Centre de ressources numériques sur la Lorraine

» Catégorie : Tourisme


Les Faïenceries et Emaux de Longwy placés en redressement judiciaire

Commentaires » 2

Le Tribunal de commerce de Briey a dernièrement placé les Faïenceries et Emaux de Longwy en redressement judiciaire. Faute d’avoir trouvé un repreneur, huit salariés sur les 32 que compte l’entreprise en difficulté seront licenciées.

Phoenix Emaux Longwy

Tel le Phoenix, les Faïencerie et Emaux de Longwy doivent prendre un nouveau départ (Crédits photo : Vassil)

Le Groupe BLE Lorraine appelle à la mobilisation pour sauver cette entreprise du patrimoine vivant au savoir-faire unique et à la main d’œuvre non délocalisable qui fait la renommée et le prestige de la Lorraine.

Des billets de 0 euro à l’effigie de l’Ossuaire de Douaumont !

Commentaires » 0

Après les pièces et les médailles souvenirs, de vrais billets de 0 euro à l’effigie de l’Ossuaire de Douaumont sont disponibles depuis le 1er avril sur le site des champs de batailles de Verdun.

Le papier est le même que celui des autres billets, tout comme l’odeur. Les systèmes de sécurité et de lutte contre la falsification sont également identiques. Ce billet de collection a en effet été réalisé avec des designers fiduciaires, afin d’obtenir un billet qui se rapproche de l’euro. Il s’agit en réalité d’un mix entre l’euro série 1 et l’euro série 2. Le résultat a le format des coupures de 20 euros et la couleur mauve des billets de 500 euros. Chaque billet de 0 euro est unique puisqu’il présente toutes les spécifications techniques, à l’image du filigrane ou encore du numéro de série qui est à chaque fois différent.

100 sites touristiques incontournables ont été sélectionnés pour cette première émission de billets de 0 euro, dont l’Ossuaire de Douaumont. Emblématique de la Première Guerre Mondiale, plus particulièrement encore dans le cadre du Centenaire de ce conflit, celui-ci accueille chaque année plus de 400 000 visiteurs. Le site dispose de 10 000 billets de 0 euro à son effigie vendus sur place 2 euros. Plus de 1 000 sont déjà partis.

billet 0 euro Ossuaire Douaumont

Du cimetière anabaptiste de Gosselming dans le Pays de Sarrebourg

Commentaires » 0

La commune de Gosselming, dans le Pays de Sarrebourg, abrite un petit cimetière anabaptiste. D’à peine trois ares, celui-ci regroupe une quinzaine de tombes et remonte à 1874.

cimetière anabaptiste Gosselming

Le cimetière anabaptiste de Gosselming (Crédits photo : Wikipédia)

Catherine Hirschy Nafziger, jeune épouse de 25 ans décédée en couches, fut la première défunte à y être inhumée. Elle avait d’abord été enterrée dans le cimetière de Gosselming. Mais comme elle était anabaptiste, cela avait créé des histoires dans le village. Une plainte avait même été déposée et le sous-préfet de l’époque avait convoqué le père, Jean Hirschy, meunier et paysan à Gosselming, afin de trouver une solution. Comme ce dernier désirait entretenir une relation pacifique avec les gens du village, il demanda l’autorisation d’ouvrir son propre cimetière sur l’un de ses terrains. Après l’avoir obtenue, il fit monter des murs. C’est comme cela que le cimetière fut créé. Cette première tombe est toujours visible et le cimetière anabaptiste mennonite de Gosselming continue à accueillir des sépultures. Il s’agit d’ailleurs du seul encore utilisé dans la région. Il en existe pourtant d’autres, comme à Buhl-Lorraine, où le dernier défunt y a été enterré il y a cinquante ans, ou encore à Rhodes, à Haraucourt-sur-Seille et à Repaix. Les cimetières anabaptistes mennonites de Xouaxange et de Lafrimbolle ont quant à eux été abandonnés. Celui de Gosselming est parfaitement entretenu par les familles de cette communauté religieuse, qui vit aujourd’hui dans un triangle composé des communes de Berthelming, Rhodes et Sarrebourg.

Hoste : la Maison Güth pour faire vivre le patrimoine rural lorrain

Commentaires » 0

Un Sarrois veuf et âgé, Joachim Güth, a dernièrement décidé de faire don de sa maison paysanne lorraine à Hoste, petit village situé près de Puttelange-aux-Lacs.

