prochainement arborer un panneau « Ville autophile ».

Abandon de la gare d’interconnexion TGV-TER de Vandières

Commentaires » 11

Quelques semaines après les résultats de la consultation publique du 1er février 2015, à laquelle seulement 9,8 % des Lorrains avaient participé, Jean-Pierre Masseret a dernièrement enterré à des fins électoralistes le projet de gare TGV d’interconnexion de Vandières. Bien qu’indispensable et financée par la taxe déjà effective sur les produits pétroliers, cette dernière n’a donc pas survécu à la bêtise du Président du Conseil Régional de Lorraine et aux 4,8 % non représentatif du corps électoral qui a répondu « non » à une consultation non prescriptive quand 91,2 % de ce même corps ne s’est pas déplacé pour voter. Pathétique. Jean-Pierre Masseret nous montre une nouvelle fois tout le courage politique qui l’anime et son grand sens des responsabilités.

Vandières, Skylander, A 32, Canal Saône-Moselle, etc. : aucun des grands dossiers lorrains n’aboutit. Embourbée par des élus incapables et par un peuple timoré, paysan, inculte et sans ambition, la Lorraine n’est pas prête de s’en sortir.

Augmentation du nombre de trains dans les gares du Pays Messin en 2016

Commentaires » 1

A partir d’avril 2016, davantage de TER desserviront les principales gares du Pays Messin. Aujourd’hui, près de 70 000 usagers, dont une moitié d’abonnés, empruntent quotidiennement un TER-Métrolor pour se déplacer. Environ 50 % du flux de voyageurs se concentre sur l’axe Nancy-Metz-Thionville-Luxembourg. Les étudiants et les travailleurs frontaliers constituent les principaux utilisateurs du TER. Le cadencement du réseau devrait au total augmenter le nombre d’arrêts en gare de 15 à 20 % en moyenne.

En Pays Messin, plus de trains devraient s’arrêter en gares d’Ars-sur-Moselle, de Maizières-lès-Metz, de Woippy et de Novéant-sur-Moselle. A Woippy, un parking supplémentaire a dernièrement été aménagé. Le nombre d’arrêts quotidiens devrait y passer de 28 à 46. Il en est de même à Rémilly, où 55 arrêts par jour sont annoncés, contre 50 actuellement, et à Metz-Nord, où la halte ferroviaire devrait être complètement reconfigurée. Le nombre d’arrêts devrait y progresser de 24 à 46.

A noter enfin que plus de quatre trains circuleront par heure en période de pointe entre Metz et Nancy, et jusqu’à six entre Thionville et Luxembourg. Cette montée en puissance devrait vraisemblablement s’accompagner d’une hausse sensible du nombre d’usagers du train.

Oui à Vandières

Commentaires » 4

L’affaire Louvigny-Vandières est emblématique de la mauvaise gestion des (ir)responsables lorrains et de la nullité de leur action politique. A tel point que nous y avons déjà consacré une page entière.  

Inutilement alambiquée, la question proposée pour la consultation publique du dimanche 1er février peut se résumer ainsi : faut-il construire une gare d’interconnexion TGV-TER à Vandières ou se contenter d’un gare à l’architecture minimaliste, uniquement accessible par la route, mais dont le fonctionnement se passe relativement bien jusqu’à aujourd’hui ?

La réponse est évidemment OUI. Le Groupe BLE Lorraine estime en effet que Vandières permettrait enfin de rattraper en partie la monumentale faute d’avoir implanté l’aéroport Metz-Nancy-Lorraine (MNL) et la gare TGV en plein champ à Louvigny.

gare Vandières simulation 3D

Simulation 3D de l’implantation de la gare d’interconnexion TGV-TER de Vandières (Crédits image : Verdier-Tappia architectes urbanistes)

Rappelons ainsi que la Gare Lorraine TGV, réservée aux liaisons entre la Lorraine et les grandes villes de province comme Bordeaux, Lille, Nantes ou Rennes, devait provisoirement voir le jour à Louvigny. Provisoirement donc. C’est vrai, après tout, pourquoi construire quelque chose d’intelligent, rationnel et définitif tout de suite. Si nos pathétiques élus n’avaient pas perdu un temps fou à se quereller mais s’étaient au contraire mis au service de l’intérêt général, ce dossier serait déjà clos depuis longtemps.

