Centre de ressources numériques sur la Lorraine

» Catégorie : Social


Fermeture du restaurant Flunch de Metz

Commentaires » 1

Le restaurant Flunch de Metz, situé Rue des Clercs, fermera ses portes le 30 juin 2015 après 34 ans d’activité.

Flunch Metz

Le Flunch de Metz baissera le rideau à la fin du mois (Crédits photo : Google Maps)

Contraction de Fast Lunch, l’établissement, ouvert le 26 mai 1981, proposait une cuisine simple de buffet. Sa célèbre formule de légumes à volonté en avait assuré le succès jusqu’à l’explosion de l’offre de restauration rapide en centre-ville, mais aussi en périphérie comme à Waves. 380 couverts pouvaient être servis simultanément au Flunch de Metz. Le restaurant abrite un pan de mur romain datant du IIème siècle après J-C. Construit sous le règne de Trajan et haut de douze mètres, ce vestige est unique à Metz, de par sa conservation et son accessibilité.

Les Flunch de Sémécourt et de Longwy devrait reprendre une grande partie de la vingtaine de personnes employées à Metz.

(Source : RL du 16/06/2015)

Faurécia ferme son site de Nompatelize !

Commentaires » 0

Faurecia a dernièrement annoncé son intention de fermer son site de Nompatelize, dans les Vosges, d’ici la fin de l’année. 78 emplois sont menacés.

L’équipementier automobile justifie sa décision par une absence d’activité et de perspective pour maintenir une production à Nompatelize au regard des pertes déjà accumulées.

Faurecia avait déjà supprimé en septembre 2014 128 postes sur son site vosgien qui fabrique des armatures de sièges, ainsi que des petit véhicules électriques en collaboration avec la société Muses suite à une précédente restructuration en 2011. Malheureusement, les volumes de Muses apparaissent insuffisants pour envisager une réelle reconversion du site

Selon les syndicats, cette décision unilatérale contredit l’accord signé début 2015 qui vise à maintenir des activités d’armature de sièges à Nompatelize jusqu’en 2017-2018. Ceux-ci s’apprêtent donc à saisir le Tribunal de Grande Instance d’Epinal pour demander l’application de l’accord et l’annulation de la procédure de fermeture du site.

Fermeture de l’usine Eiffage construction métallique à Maizières-lès-Metz

Commentaires » 0

Dans le sillage de France Transfo, Eiffage construction métallique a dernièrement confirmé la fermeture de son usine de Maizières-lès-Metz et le licenciement de ses 80 salariés. 239 personnes sont au total touchées par ce plan social sur les 1 100 que compte la branche du groupe de BTP en France. Il faut dire que la concurrence est rude dans ce secteur depuis la chute des investissements publics.

Le site lorrain était pourtant reconnu pour son savoir-faire, notamment pour avoir contribué à la construction des pièces pour la fondation Louis Vuiton, la Pyramide du Louvre, ou encore les docks de Paris.

Les Faïenceries et Emaux de Longwy placés en redressement judiciaire

Commentaires » 2

Le Tribunal de commerce de Briey a dernièrement placé les Faïenceries et Emaux de Longwy en redressement judiciaire. Faute d’avoir trouvé un repreneur, huit salariés sur les 32 que compte l’entreprise en difficulté seront licenciées.

Phoenix Emaux Longwy

Tel le Phoenix, les Faïencerie et Emaux de Longwy doivent prendre un nouveau départ (Crédits photo : Vassil)

Le Groupe BLE Lorraine appelle à la mobilisation pour sauver cette entreprise du patrimoine vivant au savoir-faire unique et à la main d’œuvre non délocalisable qui fait la renommée et le prestige de la Lorraine.

Innovation citoyenne : budget participatif à Metz

Commentaires » 0

Depuis 2014, un million d’euros du budget de la Ville de Metz est consacré à la réalisation de projets proposés par les habitants. C’est ce qui est désormais communément appelé le « budget participatif ». 713 propositions ont été formulées en 2015 dans le cadre de cette démarche citoyenne innovante, dont près de 180 ont été déclarées éligibles. Celles qui ne l’ont pas été n’étaient pas réalisables d’un point de vue technique et/ou financier ou ne relevaient pas de la compétence de la Ville.

Les Messins seront consultés au cours de la seconde quinzaine du mois de septembre pour désigner les projets lauréats. Ce vote sur internet ne sera que consultatif. Mais il pourra faire pencher la balance au moment de la décision finale de la municipalité.

