Centre de ressources numériques sur la Lorraine

» Catégorie : Social


Rénovation urbaine à Freyming-Merlebach

Commentaires » 2

Comptant 156 logements dans les années 1960, le quartier Arc-en-Ciel de Freyming-Merlebach a été entièrement repensé dans le cadre d’une opération de renouvellement urbain, sous l’égide de l’ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine). Après la démolition de 92 logements, la construction de 30 autres et la requalification des espaces extérieurs, le quartier affiche désormais un nouveau visage. De son côté, la municipalité a assuré le désenclavement des immeubles qui étaient situés dans une impasse en créant de nouvelles voiries. 

Restructurations militaires : Commercy attend toujours

Commentaires » 0

C’est en 2008 que la dissolution du 8ème Régiment d’Artillerie (RA), installé à Commercy depuis 1962, fut annoncée. Devant la saignée imposée par la fermeture du régiment, 900 emplois directs, et la mobilisation, la ville parvint à arracher un moratoire sans date butoir. Autrement dit, le 8ème RA ne quittera pas la capitale de la madeleine tant que la totalité des emplois supprimés ne sera pas compensée. 

Trois ans plus tard, le régiment a pourtant déjà perdu 226 militaires au cours d’une restructuration interne. 

Il faut dire que la disparition du régiment serait catastrophique pour la ville, dont le taux de chômage est supérieur à 12,5 %. Depuis dix ans, Commercy a perdu 1 000 emplois : tréfilerie, soudure, meubles, industrie agro-alimentaire, arrêts SNCF (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/08/16/commercy-rackette-par-la-sncf/), rien ne semble apparemment épargner la cité meusienne. Rien ne semble non plus inciter les élus locaux à réagir pour créer des emplois et de la valeur ajoutée (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/02/24/morts-aux-champs-mais-sans-honneur/#more-386). Il n’y a donc pas de hasard. 

Actuellement, la municipalité travaille sur un contrat de développement économique qui court jusqu’en 2016, avec une promesse de Paris de 10 millions d’euros. 

Si le ministère français de la défense est aujourd’hui dirigé par un Lorrain, un Meusien même, il n’y a malheureusement rien à en attendre. Mais est-ce bien étonnant ? Gérard Longuet (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/03/03/gerard-longuet-on-nefface-pas-un-passe-si-lourd/) a dit qu’il respectera le maudit « Livre blanc » à la lettre. Un discours difficile à entendre, alors qu’en 2008, Gérard Longuet défilait pour sauver le 8ème RA… 

215 emplois supprimés à la centrale Emile-Huchet

Commentaires » 0

L’énergéticien E.ON France a dernièrement et malheureusement confirmé la suppression de 535 emplois à partir de 2013 dans ses cinq tranches charbon implantées dans l’hexagone, dont 215 rien qu’à la centrale Emile-Huchet à Saint-Avold, où travaillent encore 347 personnes, avec l’arrêt des groupes 4 et 5. Des raisons économiques et environnementales sont invoquées.

La direction réfute néanmoins la formule brutale de 535 suppressions d’emplois. Elle annonce ainsi qu’elle « tiendra compte des nombreux salariés qui pourront faire valoir leur droit à la retraite, des possibilités de reclassement interne et du transfert de compétence vers les plus jeunes ».