Faute d’être connectée au réseau TER (Transport Express Régional), la gare de Louvigny aurait au moins eu un minimum de sens si elle avait été aménagée dans l’enceinte de l’aéroport, comme c’est le cas à Roissy par exemple. Malheureusement, la SNCF a tout simplement refusé, sans que personne ne vienne la contredire, par peur d’une éventuelle concurrence avec Air France. La bonne blague, comme si l’avion pouvait réellement constituer une menace pour le TGV sur une telle distance ! Si bien que ce qui devait arriver arriva : Air France s’est retiré de MNL pour les vols entre Paris et la Lorraine une fois la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Est-européenne terminée. Et nous nous retrouvons encore aujourd’hui avec une gare betterave à Louvigny, uniquement accessible par la route et située à trois kilomètres de l’aéroport. A tel point qu’il a fallu attendre un an pour voir fleurir au bord des routes des panneaux de signalisation indiquant la gare !

En 2015, il n’est plus concevable que la Lorraine soit la seule région en France à ne pas disposer d’une gare d’interconnexion TGV-TER.

La gare de Vandières ne coûtera rien aux Lorrains puisqu’elle sera financée dans le cadre de la seconde phase de la LGV Est-européenne par la TICPE (Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques). Si les Lorrains ne saisissent pas cette opportunité financière, celle-ci ne se représentera plus. De même, si la gare ne se faisait pas, l’argent qui lui était alloué par l’Etat français ne servira pas à financer d’autres infrastructures de transports en Lorraine. Celui-ci sera définitivement perdu. Nous n’avons pas le luxe de nous en priver. D’autant plus que dans le contexte socioéconomique actuel, le chantier de la gare de Vandières permettra de créer et de maintenir des emplois dans le BTP, secteur particulièrement en souffrance.

Des travaux conservatoires d’un montant de 23 millions d’euros ont déjà été engagés sur la commune de Vandières, en prévision de l’implantation de la future infrastructure qui avait été validée. Ceux-ci ont permis d’aménager sur une superficie de 80 hectares les aiguillages, l’élargissement du viaduc du canal de la Moselle pour supporter les voies à quai TGV, les soubassements et certains ouvrages d’art. La gare de Vandières sera en effet construite sur un viaduc, avec des voies à 13 mètres de hauteur. L’infrastructure constitue un véritable enjeu pour toute la Lorraine, dans la mesure où elle supprimera les ruptures de charges pour les voyageurs et les navettes coûteuses pour se rendre à la gare de Louvigny. Il est clair que la reconversion de cette dernière en gare de fret, de stockage de rames et d’évitement en cas de problème reste pour le moment hypothétique. Des pistes de développement intéressantes existent néanmoins, à l’image du réseau Euro Carex et de la possibilité de relier MNL à la LGV, afin de stimuler l’activité fret de la plateforme aéroportuaire. Cette nouvelle voie ferrée permettrait de connecter l’ensemble des gares lorraines à l’aéroport via Vandières.

Le Groupe BLE Lorraine considère que l’initiative de Jean-Pierre Masseret d’organiser une consultation publique sur ce dossier n’est qu’un énième coup politicien à même de raviver de profondes divisions entre les Lorrains au moment même où l’unité doit plus que jamais prévaloir. Au lieu d’assumer ses responsabilités, le président du Conseil Régional de Lorraine préfère les fuir en organisant un onéreux simulacre de démocratie participative, alors que la gare a été déclarée d’utilité publique. L’abandon de Vandières entacherait au contraire le processus démocratique prévu, réalisé et entériné.

Création du cluster logistique Nov@flux en Lorraine

Commentaires » 0

Un cluster logistique a dernièrement vu le jour en Lorraine. Baptisé Nov@flux, il a été créé le 13 janvier 2015 à Nancy par le Groupement Interprofessionnel des Activités du Transport et de la Logistique (GIATEL) et l’Université de Lorraine (UL). La structure vise à stimuler l’innovation technologique des entreprises de ce secteur et la coopération de ces dernières avec le monde académique. Dans cette optique, Nov@flux travaillera en étroite collaboration avec le Laboratoire de Génie Industriel, de Production et de Maintenance (LGIPM) de Metz, qui associe l’UL, l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Metz (ENIM) et l’Institut Commercial de Nancy (ICN) Business School. Des partenariats devraient également être noués avec des clusters similaires en Wallonie, au Luxembourg et en Sarre, afin d’aborder les thématiques du transport transfrontalier, du e-commerce, de la logistique urbaine ou encore de la circulation des voyageurs.