L’année dernière, 47 projets ont été retenus. Parmi eux se trouvait le composteur collectif installé en Nouvelle-Ville.

Une classe pour enfants autistes créée à Metz

Commentaires » 0

Une Unité d’Enseignement Maternelle Autisme (UEMA) sera créée dès septembre 2015 à l’école La Moineaudière de Metz-Magny. Sept enfants âgés de 3 à 6 ans y seront accueillis. Ils pourront être intégrés, au cas par cas, avec les autres élèves de l’école, notamment durant la récréation et les repas, voire même pendant certains cours. Ils disposeront d’un professeur des écoles spécialisé et de toute une équipe pluridisciplinaire composée de deux aides médico-psychologiques, d’un éducateur jeunes enfants, d’un éducateur spécialisé et de personnel paramédical, dont une psychologue, un orthophoniste et un psychomotricien.

A noter qu’une structure similaire avait été ouverte l’année dernière dans les Vosges.

Maladie d’Alzheimer : un jardin thérapeutique à l’EHPAD de Saint-Quirin

Commentaires » 0

Un jardin thérapeutique a dernièrement été inauguré à l’unité Alzheimer de l’EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) La Charmille de Saint-Quirin, dans le Pays de Sarrebourg.

Ce jardin de 1 200 mètres carrés permet aux résident actifs atteints de la maladie d’Alzheimer des cultiver des fruits et légumes, de récolter des plantes pour la tisane et d’arroser des fleurs. L’espace stimule ainsi leur mémoire et leur sens. Les personnes âgées se sentent revivre grâce à ces petits moments de plaisir. Le jardin thérapeutique aide enfin les résidents à mieux accepter l’entrée en maison de retraite. Cette dernière est en effet souvent vécue comme une trahison et un deuil.

A note que d’autres structures du même genre ont le vu le jour en Lorraine, notamment au CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de Nancy.

Un solde de 160 emplois détruits en 2014 en Lorraine

Commentaires » 0

Selon une étude du cabinet France Industrie & Emploi, 160 emplois ont été détruits en Lorraine en 2014, soit nettement moins qu’en Alsace (1 013) et qu’en Champagne-Ardenne (1 515) sur la même année. Cela dit, la Lorraine comptait 3 690 chômeurs de plus fin 2014 que début 2014. Un emploi détruit n’implique en effet pas obligatoirement une personne de plus au chômage. Un emploi n’est pas systématiquement renouvelé. Cela peut par exemple être le cas lors d’un départ à la retraite qui n’est pas remplacé.

Avec 2 142 emplois crées en 2014, la Lorraine est la 10ème région qui créé le plus d’emplois en France, devant l’Alsace (12ème, avec 1 848 emplois crées) et la Champagne-Ardenne (20ème, avec 721 emplois crées) et la 10ème région la plus destructrice d’emplois avec 2 302 emplois détruits en 2014, devant l’Alsace (2 861 emplois détruits), mais derrière la Champagne-Ardenne (2 236 emplois détruits).

Investissement à l’ESAT des Ateliers du Golf à Faulquemont

Commentaires » 0

Une cuisine centrale a dernièrement été inaugurée à l’ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail) Les Ateliers du Golf de Faulquemont. Cet équipement tant attendu permet d’assurer la restauration des employés des 18 établissements gérés par l’Association familiale d’aide aux personnes ayant un handicap mental des régions de la Rosselle et de la Nied, soit plus d’un millier de repas livrés par jour. La cuisine centrale devrait également être sollicitée par les crèches, les collèges et les maisons de retraite des environs. Clair, spacieux et fonctionnel, le nouveau bâtiment, d’une superficie de 3 500 mètres carrés, a représenté un investissement de six millions d’euros. L’établissement entend désormais se doter d’un restaurant d’entreprises.

L’ESAT assure par ailleurs des activités de sous-traitance, dont du conditionnement de pièces, pour des entreprises de la zone industrielle de Faulquemont. La blanchisserie de l’établissement traite également une demi-tonne de linge quotidiennement.

Véritable lieu d’apprentissage et de formation, la structure favorise enfin l’insertion professionnelle et le développement personnel de plus de 90 personnes en situation de handicap.