E.ON. se justifie par ailleurs en affirmant que ses 5 tranches, qui ont toutes plus de 40 ans, sont techniquement en fin de vie. A Saint-Avold, la tranche 5 de 330 MW, opérationnelle depuis le début des années 1970, aurait, selon l’énergéticien, de toute façon cessé sa production en 2015 en raison de la règlementation européenne. Sur la centrale lorraine, seul le groupe 6 de 600 MW au charbon avait été mis aux normes par l’ancien propriétaire, à savoir  l’espagnol Endesa. C’est pour cela qu’il est préservé. Le groupe 4, qui fonctionne avec une chaudière LFC (Lit Fluidisé Circulant), brûle avant tout des schlamms issus des anciennes carrières et bassins de décantation des Houillères du Bassin de Lorraine. Mais contrairement au LFC de Gardanne en Provence, il ne sera pas transformé en chaudière biomasse, alors que de nombreux essais ont été effectués pour y brûler des boues de station d’épuration. Si bien qu’en 2013, la centrale Emile-Huchet n’aura plus que trois groupes encore en activité, le 6 de 600 MW au charbon qui pourrait également utiliser un peu de schlamms, et les deux derniers, 7 et 8, à cycle combiné-gaz opérationnels depuis cette année. Rappelons qu’une unité au charbon emploie une centaine de personnes avec la maintenance, alors qu’une tranche au gaz nécessite une quarantaine d’employés.

Ce nouveau coup dur démontre que la plateforme de Carling Saint-Avold n’en finit plus de trinquer. En effet, en quelques années, avec les restructurations chez Total Petrochimicals (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/09/26/une-industrie-qui-fond-comme-neige-au-soleil/), les Cokes de Carling (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/10/16/limmense-gachis-de-la-cokerie-de-carling/) et maintenant la centrale, c’est plus d’un millier d’emplois qui a disparu sur cette zone industrielle historique. 

Urbanisme au Sablon

Commentaires » 11

Le Sablon est un quartier prisé par les Messins pour son côté village, ses petits commerces, ainsi que pour sa proximité avec le quartier de l’Amphithéâtre et le centre-ville de Metz. C’est pourquoi 95 nouveaux appartements, dont 42 logements sociaux, vont être construits dans le prolongement de la rue Charles le Payen, en retrait de l’avenue André Malraux, sur le site de l’ancienne fourrière municipale. 

Organisés le long de la rue Charles le Payen, qui sera prolongée, et d’une autre voie à construire, ces immeubles seront à taille humaine. Ils bénéficieront par ailleurs du label Bâtiment Basse Consommation (BBC) et donneront, côté jardin, sur un futur parc public. 

L’EPFL (Établissement Public Foncier de Lorraine) a dépollué le terrain. Les services de l’archéologie préventive ont de même déjà effectué des fouilles pour s’assurer que le chantier n’allait pas détruire des éléments de patrimoine enfouis. 

La première pierre de l’ensemble devrait être posée en septembre. La livraison des logements est quant à elle prévue au second trimestre 2013. 

A noter enfin que la Ville de Metz entend « produire 500 nouveaux logements par an » dans le cadre de son plan local de l’habitat. 

Nouvelle IRM : un Titan à la maternité de Nancy

Commentaires » 0

Une toute nouvelle IRM (Imagerie par Résonnance Magnétique) de dernière génération, fabriquée par Toshiba et baptisée Titan, a dernièrement été livrée à la maternité centrale de Nancy dans un pavillon imperméable à tout champ magnétique spécialement dédié à l’imagerie. Cet outil, doté d’un aimant de 5 tonnes, est loué pour une durée de 5 ans, à raison de 27 000 euros par mois. Son utilisation sera mutualisée, puisque le CHU, ainsi que les médecins libéraux, y auront accès grâce à la constitution d’un groupement de coopération sanitaire. 

Saint-Dié-des-Vosges : l’école Camille Claudel sauvée !

Commentaires » 0

Des parents d’élèves de l’école primaire Camille Claudel de Saint-Dié-des-Vosges, soutenus par l’actrice Isabelle Adjani, sont parvenus à empêcher la fermeture de l’établissement, dont les effectifs étaient pourtant considérés comme insuffisants. 

Les parents d’élèves, qui menaient le combat depuis plus de six mois, avaient en effet menacé de manifester devant le siège du Parti Socialiste (PS), rue de Solférino à Paris, en cas de fermeture de l’école, afin de « montrer ce qu’aurait fait une mairie socialiste ». Une initiative très bien pensée, habile et efficace qui appuie là où cela risque de faire mal. Bravo. 