Maison Güth Hoste

La Maison Güth à Hoste, témoin du bâti rural lorrain (Crédits photo : Google Maps)

Le Lorrain d’adoption avait acquis cette belle bâtisse à colombages en 1972 pour sa femme. La demeure date de la fin du XVIIème siècle, du temps où les villages lorrains se reconstruisaient après la Guerre de Trente Ans. Il a patiemment restauré et embellie sa maison. Le four en pierres est ainsi toujours intact tout comme la cheminée. Les poutres apparentes dans chaque pièce donnent un aspect rustique à l’ensemble. Joachim Güth a planté une trentaine d’essences d’arbres sur le vaste terrain situé à l’arrière de la maison. L’arboretum est dominé par un magnifique séquoia. Le Sarrois a inspiré bon nombre d’habitants du village, qui, dans son sillage, ont à leur tour rénové leur maison.

Le conseil municipal de Hoste a accepté la donation le 10 avril dernier. La gestion de la demeure a été confiée à l’association La Maison Güth, qui compte une cinquantaine de membres lorrains et allemands, afin de la faire vivre. La bâtisse servira également de témoin de l’architecture rurale lorraine. Ouverte au public, elle devrait aussi devenir un lieu d’inspiration pour des écrivains, des photographes et des peintres en résidence.

Tourisme industriel : création d’une Route du Feu en Moselle et en Sarre

Commentaires » 0

Une Route du Feu a dernièrement été créée en Moselle et en Sarre à l’initiative du SaarMoselle Eurodistrict, afin de développer le tourisme industriel. L’itinéraire comprend dix sites situés de part et d’autres de la frontière. Cette mise en réseau doit permettre de créer une synergie entre chaque site et d’augmenter leur fréquentation respective.

Musée Mine De Wendel Petite-Rosselle

Le Musée de la Mine De Wendel à Petite-Rosselle (Crédits photo : Groupe BLE Lorraine)

En Moselle, le Musée de la Mine De Wendel de Petite Rosselle, le Musée de la Faïence à Sarreguemines, le Musée des techniques faïencières du Moulin de la Blies à Sarreguemines, le site verrier de Meisenthal, la cristallerie de Saint-Louis-lès-Bitche et l’usine Smart de Hambach sont inclus dans cette Route du Feu. Celle-ci devrait prochainement être complétée par une offre d’hébergement et de restauration, ainsi que par un Pass donnant droit à des réductions.

Créé en 2010, le SaarMoselle Eurodistrict vise à promouvoir des actions transfrontalières, à l’image de la ligne de bus Moselle-Saar/Saint-Avold/Sarrebruck et de la Fête transfrontalière du vélo.

Metz : des moulins du ruisseau de Vallières

Commentaires » 0

Autrefois, de nombreux moulins à eau bordaient les rives du ruisseau de Vallières.

Le ruisseau de Vallières, qui déboule des Fonds de Quarante à Noisseville, prend forme à Nouilly. Paisible en été, il est capricieux et tumultueux à l’automne. C’est la force de son courant qui permettait, à l’époque, aux moulins de fonctionner.

moulin ruisseau Vallières

Le ruisseau de Vallières près du moulin à roue verticale (Crédits photo : Google Maps)

Le premier édifice du genre se situe à la sortie de Nouilly. Il ne fonctionne plus aujourd’hui. Le bâtiment a été réhabilité en maison d’habitation. Un autre moulin se situe à Vantoux. Il date du XVIIème siècle. Il servait à l’époque à transformer le blé en farine. Sa lourde meule en pierre était entraînée par une roue qui puisait sa force dans le courant du ruisseau de Vallières. Durant les dernières années de son exploitation, une cheminée a remplacé la roue et une machine à vapeur actionnait une forge. Le moulin était utilisé pour fabriquer des clous. Lorsqu’il cessa son activité, ses bâtiments abritèrent une exploitation agricole. Le moulin attend aujourd’hui un nouvel acquéreur dans son écrin de verdure.

A la sortie de Vantoux, le ruisseau poursuit sa route en direction de Vallières. Il se faufile dans les propriétés privées. Dans un dédale de végétation, un canal d’amenée de plusieurs centaines de mètres mène à une écluse manuelle. Dans le temps, les eaux du ruisseau servaient à alimenter une scierie, ainsi qu’un moulin à roue verticale qui existe toujours. Il date de 1426. Il est actuellement en cours de restauration par son propriétaire.