Initiative à Metz : des composteurs partagés installés en Nouvelle Ville

Commentaires » 0

Trois composteurs collectifs ont été installés dans le square de la Rue Antoine en Nouvelle Ville à Metz à l’initiative de l’association de quartier Le Tripôt. Le projet a été retenu dans le cadre du budget participatif 2014 de la Ville. 

L’idée est d’alléger les ordures ménagères, de valoriser les déchets organiques et de créer du lien social entre les habitants du quartier. Les trois composteurs sont dimensionnés pour 50 foyers. Tous les déchets ne sont pas autorisés. Seuls les fruits et légumes pourris, les épluchures, le thé en sachet ou en vrac, les coquilles d’œufs et de fruits secs, les serviettes et les mouchoirs en papier sans produit chimique, les essuie-tout, le marc et les filtres à café, les rouleaux de papier toilette, les fleurs fanées, les croûtes de fromage, les boîtes à œufs en carton et les agrumes découpés en petits morceaux sont acceptés.

Les composteurs fonctionneront par cycle de neuf mois avec trois mois de remplissage suivis de six mois de maturation. Le compost obtenu sera redistribué aux habitants pour leur jardin, leur balcon ou leurs plantes d’intérieur. Il pourra également être utilisé pour les espaces verts de la ville, voire à moyen terme pour un nouveau projet de potager partagé.

(Source : RL du 24/05/2015)

Restructurations chez Schneider Electric en Moselle

Commentaires » 1

En raison de la baisse continue des prix du marché sur l’ensemble des transformateurs de moyenne tension, Schneider Electric a dernièrement décidé de délocaliser en partie sa production en Pologne sur le site d’une ancienne usine Areva. Le prix de revient des transformateurs devraient en contrepartie diminuer de près de 30 %.

Cette délocalisation entraînera la fermeture deux filiales du groupe, à savoir l’usine Transformateurs de Petit-Quevilly (TPQ), près de Rouen, qui produit en série les transformateurs répétitifs de moyenne tension en question plutôt bas de gamme, ainsi que la chaudronnerie de France Transfo située à Marange-Silvange. Cette dernière, qui réalise ainsi les cuves destinées à TPQ, emploie actuellement 70 salariés. Elle fait par ailleurs partie de l’un des trois sites mosellans de France Transfo, où travaillent au total 530 personnes en CDI (Contrat à Durée Indéterminé). Les deux autres, à Maizières-lès-Metz et à Ennery, seront également impactés par ces restructurations d’ordre financière. Une vingtaine d’employés de Maizières-lès-Metz travaillent en effet sur le même produit fini. Par conséquent, 90 emplois devraient être dans l’ensemble supprimés en Moselle. A note que les concurrents de France Transfo avaient déjà fait le choix de se délocaliser leur production en Europe de l’Est.

Afin de compenser ces mesures, la direction de Schneider Electric a parallèlement annoncé la pérennisation de 27 postes actuellement occupés par des intérimaires à Ennery.

Rappelons que Schneider Electric a dégagé en 2014 environ 1,5 milliards d’euros de bénéfices. Le groupe conserve toujours une bonne part de marché chez ERDF avec notamment 3 500 transformateurs commandés.

Création d’un Service Militaire Volontaire à Montigny-lès-Metz

Commentaires » 2

Les quartiers Colin et Raffenel-Delarue, situés Rue Franiatte à Montigny-lès-Metz, accueilleront l’un des sept centres de Service Militaire Volontaire (SMV) qui doivent être créés en France métropolitaine.

Ce nouveau dispositif d’insertion professionnelle destiné aux jeunes de 18 à 25 ans en rupture avec la société et le système scolaire s’inspire directement du Service Militaire Adapté (SMA) mis en place et unanimement reconnu en Outre-Mer depuis 1961. Ce dernier, qui enregistre en effet un taux d’insertion professionnelle de 70 %, associe l’instruction des règles militaires de bonne conduite à une formation professionnalisante en adéquation avec les besoins du bassin d’emploi et des métiers en tension. Les entreprises recrutent ensuite ainsi plus facilement les jeunes qui ont été recadrés.

Disposant de locaux d’ores et déjà opérationnels, le site de Montigny-lès-Metz est appelé à devenir le centre pilote de l’ensemble des SMV. Les premiers volontaires et leurs formateurs sont attendus dès l’automne prochain. A terme, près de 500 jeunes devraient y être accueillis en formation militaro-professionnelle.

12345...20