Nov@flux entend enfin repositionner la Lorraine, qui dispose à Ennery de la plus importante zone logistique du Nord-Est de la France, avec près de 400 000 mètres carrés d’entrepôts, comme une terre logistique au rayonnement international.

Forbach : les derniers aménagements du Pôle multimodal sont terminés

Commentaires » 0

La construction du parking de la Rotonde, situé juste derrière la gare de Forbach, marque l’achèvement des derniers aménagements du Pôle d’échange multimodal de Forbach. La première phase de ce chantier, terminée en 2009, avait permis de réaliser un parvis accessible aux personnes à mobilité réduite, de rénover et de moderniser la gare routière voisine, d’installer une station pour les taxis et un parc de stationnement de courte durée autour de la gare. La seconde phase, qui représentait un investissement de plus de deux millions d’euros, comprenait la construction d’un parking de longue durée gratuit de 250 places accessible depuis la Rue des Remparts, une zone de dépose minute, ainsi que le percement d’un souterrain reliant le parc de stationnement aux quais et au centre-ville. Un nouvel abri à vélo de 56 places a par ailleurs été aménagé dans le prolongement de la gare. L’ensemble de ces aménagements devrait améliorer le quotidien des usagers de la gare de Forbach, qui accueille 7 200 personnes par semaine.

La restructuration en profondeur du quartier gare a permis d’en faire un véritable centre d’activités et un pôle urbain de qualité. L’attractivité de ce dernier devrait encore être renforcée par l’ouverture en 2015 du Buffet de la gare et l’installation prochaine d’une Maison de la Sare dans les anciens locaux de l’agglomération situés juste en face de la gare.

A noter enfin que les deux allers-retours TGV quotidiens seront maintenus en 2016 en gare de Forbach. La desserte TER (Transports Express Régional) sera également améliorée. 15 % de trains supplémentaires sont ainsi annoncés à partir d’avril 2016. Un train devrait être prévu toutes les heures pour Metz, avec une correspondance de courte durée vers Nancy. Une liaison toutes les heures sera également mise en place vers Sarrebruck.

(Source : RL du 13/11/2014)

Woippy : le parking de la gare sera agrandi

Commentaires » 0

Dotée de 50 places de parking depuis sa rénovation en 2009, la gare de Woippy bénéficiera d’une centaine d’emplacements supplémentaires grâce à l’acquisition par la Ville de sept ares de terrains délaissés à l’EPFL (Etablissement Public Foncier de Lorraine).

Cet aménagement correspond à une vraie demande, tant les principales gares situées à la périphérie de Metz, à l’image de celles d’Ars-sur-Moselle, de Woippy, de Peltre et de Hagondange, ont vu leur fréquentation sensiblement augmenter en raison de la hausse du nombre de travailleurs frontaliers utilisant le train pour se rendre quotidiennement au Luxembourg. Située un peu à l’écart du centre-ville, la gare de Woippy dispose d’un gros potentiel. Elle permet en effet de rallier l’hypercentre messin et le Quartier de l’Amphithéâtre en seulement huit minutes. Elle dessert également toutes les communes du plateau, ainsi que Le Ban Saint-Martin et Plappeville. Avec la mise en place du cadencement TER (Transport Express Régional) à partir d’avril 2016, la gare de Woippy, tout comme d’autres du Sillon, devrait connaître une forte augmentation du nombre d’arrêts.

Véloroute Charles le Téméraire : une nouvelle passerelle sur la Moselle à Metz

Commentaires » 0

Une passerelle a dernièrement été posée au-dessus de la Moselle, à l’entrée du Nouveau Port de Metz, afin de relier les communes de Metz et de La Maxe. Elle permet de boucler l’itinéraire de la Véloroute Charles le Téméraire dans l’agglomération. Jusque-là, les cyclistes devaient en effet traverser le port via des routes très fréquentées, notamment par les camions de céréaliers.

Passerelle Cycilste Port de Metz Marc de Metz 22 12 2014 1

La nouvelle passerelle a été posée au-dessus de la Moselle (Crédits photo : Marc DE METZ pour le Groupe BLE Lorraine)

L’ouvrage est composée de trois sections de 5,5 tonnes et de 22 mètres chacune. Le chantier, qui a débuté en avril, s’est déroulé en plusieurs étapes. Les berges ont d’abord été aménagées. Des micro-pieux de 12 à 16 mètres y ont été plantés pour soutenir la passerelle. Une semelle a ensuite été posée par-dessus, avant que les piles de pont et les culées ne soient réalisées.

