Centre de ressources numériques sur la Lorraine

» Catégorie : Sports


Metz : un nouveau stade, oui, mais où ?

Commentaires » 0

Dans le projet de nouveau stade, l’option des terrains militaires de la base aérienne de Frescaty est considérée aujourd’hui comme la plus pertinente. Même si d’autres possibilités subsistent, notamment sur les terrains bientôt abandonnés par le 2ème Régiment du Génie … 

Le FC Metz disposera-t-il d’un nouveau stade dans quelques années? C’est en effet la question que se pose depuis maintenant des mois et des mois de nombreux Messins sans que personne ne puisse véritablement y répondre. Car le projet de stade est encore et toujours au stade du projet. Pourtant, Metz se voit dans la peau d’un candidat à l’Euro 2016, au même titre que Nancy ou Strasbourg. 

Du côté de la ville de Metz, si la perspective d’agrandir le stade Saint-Symphorien n’a pas été complètement écartée, la tendance est tout de même largement à la construction d’une nouvelle enceinte. Une manière de rentabiliser les deux tribunes, Est et Ouest, construites il y a quelques années à peine, en ces temps de crise. Metz ou comment jeter l’argent par les fenêtres. Car il est bien vrai que le pétrole coule à flot par ici. Ainsi, abandonner le mythique Stade Saint-Symphorien, mais pour en faire quoi ensuite ? C’est toute la perplexité d’un autre débat qui en laisse déjà plus d’un dubitatif… 

» Lire la suite

Le sport professionnel mis à mal par l’idéologie du maire de Metz

Commentaires » 0

Décidément la ville de Metz se retrouve souvent ces derniers temps au centre de l’actualité lorraine, la plupart du temps bien malgré elle. Mais, en refusant de participer au financement du match de boxe d’envergure internationale de Mahyar Monshipour organisé par le Boxing Club de Metz, le premier magistrat de la cité lorraine s’est une nouvelle fois bien mal mis en évidence. Résultat des courses, le champion s’en ira combattre au Galaxie d’Amnéville. Au moins c’est toujours en Lorraine. Une bien maigre consolation. S’il a fallut attendre 4 mois pour connaître la réponse des services municipaux messins, finalement négative à un mois de l’organisation du combat, preuve du réel sérieux et intérêt portés à Metz pour la chose, une semaine à peine aura suffit aux équipes amnévilloises pour ficeler et régler cette affaire de la meilleure façon. Ce qui est d’autant plus pitoyable et regrettable pour la première ville de Lorraine c’est qu’après le championnat du monde de la Dombasloise Anne-Sophie Mathis, Metz était en train de se spécialiser dans les combats de boxe de haut niveau. Cela aurait presqu’assurément débouché sur l’organisation d’évènements d’envergure mondiale. Un beau gâchis donc. Bravo monsieur le maire ! Car en effet tout monde s’accorde à dire que la ville souffre d’un manque cruel de notoriété. Alors logiquement on préfère passer à côté de l’organisation de tels évènements afin d’arranger les choses. Qui sait après tout ? Cependant comprenez vous que le maire actuel est très mal à l’aise avec le sport d’élite. C’est d’ailleurs peut-être plus avec le mot en lui-même ou le concept auquel il renvoie qu’il semble fâché. Le sport professionnel est associé à une logique financière que notre malheureux n’aime pas.  Cela se traduit donc sur la politique sportive de la ville, qui dépend fortement de l’idéologie de ceux qui en ont la responsabilité. Ainsi, l’annulation de ce gala de boxe, au-delà du fait qu’il s’agit d’une mauvaise affaire pour Metz et son image, traduit surtout à quel point l’emprise de l’idéologie est forte sur toutes les décisions prises ici. Aujourd’hui, cette même politique sportive des masses se résume seulement au basket et au marathon. Très insuffisant pour une ville de la taille de Metz. Quand on sait combien des clubs comme le FC Metz ont apporté pour la ville, rien qu’en la faisant connaître en France et à l’étranger afin de bien en prononcer le nom, cette décision est d’autant plus inadmissible. Puisse encore la coupe d’Europe de marche avoir bien lieu le 24 mai prochain, où l’on attend la présence de plus de 350 compétiteurs internationaux représentant 38 nations, dont des champions olympiques, ainsi qu’une retransmission directe à la télévision. Mais peut-être n’est-ce pas assez populaire ?

