Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

» Catégorie : Soins


Le CHU de Nancy expert des troubles bipolaires

Commentaires » 0

Le CHU de Nancy a développé depuis plusieurs années une réelle expertise dans le domaine de la connaissance et de la prise en charge des patients atteints de troubles bipolaires de l’humeur. C’est la raison pour laquelle l’établissement a dernièrement été labellisé par le ministère français de la santé comme l’un des huit centres experts des troubles bipolaires. 

Les troubles bipolaires sont une maladie de l’humeur caractérisée par une alternance de phases d’excitation, agitation où les personnes parlent fort, s’énervent et ne dorment pas, ainsi que par des moments où elles sont complètement abattues et déprimées. On estime que les troubles bipolaires, qui étaient autrefois appelés « maladie maniaco-dépressive », frappent 1,5 % de la population. 

Les maternités en Lorraine

Commentaires » 0

En 2010, les 21 maternités publiques et privées de Lorraine ont accueilli 26 500 mamans qui ont donné naissance à 26 800 enfants. 

Le maillage territorial en maternités est réglé par un schéma de périnatalité. Il y a 6 établissements en Meurthe-et-Moselle, 8 en Moselle, 2 dans la Meuse et 5 dans les Vosges. La prise en charge des futures mères et des nouveaux nés est graduée. Tous les établissements sont en mesure d’accueillir des naissances ne présentant pas, a priori, de complication. Certaines maternités sont néanmoins équipées de plateaux techniques plus étoffés et d’équipes formées en soins intensifs en néonatalogie ou en réanimation médicale. La maternité régionale de Nancy, qui réalise 3 550 accouchements par an, joue ainsi le rôle de maternité de proximité pour le secteur de la cité ducale. 

A noter enfin que toutes les maternités de notre province sont inscrites dans le réseau périnatal lorrain. 

Coupes claires à Hospitalor

Commentaires » 7

La maternité et le service pédiatrique d’Hospitalor à Saint-Avold fermeront leurs portes en juin 2011 malgré l’opposition des syndicats. 150 à 200 suppressions d’emploi sont annoncées dans un secteur déjà tristement caractérisé par le plus fort taux de chômage de Lorraine. 

Rappelons qu’en raison d’un déficit de 20 millions d’euros, l’Agence Régionale de Santé (ARS) avait acté la fermeture de la maternité et du service pédiatrique dans le cadre du regroupement de l’offre de soin dans le Bassin Houiller. Ces deux services devraient rejoindre le Centre Hospitalier Marie Madeleine de Forbach. 

En attendant, le personnel se dit inquiet pour son avenir et celui des patients. 

Le 22 octobre 2010, le conseil municipal de Saint-Avold avait voté une motion afin d’affirmer son opposition aux restructurations médicales dans le Bassin houiller (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/03/16/sante-le-bassin-houiller-a-nouveau-menace/). 

De la recherche translationnelle à Nancy

Commentaires » 1

La recherche, qu’elle soit fondamentale ou clinique, c’est-à-dire directement applicable à des malades, constitue l’un des axes majeurs de l’activité du Centre de cancérologie Alexis Vautrin (CAV) de Nancy. En effet, les équipes de cette plateforme de génétique moléculaire travaillent inlassablement sur des programmes innovants. 

A ces deux axes s’en ajoute un troisième, la recherche translationnelle, activité qui se développe fortement à Nancy grâce à l’impulsion du Plan Cancer lancé en 2003. Cette dernière vise à tirer profit des acquis de la recherche fondamentale pour les appliquer en situation clinique et, à l’inverse, à renvoyer vers le monde fondamental des questions issues de la situation clinique. Concrètement, les équipes du CAV planchent par exemple sur les tumeurs digestives, le cancer du sein et des tumeurs ORL. 