Le ruisseau de Vallières termine son parcours à Saint-Julien-lès-Metz près du Parc de la Tannerie. La commune a également abrité des moulins. La mention d’un premier moulin à farine apparaît dès le XIVème siècle. Il fut ensuite transformé en moulin à papier. Au XVIème siècle, le moulin et son pont furent détruits par le Duc de Guise à l’approche des troupes de Charles Quint. Ils furent reconstruits un siècle plus tard et devinrent la propriété de la Congrégation Notre-Dame de Metz. Les religieuses l’utilisèrent pour fabriquer de la pâte à papier. Le moulin cessa son activité en 1756. Au XIXème siècle, suite à des travaux d’agrandissement, deux moulins auraient fonctionné au même endroit, l’un à grain, l’autre à papier. Ils ont aujourd’hui malheureusement disparu. L’un d’entre eux fut ravagé par un incendie en 1983 et fut rasé l’année suivante.

(Source : RL du 30/11/2014)

Réaménagement du site de l’ancien moulin à Hatrize

Commentaires » 0

Après plus de dix ans de réflexions et de travaux, un nouvel espace public-relais de pays a dernièrement été inauguré le long de l’Orne à Hatrize. Constitué d’un parking, d’une aire d’accueil et de plateformes propices aux manifestations festives, il a été aménagé en lieu et place de l’ancien moulin du XIXème qui a malheureusement été déconstruit. Seule une partie du mécanisme du moulin et le bief ont été conservés. Au moment de sa fermeture en 1988, la minoterie de Hatrize employait 115 personnes.

Le site a été arboré d’une grande variété d’essences, avec notamment des saules marsault et tortueux, des aulnes, des osiers et des plantes aromatiques. L’ancien puits médiéval, découvert dans le moulin, a également été rénové pour arroser l’ensemble.

Les curieux et les promeneurs attendent désormais avec impatience la création de la piste cyclable qui doit relier Valleroy à Hatrize.

Naissance de cinq lionceaux blancs au Zoo d’Amnéville

Commentaires » 4

Cinq lionceaux blancs mâles ont dernièrement vu le jour au Zoo d’Amnéville. Les parents, Bouba et Malindi, avaient déjà donné naissance à deux petites il y a 18 mois.

lionceaux blancs

Cinq lionceaux blancs sont nés au Zoo d’Amnéville (Crédits photo : télé-animaux)

Rappelons qu’il ne reste plus que neuf lions blancs vivant encore à l’état sauvage dans le monde. Ils sont tous situés dans la réserve de Timbavati, près du Parc national Kruger en Afrique du Sud. Ces spécimens rares, dont le pelage si caractéristique provient d’une mutation génétique naturelle du lion sud-africain, sont particulièrement prisés des braconniers.

Fermeture du Coq Hardi à Verdun

Commentaires » 1

Quelques mois après la fermeture de la quincaillerie Weber et de la librairie Ducher fin 2014, une autre institution de Verdun, à savoir l’Hôtel-restaurant Le Coq Hardi, a dernièrement baissé le rideau.

Coq Hardi verdun

L’Hôtel-restaurant Le Coq Hardi a fermé ses portes à Verdun (Crédits photo : Google Maps)

Créé en 1827, l’établissement de 33 chambres, ancien relais de diligences, avait perdu une grande partie de sa clientèle depuis plusieurs années en raison de tarifs jugés trop élevés.  Après 58 ans d’exploitation par les mêmes propriétaires, la fermeture du Coq Hardi pose de manière générale la question de l’hébergement dans la ville à un an du Centenaire de la Bataille de Verdun.

Non loin de là, sur l’autre rive de la Meuse, les travaux de rénovation du Mess des officiers, appelé à devenir un hôtel quatre étoiles, viennent quant à eux de commencer.

Du vin de jonquille dans les Vosges

Commentaires » 0

Réputées pour leurs vins de fruits et de fleurs et leur fameux vin bleu, les Vosges ont dernièrement ajouté une nouvelle variété à leurs palettes, la jonquille.

jonquilles

Du vin est produit à partir de jonquilles dans les Vosges (Crédits photo : Groupe BLE Lorraine)

Fêtée en grande pompe il y a quelques jours à Gérardmer et déjà préparée en sirop, la jonquille est également désormais utilisée pour faire du vin au pressoir des Truches, à Rochesson. Contrairement à une idée répandue, seule la partie verte de la jonquille est toxique, pas la fleur. Les 1 000 bouteilles de la première cuvée de vin de jonquille ont été commercialisées en 2014. Le goût a beaucoup plus. Cela ressemble au vin de pissenlit, avec une note de miel et un peu plus d’amertume. Le vin de jonquille constitue un bon assemblage sucré amer.