La course au stade

Commentaires » 0

Si Metz semblait l’avoir emporté 5 à 3 en ce qui concerne l’implantation des futures directions régionales, en revanche, par rapport aux projets d’agrandissement des stades Saint-Symphorien et Marcel-Picot, c’est bien l’ASNL qui a de l’avance. Et le rapport de la « Commission grands stades », rédigé en vue de l’organisation de l’Euro 2016, en fut le témoin privilégié. Ainsi, Nancy a dans ses tablettes l’agrandissement de l’enceinte du club au chardon, qui passerait d’un peu plus de 20 000 à 35 000 places. Reste encore à concrétiser les ambitions du président Rousselot du côté de la communauté urbaine. Malheureusement, aucun autre projet de stade lorrain ne figurait sur la liste dressée dans le rapport remis au Premier Ministre français. Rien, absolument rien du côté du FC Metz, ni projet de rénovation d’envergure, ni construction d’un nouveau stade pour une éventuelle et hypothétique candidature à l’Euro 2016. Tout serait donc enterré ? Ce qui est pratiquement sûr, c’est que la transformation du mythique stade Saint-Symphorien en un centre d’affaires ouvert aux capitaux privés est bel et bien tombée aux oubliettes. Les collectivités locales opteraient donc plutôt pour un tout nouveau stade, ce qui représenterait un investissement pour un demi-siècle. La ville de Metz confirme d’ailleurs que le club à la Croix de Lorraine lui aurait demandé si les des terrains étaient disponibles. Quelle question ! Il n’y a que ça ! Rien qu’avec les terrains que va libérer la BA 128 du côté d’Augny, sans compter la vallée de l’Orne. Bref, le club n’a que l’embarras du choix, mais a-t-il, à l’image de son homologue nancéien, la volonté ?

Quand l’argent prédomine sur le bon sens…

Commentaires » 1

La bataille contre le froid des semaines passées était déjà perdue à Metz. A Nancy, l’espoir demeurait encore. La pelouse du stade Saint-Symphorien était complètement gelée, malgré la bâche déployée. Résultat : la rencontre entre le Football Club de Metz et l’Athlétique Club d’Ajaccio fut décalée. Celle entre l’AS Nancy-Lorrain et l’OGC Nice connut le même sort. Pourtant, retransmission télévisuelle oblige, la Communauté Urbaine du Grand Nancy (CUGN) avait sortit les grands moyens : bâche chauffante maintenant la pelouse à une température de 7°C environ. Malheureusement pour le club et l’agglomération, l’arbitre prit la bonne décision, à savoir annuler la rencontre, afin de préserver l’intégrité des joueurs. En effet, la pelouse du stade Marcel-Picot avait eu le temps de regeler, juste après que les agents de la CUGN aient retiré la bâche. Conclusion de cette vaine opération : plusieurs milliers d’euros partis en fumé, ou plus précisément, dans le chauffage au fuel de la pelouse.

Cette histoire ne serait pas aussi dramatique si les collectivités dépensaient autant d’énergie pour sauver la vie des sans-abris qui meurent de froid dans les centres-villes ou dans les bois. Mais que voulez-vous, notre monde est fait comme cela. L’argent prédomine souvent sur le bon sens. On préfère ainsi sans remord essayer d’assurer les recettes d’une chaîne de télévision privée qui nous a fait la bonne grâce de retransmettre une équipe lorraine, une fois n’est pas coutume, mais en plein cœur de l’hiver, par des températures nocturnes de – 10°C ! Mais tenez-vous bien, le pire, c’est que l’ASNL devra encore payer les frais de déplacements et de d’hébergement de ses hôtes niçois du soir ! La télévision gagne donc dans tous les cas, que le match soit retransmis ou non, les indemnités et l’argent sont là. A quoi bon se démener autant alors ?

» Lire la suite

Un internat pour les sportifs et les musiciens de haut niveau fin 2009

Commentaires » 1

Cet internat actuellement en construction à côté de l’établissement de l’Arsenal à Metz sera une structure particulièrement innovante et qui n’a pas d’équivalent en France. Pour un budget de 7 millions d’euros, la Moselle pourra bientôt s’enorgueillir de compter parmi ses équipements scolaires un dispositif d’excellence de 83 places. Rien n’a été négligé pour accueillir au mieux les jeunes lorrains souhaitant fréquenter de manière assidue le conservatoire de musique, ou étant reconnus pour leurs potentiels sportifs leur permettent d’accéder à des structures de formation de haut niveau implantées dans l’agglomération messine comme le FC Metz et les pôles espoir de judo ou de basket : salles insonorisées, salles d’études, longs lits pour les basketteurs,…  C’est aussi dans ses domaines que l’on construit son avenir.

Metz aura son marathon en 2010 !