La recherche fondamentale menée au CAV se concentre sur les techniques du futur, et particulièrement sur les nanotechnologies, piste vraiment novatrice au service de la lutte contre le cancer. Pour faire simple, il s’agit d’injecter dans l’organisme un principe actif enfermé dans des nanoparticules ciblant les tumeurs. Ce principe est ensuite activé par la lumière ou l’irradiation. Les nanoparticules injectées doivent être sélectives et se concentrer sur la tumeur. C’est un peu près la même stratégie utilisée que pour la thérapie ciblée. Pour la partie diagnostic, les recherches portent principalement sur le repérage des ganglions sentinelles dans le cancer du sein. La nanoparticule est alors chargée de produit fluorescent. 

470 patients bénéficient de traitements innovants, de nouvelles techniques d’exploration et d’un suivi démultiplié. L’objectif du centre est de faire participer 15 % des patients de Lorraine, dans un esprit d’équité géographique, tout en visant l’intérêt collectif.  

 

Plus assez de radiologues en Lorraine

Commentaires » 0

Après les médecins (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/01/25/la-lorraine-en-panne-de-medecins/), les pharmaciens (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/07/19/etat-des-lieux-des-pharmaciens-en-lorraine/) et les infirmiers (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/03/18/la-lorraine-en-manque-dinfirmiers/), la Lorraine commence désormais à manquer sérieusement de radiologues.   

Plus qu’un seul radiologue libéral à Pont-à-Mousson. Plus de cabinet du tout à Bar-le-Duc. Bien que tournant à plein régime, le dernier cabinet de Commercy a également fermé, faute de successeur. La situation devient très préoccupante. 

Il faudrait chaque année former 12 radiologues en Lorraine, rien que pour remplacer les partants. Or, notre province n’en forme actuellement que 6 ou 7 qui ne restent pas forcément tous chez nous. 

Il faut dire que de manière générale, les contraintes matérielles sont énormes. Qui plus est, face aux incertitudes financières, les banquiers sont de plus en plus frileux. Les jeunes aussi, qui, du coup, se dirigent vers les groupes au lieu d’ouvrir leur propre cabinet. 

Dans ce contexte de charges toujours plus lourdes, ce sont  les petites structures qui assurent une imagerie de proximité qui sont les plus touchées. Elles sont en effet menacées dans leurs capacités d’investissements pour l’acquisition de nouveaux matériels. Le problème, c’est que l’hôpital ne peut pas répondre à tous les besoins. Il renvoie d’ailleurs des patients vers ce genre de structures. 

Les conséquences en termes d’aménagement du territoire sont loin d’être anodines. Le maillage territorial doit être maintenu. Car si vous voulez qu’un généraliste s’installe en milieu rural, il faut qu’il puisse s’appuyer sur un pharmacien et un radiologue aussi bien pour un poignet cassé que pour des examens plus poussés qui engagent un pronostic vital. 

Si rien ne change, il faudra bientôt faire 50 km pour aller faire une radio. 

Maladies rares à Brabois

Commentaires » 1

Depuis 2006, l’hôpital des enfants du CHU de Brabois accueille le centre de référence des maladies héréditaires du métabolisme. Il traite 300 maladies rares, adultes et enfants confondus, et enregistre 40 nouveaux cas par an, soit un nouveau patient tous les dix jours.  

Il ne faut pas oublier que les maladies rares sont un vrai laboratoire de connaissance et d’innovation pour les maladies fréquentes. 

Prévention sur la mal de l’altitude en Lorraine

Commentaires » 0

Depuis la fin de l’année dernière, le mal de l’altitude est désormais pris en charge au CHU de Nancy-Brabois. Une cellule spécialisée a en effet été créée au sein du Service des Examens de la Fonction Respiration (EFR) et de l’aptitude à l’exercice. 

Le mal aigu des montagnes ressemble au mal des transports. Plus on monte en altitude, plus la pression atmosphérique diminue. Le sang a davantage de difficultés à s’oxygéner. 

Du point de vue de la recherche, le mal aigu des montagnes pourrait venir de prédispositions personnelles et génétiques, mais aucune preuve scientifique n’a encore été donnée. 

Nouvel Hôpital de Metz : les travaux avancent à Mercy

Commentaires » 12

Depuis l’été 2007 sur le site de Mercy, la construction du Nouvel hôpital de Metz se déroule sans incident et dans les temps (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/07/10/precisions-sur-le-nouvel-hopital-de-metz/). Le gros œuvre est d’ailleurs terminé depuis plusieurs mois.