Passerelle Cycilste Port de Metz Marc de Metz 22 12 2014 5

Le pont permet désormais de sécuriser la Véloroute entre Metz et La Maxe via le Nouveau Port de Metz (Crédits photo : Marc DE METZ pour le Groupe BLE Lorraine)

Le pont flambant neuf ne pourra être emprunté qu’à pied ou à vélo. Deux kilomètres de pistes cyclables ont par ailleurs été aménagées depuis le pont mixte. Le tronçon Metz-La Maxe de la Véloroute Charles le Téméraire a représenté un investissement de 1,3 million d’euros.

Paris demande à Metz d’entreposer les portiques de l’Ecotaxe !

Commentaires » 3

L’Etat français fait preuve d’un cynisme et d’un mépris inouïs envers la capitale de la Lorraine. Déjà saigné par les iniques et odieuses restructurations militaires et dédaigné par le scandale d’Ecomouv’, voilà que Metz est maintenant sollicité pour entreposer les portiques de l’Ecotaxe sur l’ancienne Base Aérienne 128, là où avait été justement installée la société pour collecter la taxe servant à financer les infrastructures de transports, avec 157 emplois à la clé. Une implantation qui devait partiellement compenser les milliers de pertes militaires subies.

Cette sollicitation de Paris est intervenue au lendemain de l’annonce de la procédure de licenciement collectif engagée par la direction d’Ecomouv’ et alors que Ségolène Royal, ministre de l’environnement, n’a pas voulu recevoir les représentants de l’agglomération messine. Pour ces derniers, il est hors de question d’entreposer ce matériel malgré les relances insistantes de Paris. En attendant, les salariés d’Ecomouv’ iront pointer à Pôle Emploi à Noël.

Création d’un pôle d’échanges multimodal à Saargemìnn

Commentaires » 1

Commencés en septembre 2013, les travaux d’aménagement du quartier gare de Saargemìnn (Sarreguemines) touchent à leur fin. Ils devraient en effet s’achever en janvier 2015.

Le chantier vise à créer un pôle d’échanges multimodal. Un parking gratuit de 200 places a dans cette optique été construit. Celui-ci est complété par 50 places de stationnement supplémentaires à destination du public et des agents de la SNCF. Un quai de seize places, contre huit auparavant, a également été aménagé pour les bus. 36 emplacements pour vélo ont été par ailleurs créés, dont la moitié dans un abri accessible aux détenteurs de la carte TER (Transport Express Régional). Le parvis de la gare a enfin été refait. Des caméras de vidéosurveillance ont été installées, tout comme des espaces paysagers et des panneaux d’affichage pour les horaires.

L’ensemble de ces travaux représente un investissement de 4,3 millions d’euros.

Le bus à la place du train entre Verdun et Châlons-en-Champagne

Commentaires » 1

A cause de la dégradation de l’infrastructure ferroviaire, un bus remplace depuis décembre 2013 la ligne de train entre Verdun et Châlons-en-Champagne. Cette dernière nécessitait un investissement apparemment trop élevé pour être remise en état. Un appel d’offres a par conséquent été lancé pour ouvrir une ligne de bus. C’est Veolia Transport, via les Rapides de la Meuse, qui a remporté la mise.

La ligne de bus, qui est cela dit restée sous statut SNCF, dessert davantage de points d’arrêts qu’avant. Le trajet dure 1h48. Deux véhicules réalisent cinq allers-retours par semaine, ainsi que trois allers-retours les week-ends, soit un total d’une à deux dessertes hebdomadaires supplémentaires. Les horaires ont été calibrés en fonction des correspondances vers Paris et Nancy. Des billets de trains sont par ailleurs vendus à bord. Les voyageurs bénéficient enfin d’un confort inédit dans les bus dans la mesure où deux espaces salons ont été aménagés. Ils disposent d’une machine à café, d’écrans de télévision diffusant des programmes d’informations et d’une connexion Wifi gratuite. Des tablettes sont même mises à disposition des usagers. En raison de son succès, la ligne pourrait être prolongée jusqu’à Reims.

(Source : RL du 19/11/2014)

12345...15