Afin que l’élixir exhale tout son arôme, il faut cueillir la fleur quand le pollen est à point, c’est-à-dire au printemps. Les cueilleurs vosgiens coupent juste au-dessous de la corolle de manière à laisser sur la plante la partie renflée qui contient les graines. La jonquille peut ainsi se reproduire. 400 fleurs sont nécessaires pour faire dix litres de vin, soit 32 000 fleurs pour 800 litres. Celles-ci sont mélangées à du sucre avant la fermentation.

La cuvée 2015 devrait être disponible à la vente sur les marchés vosgiens dans trois mois. Il est néanmoins conseillé de conserver le vin de jonquille quelques mois avant de le consommer. Il peut être servi à l’apéritif ou accompagner avec justesse un dessert et un foie gras. Il peut également servir à déglacer les magrets de canard.

Ouverture de Tigerworld au Zoo d’Amnéville

Commentaires » 0

Le nouvel espace Tigerworld du Zoo d’Amnéville est officiellement ouvert au public depuis le 11 avril. La salle de près de 2 000 places assises, dont le plafond central se trouve à 16 mètres du sol et le diamètre atteint 53 mètres, accueille un spectacle de dressage unique au monde. Neuf tigres évoluent dans une arène ceinturée par une cage grillagée de plusieurs mètres de haut. Tout autour, les décors imposants s’inspirent du merveilleux site d’Angkor au Cambodge. Un écran circulaire de 43 mètres, sur lequel sont projetées des ambiances différentes allant d’éruptions volcaniques à une forêt tropicale luxuriante mêlant cascades et oiseaux colorés, entoure la scène. Le dépaysement est total tant la mise en scène et les effets spéciaux sont impressionnants.

Tigerworld 1

Tigerworld a représenté un investissement de 18 millions d’euros (Crédis photo : Zoo d’Amnéville)

Selon la saison, une à trois représentations de ce spectacle seront données par jour. D’une durée de 45 minutes, ce dernier vise à mettre en valeur les capacités physiques des tigres et à sensibiliser le public, par l’émerveillement, aux menaces qui pèsent sur ces animaux. Un film d’une dizaine de minutes, consacré à la conservation des tigres dans le monde, fait d’ailleurs partie du spectacle. Une Maison du tigre, située juste à côté de l’entrée principale, a également été construite pour présenter plus en détails et de manière didactique cette espèce. Non loin de là, les tigres disposent de parcs extérieurs d’une superficie totale de 600 mètres carrés avec perchoirs et piscine. Après chaque spectacle, les visiteurs pourront aller les admirer en toute sécurité.

Tigerwolrd 2

Neuf tigres participent à ce spectacle unique au monde au milieu de décors époustouflants (Crédits photo : Zoo d’Amnéville)

A noter enfin que Tigerworld a représenté un investissement de 18 millions d’euros et a généré une dizaine d’emplois. 124 personnes travaillent à temps plein au Zoo d’Amnéville, auxquelles s’ajoutent une centaine de salariés supplémentaires en haute saison.

Tigerworld 3

La salle de spectacle de Tigerworld peut accueillir près de 2 000 personnes assises (Crédits photo : Zoo d’Amnéville)

Succès de la 47ème Fête des Jonquilles de Gérardmer

Commentaires » 0

Grâce à une météo exceptionnelle, la 47ème Fête des Jonquilles de Gérardmer, dans les Vosges, restera dans les annales. Avec plus de 60 000 visiteurs venus admirer les fanfares et les 35 chars magnifiquement ornés de plus de deux millions de jonquilles le long des 2,5 km de parcours, le record d’affluence a été battu. Après ce défilé grandiose et original, sur les rives du Lac et en centre-ville, le cœur de la Perle des Vosges a battu jusque tard en soirée sur les terrasses.

Fête Jonquilles Gérardmer 2015

Le monstre du lac : toute la ville de Gérardmer s’est métamorphosée le temps d’un week-end ensoleillé (Crédits photo : Marielle et Christophe PREVOT-THOUVENIN)

1...34567...62