Aujourd’hui, à l’exception des abords de l’hôpital et des voiries et réseaux divers, tous les travaux se concentrent à l’intérieur du futur centre hospitalier dont le nom n’a pas encore été choisi.

hpitalmercymetz.jpg 

Entre « hôpital monobloc », dont l’échelle induit une certaine déshumanisation et « hôpital pavillonnaire », dont l’éclatement des fonctions n’est plus viable aujourd’hui, le concept du Nouvel Hôpital de Metz est celui d’un « hôpital plots » qui dispose de 30 ascenseurs et de plusieurs kilomètres de couloirs. Il se compose de cinq domaines : neuro-vasculaire, chirurgie digestive et urologie, tête-cou chirurgie plastique et orthopédie, hémato-oncologie, médecine nucléaire et médecine néphrologie. 

Il comprend également seize lits de réanimation, vingt-huit postes de dialyse et quinze lits pour les brûlés. Neuf chambres disposent de même de murs soufflants. Ce dispositif permet de stériliser la pièce avec un air sain et renouvelé en permanence. Ces chambres sont assimilées à des salles d’opération. D’ailleurs, si cela est nécessaire, le brûlé est opéré directement dans sa chambre. 

Le nouvel hôpital est un véritable vaisseau amiral. Son immense hall d’accueil et sa « rue » principale, abritée par une verrière de 13 mètres de haut, sont impressionnants. 

Le Centre Hospitalier Régional (CHR) Metz-Thionville a également fait réaliser cinq bunkers de radiothérapie, alignés au sous-sol du Nouvel hôpital de Metz. Chacun d’entre eux sera équipé d’une porte de 4 tonnes. Les patients accéderont au service de radiothérapie par une grande salle d’attente dotée d’un puits de lumière. 

Rappelons que le coût de construction de l’hôpital s’élève à 257 millions d’euros, 292 millions d’euros avec les équipements. Le Plan hôpital prévoit une aide de 70 millions d’euros, les 232 millions d’euros restant étant à la charge du CHR. 

Selon le calendrier prévisionnel, la livraison de l’hôpital aura lieu au premier semestre 2012. Le déménagement de l’hôpital Bonsecours à Mercy devrait suivre rapidement, vraisemblablement à l’été 2012. 

(Source : Le Républicain Lorrain

La Lorraine en manque d’infirmiers

Commentaires » 0

Pénurie de médecins (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/01/25/la-lorraine-en-panne-de-medecins/), de pharmaciens (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/07/19/etat-des-lieux-des-pharmaciens-en-lorraine/) et maintenant d’infirmiers. La Lorraine souffre en matière d’offre médicale. 

L’exemple du service de soins de suite et de réadaptation de l’unité de gériatrie de l’hôpital Bel Air à Thionville est éloquent et alarmant. Ce service a en effet failli fermer pendant plusieurs semaines en raison du manque de personnel. Le service compte 24 lits et emploie 7 infirmières, ainsi que 11 aides-soignantes. Mais il manque trois postes en raison d’un départ à la retraite, d’un congé de maladie et d’une démission. 

Le manque de soignants ne date cependant pas d’aujourd’hui en Lorraine. C’est en réalité une situation chronique. Il semble manquer en moyenne quarante postes sur l’ensemble du Centre Hospitalier Régional (CHR) de Metz-Thionville cette année. La direction se trouve confrontée à des départs massifs inattendus, résultat du contrecoup de la réforme des retraites et de l’attraction luxembourgeoise. C’est pourquoi le CHR rencontre des difficultés à pourvoir des postes d’infirmiers. 