Rappelons à ce titre que le maire de Saint-Dié-des-Vosges n’est autre que Christian Pierret, ancien ministre français de l’industrie de 1997 à 2002 et candidat à la primaire du PS pour la future élection présidentielle. 

Rappelons également qu’en novembre 2010 Isabelle Adjani avait accepté de devenir la marraine de l’école, notamment en raison du personnage qu’elle avait interprété au cinéma et pour lequel elle avait reçu un César en 1989. Cette dernière avait alors déclaré que cette initiative représentait pour elle une véritable « fierté », car elle pouvait ainsi « prolonger l’engagement artistique, moral et humain pour la mémoire de Camille Claudel », engagement qui ne l’a « jamais quittée » depuis qu’elle a eu le « bonheur de l’incarner au cinéma ». 

Notons enfin que cette école primaire se situe dans un quartier excentré de Saint-Dié-des-Vosges. Elle compte quatre classes, dont une de sept enfants autistes. 77 élèves y sont inscris, soit 18 % de plus que l’an dernier.   

Coupes claires à Hospitalor

Commentaires » 7

La maternité et le service pédiatrique d’Hospitalor à Saint-Avold fermeront leurs portes en juin 2011 malgré l’opposition des syndicats. 150 à 200 suppressions d’emploi sont annoncées dans un secteur déjà tristement caractérisé par le plus fort taux de chômage de Lorraine. 

Rappelons qu’en raison d’un déficit de 20 millions d’euros, l’Agence Régionale de Santé (ARS) avait acté la fermeture de la maternité et du service pédiatrique dans le cadre du regroupement de l’offre de soin dans le Bassin Houiller. Ces deux services devraient rejoindre le Centre Hospitalier Marie Madeleine de Forbach. 

En attendant, le personnel se dit inquiet pour son avenir et celui des patients. 

Le 22 octobre 2010, le conseil municipal de Saint-Avold avait voté une motion afin d’affirmer son opposition aux restructurations médicales dans le Bassin houiller (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/03/16/sante-le-bassin-houiller-a-nouveau-menace/). 

Metz : 150 emplois créés par le centre d’appel

Commentaires » 3

Le Groupe ACSF (Arvato Communication Services France) a dernièrement investi plus d’un million d’euros sur son site messin, pour créer un nouveau plateau d’appels et ainsi embaucher 150 nouveaux collaborateurs. Avec 750 salariés, ACSF deviendra l’un des plus gros employeurs de l’agglomération messine. 

Depuis plusieurs années, le site messin d’ACSF figure parmi les mieux classés dans tous les palmarès de relations clients.  

L’extension se fait dans un hangar désaffecté situé à l’arrière du bâtiment existant, Route de Thionville. ACSF y aménage une nouvelle plateforme d’appels, deux salles de formation et une salle de détente. 

Les travaux devraient être terminés à la fin du mois de mai. 

A noter que le groupe aurait pu créer ces nouveaux emplois dans un pays où le coût du travail est moins important, mais il a préféré miser sur la qualité du bassin d’emploi de Metz. Tous les centres d’appels ne sont donc pas délocalisés en Tunisie ou au Maroc … Certes. Mais la Lorraine dispose tout de même d’un nombre assez important de centres d’appels. Est-ce un signe de faible valeur ajoutée technologique ?

Nuages noirs sur les cristalleries de Baccarat

Commentaires » 0

En envisageant de fermer l’unique four dédié à la fabrication à la main sur les trois que possèdent les cristalleries de Baccarat, ces dernières font planer le doute sur l’avenir de plus de 250 salariés et sous-traitants. Pour les syndicats, « cette fermeture est la conséquence d’une mécanisation galopante, au détriment du travail traditionnel reconnu à la cristallerie de Baccarat ». Rappelons que l’entreprise lorraine, créée en 1764, avait déjà supprimé 120 emplois en 2003. De même, celle-ci a également renvoyé 86 intérimaires au début de l’année et a procédé à des mesures de chômage partiel. Du jamais vu depuis 1995 …

1...1617181920