Commentaires » 0

La première ville de lorraine renoue avec la tradition du marathon, épreuve qu’elle avait abritée de 1973 à 1993, sous l’appellation de « Marathon de Lorraine ». Rendez-vous donc le dimanche 17 octobre 2010. Ainsi, si les coureurs cyclistes avaient le Circuit de Lorraine, les coureurs tout cours retrouveront leur épreuve fétiche. Le projet messin répond à une forte demande de coureurs à pied, licenciés ou non selon les élus, ainsi qu’à une volonté municipale de dynamiser le riche patrimoine de la ville. Ainsi, l’évènement sportif sera accompagné de manifestations culturelles, avec départ et arrivée au pied du Centre-Pompidou, d’activités ludiques, pédagogiques ou encore folkloriques. Il s’agira en outre pour les organisateurs de trouver un compromis judicieux entre visite des hauts-lieux de la ville et passages par des espaces pas trop monotones, afin de satisfaire les deux à trois mille participants espérés. Seuls hics apparents : le choix de la date ainsi que la gêne éventuelle des travaux du transport en commun en site propre. En effet, le mois d’octobre, rarement ensoleillé pour être honnête sans toutefois tomber dans la psychose de la grisaille et de la pluie, est déjà et maintenant bien chargé avec l’organisation de la Nuit Blanche. Afin d’attirer des visiteurs toujours plus nombreux tout au long de l’année, peut-être aurait-il été plus judicieux d’organiser cette manifestation vers les mois de mars, avril ou mai.

Un anneau pour tous les records

Commentaires » 0

La nouvelle halle d’athlétisme de Metz-Borny vient enfin combler un trou béant dans les infrastructures sportives lorraines. Il manquait jusqu’ici quelque chose à notre province qui obligeait les athlètes à aller s’entraîner en hivers et à disputer les championnats de Lorraine à l’étranger, la plupart du temps du côté de Sarrebruck.  Aujourd’hui cette époque est révolue. Mais ce n’est pas des personnages de l’univers fantastique de J.R. Tolkien, Orcs, Elfes ou autres Hobbits que vous verrez dans ce nouvel équipement de 7 000 mètres carrés dont 3 800 pour la salle d’athlétisme et de plus de 1 000 places assises, baptisé l’Anneau, en raison de sa forme et parce qu’il  évoque l’olympisme. Non, ce sont nos champions qui ont pour certains déjà testés les pistes de 200 et 60 mètres. La halle d’athlétisme de Metz, voulue par l’ancienne municipalité sous l’égide de Jean-Marie Rausch, était inscrite dans le cadre de l’aménagement du quartier de Borny du Grand Projet de Ville. Elle se destine enfin à accueillir des compétitions de dimensions nationales voire internationales.

Maintenu par Paris, le CREPS de Lorraine se mue en campus d’excellence

Commentaires » 0

Bonne nouvelle pour le sport lorrain, malgré les déboires du début de saison de l’ASNL et les pérégrinations du FC Metz, le CREPS de Lorraine, installé à Nancy-Essey, a été conforté par Paris. Il va donc devenir l’un des 14 « campus territoriaux de l’excellence sportive », un « Harvard su sport » en quelque sorte, comme le veut la réforme, tiens une de plus, du sport de haut niveau. Les CREPS (Centres Régionaux d’Education Populaire et de Sport) avaient en effet fini par appliquer chacun une stratégie différente. De même, le nombre de sportifs de haut niveau va être divisé par trois, passant ainsi de 15 000 à 5000. Avec moins de sportifs, mais mieux encadrés et mieux suivis, l’idée est de maintenir, voire même d’augmenter le nombre d’athlètes en mesure de remporter des compétitions internationales. Dans ce cas, la dimension d’intégration sociale et d’évènement festif, propre au sport, passera alors au second plan. La réforme prévoit enfin de créer un campus national olympique (ancien INSEP) et des campus régionaux, déclinaison du centre national, dont un justement à Nancy. 

» Lire la suite

La Lorraine à l’heure européenne

Commentaires » 0

Petit tour d’horizon des principales formations lorraines engagées dans une compétition européenne. 

Si Metz et Nancy sont les seules villes lorraines à présenter et capable de le faire des équipes sur la scène européenne, il n’en demeure pas moins que leurs dignes représentants peuvent y nourrir de légitimes ambitions, à consommer sans modération et ce malgré la prudence affichée, devenue maintenant légendaire, des différentes formations de la région. Au total, deux équipes nancéennes, respectivement l’AS Nancy Lorraine pour le football et le SLUC (Stade Lorrain Universitaire Club) pour le basket et une formation messine, le Metz Handball, récemment et brillamment sortie d’une phase de qualification particulièrement éprouvante à Trondheim en Norvège, goûteront à l’ivresse d’une joute continentale. 

» Lire la suite

1...2829303132