Le saviez-vous ? : la cohorte Stanislas

Commentaires » 0

Depuis 1993, plus de 1 000 familles meurthe-et-mosellanes et vosgiennes prêtent leurs corps à la science dans le cadre d’une étude de très grande envergure. Ce regroupement, baptisé « cohorte Stanislas », recense près de 4 000 volontaires qui se sont pliés à un suivi médical et à trois bilans de santé, avec questionnaires sur leurs habitudes de vie, prélèvements ADN, sanguins et urinaires, index de corpulence, bilans cardiovasculaires … Autant d’informations précieuses pour les chercheurs qui ont été stockées dans une vaste banque de données. Celle-ci a déjà permis la rédaction de 117 publications originales dans des revues internationales. Un quatrième bilan de santé est prévu courant 2011-2012. 

analyse medicale 2

La cohorte Stanislas est un outil unique. Il est en effet extrêmement difficile de faire un suivi à long terme sur des familles complètes. Il est en d’autant plus important pour les scientifiques, car les maladies naissent et se transmettent par la génétique ou l’environnement. Il y a ainsi des questions qui ne pourraient pas être résolues sans les cohortes. Ces dernières permettent de comprendre comment émergent certaines maladies et certains traits de caractères. Par exemple, des chercheurs ont relevé que l’hypertension ne serait pas si héréditaire que cela. 

(Source : Le Républicain Lorrain)

Nouvelle atteinte au Droit Local en Moselle

Commentaires » 0

Rappelons qu’en Moselle, les médecins privés n’ont pas le droit d’intervenir chez les salariés en arrêt maladie. Pourtant, des entreprises peu scrupuleuses font toujours appel à leurs services, en contradiction avec le Droit Local. Les contre-visites médicales au cours d’un arrêt de travail font ainsi figure de phénomène nouveau observé par les syndicats mosellans auprès des employés. Concrètement, le salarié est contacté par une société se prévalant d’un service de médecine conseil. Mais en réalité, un médecin intervient à titre d’expert, à la demande du patron, afin de vérifier la réalité de l’ordonnance prescrite par un confrère généraliste. Le problème, c’est que beaucoup de gens ignorent les textes et se laissent par conséquent faire. Cela est d’autant plus facile que peu de personnes sont prêtes à entrer en conflit avec leur employeur. Il faut dire que la récente charge politique sur les arrêts de travail abusifs semble avoir décomplexé certains chefs d’entreprises horripilés par des absences à répétition qui portent préjudice à leur productivité. Ainsi, selon une enquête réalisée en juin 2009, 11 % des arrêts de travail seraient injustifiés. Un chiffre qui serait d’ailleurs en hausse constante. Si cette pratique nous apparaît tout-à-fit condamnable, celle des contre-visites médicales l’est tout autant, en vertu du droit local, qu’il convient de défendre dans la mesure où il garantit et protège beaucoup plus les salariés que le droit français. Il témoigne et reflète d’avancées sociales considérables pour l’époque. En ce sens, les BLE sont de fervents partisans de la préservation et du maintient sans condition du droit local dans son intégralité. Les contre-visites médicales «patronales» relèvent ainsi d’une exception de droit, car elles sont pratiquées en France, à l’exclusion de l’Alsace-Moselle, où elles relèvent toujours du domaine exclusif de la Sécurité Sociale et de la médecine du travail. Or, les entreprises passent souvent outre et s’appuient sur ces contrôles pour interrompre le versement de leur part d’indemnités journalières en cas de désaccord avec la prescription initiale ou le paiement des trois jours de carence, pour des arrêts inférieurs à six semaines. La branche métallurgique est particulièrement visée. Elle regroupe aussi bien les grandes entreprises de la Moselle que les garagistes ou les manufactures d’outillages. De telles pratiques sont tout simplement illégales. Ceci a été renforcé par un arrêt de la Cour de cassation, rendu en 1997, et qui fait jurisprudence. Mais apparemment cela ne gêne absolument pas certaines entreprises, qui, bien que déjà condamnées à trois, cinq, voire dix reprises, continuent d’être dans l’illégalité. Par la publication de cet article, les BLE tiennent à informer les salariés mosellans de leurs droits et de leur capacité à se défendre. A noter enfin que les discussions parlementaires engagées dans le cadre du projet de loi sur le financement de la Sécurité sociale pourraient bien remettre en cause cette particularité dans les mois à venir. Une mesure qui nous semble tout bonnement inacceptable, impensable et que nous trouvons réactionnaire et odieuse.

Retrouvez plus d’articles sur le Droit Local sur BLE Fondation.

1...7891011