Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

» Catégorie : Insolite


Visage du Christ à Sierck-les-Bains

Commentaires » 2

Apparu en septembre 1985 sur la façade d’une maison au crépi sale Grand-Rue à Sierck-les-Bains, le visage du Christ est toujours là, impassible et intact dans sa bulle de salpêtre blanchâtre, avec ses yeux, son nez, sa bouche et ses cheveux mi-longs. C’est en soirée, en lumière rasante, que le phénomène est le plus visible. Le Christ semble tourner son regard vers le rosaire médité de la chapelle de Marienfloss.

Visage du Christ à Sierck-les-Bains dans Insolite visage-christ-sierck-les-bains

Etrange apparition du Christ sur une façade d’une maison à Sierck-les-Bains (Crédits photo : paranormal-info.fr)

La découverte avait à l’époque déclenché toutes les passions et les ferveurs. La cité des Ducs de Lorraine de 1 800 habitants, située aux confins du Pays des Trois Frontières, avait fait l’objet d’un incroyable pèlerinage. Des scientifiques de renom et des journalistes du monde entier avaient alimenté la chronique. Certains avancèrent l’hypothèse d’une fuite d’eau. Celle-ci aurait produit l’étrange formation de salpêtre sur une tâche qui existait depuis des années. 

Depuis, Sierck-les-Bains la médiévale est retombée dans l’anonymat, blottie à l’ombre de son château-fort, malgré diverses tentatives mercantilistes mal avisées.

Miracle ou simple coïncidence, l’apparition fait désormais partie intégrante du patrimoine de la ville. Elle sera prochainement mise en valeur dans le cadre d’un parcours spirituel, dont elle sera le point d’orgue. Elle survivra par ailleurs au ravalement des façades de l’immeuble, prévu lors de l’installation d’une banque au rez-de-chaussée.

En attendant, le mystère reste entier.

Troisième volet de la campagne « Je veux Metz »

Commentaires » 2

Lancée en 2010 par l’agence Metz-Métropole Développement (MMD), plusieurs fois récompensée, parfois même parodiée, la campagne « Je veux Metz » a fait parler de Metz et de son agglomération bien au-delà de nos frontières. Le troisième opus reprend les mêmes ingrédients des précédentes saisons, en ciblant davantage cette fois les chefs d’entreprise et les cadres. Toujours aussi décalée, la campagne publicitaire met ainsi en scène le désarroi d’un patron new-yorkais de la Soliatech Incorporated, dont l’ensemble des salariés, partenaires et associés, ont tous migré vers la capitale lorraine.

Troisième volet de la campagne « Je veux Metz » dans Actualité je-veux-metz-3

Un troisième volet sur un ton toujours aussi décalé (Crédits image : Metz-Métropole Développement)

Ce troisième volet représente un investissement de 350 000 euros. Il s’affichera du vendredi 2 novembre au lundi 31 décembre 2012 dans la presse économique, les principales gares TGV, le métro parisien, les salons professionnels et sur internet.

L’idée consiste à faire évoluer de manière positive l’image de Metz et de déclencher la volonté de s’y installer. D’autant qu’en matière d’immobilier d’entreprise, l’agglomération messine ne manque pas de potentiel.

Moustache prend son envol

Commentaires » 1

Deux jeunes entrepreneurs se sont lancés dans la fabrication de vélos à assistance électrique. Installée à Golbey, près d’Epinal, leur entreprise connaît un succès fulgurant. Elle a vendu 1 200 vélos au lieu des 650 initialement prévus.

Moustache prend son envol dans Actualité velo-moustache-vosges Les deux hommes ont défini une gamme composée de produits beaux et intuitifs à l’usage, où le cycliste ne se prend pas la tête pour savoir quelle vitesse il doit enclencher. Il en a résulté un vélo avec un guidon particulier en forme de moustache. Ils ont convaincu un concepteur de cadres installé à Taïwan et Bosch de leur fournir le moteur. La qualité du projet a séduit. Avec un design fort, une silhouette identifiable au premier coup d’œil et un moteur central qui facilite l’équilibre du cycle, les vélos Moustache sortent du lot. Même le célèbre designer Philippe Starck s’est montré intéressé, au point d’en commander.  

Depuis, un important contrat avec un distributeur suisse leur a assuré 500 vélos d’un coup. L’entreprise compte neuf salariés après un an d’existence. Les deux chefs d’entreprise comptent vendre environ 4 000 vélos en 2013.

De la source aux bébés de Bliesbruck

Commentaires » 0

Dans le petit village de Bliesbruck, niché au fond de la vallée de la Blies, lorsque l’on évoquait la conception des bébés, il n’était question ni de choux ni de cigogne, mais d’une source aux eaux fraîches et cristallines qui jaillit au pied du Kloppberg, « Le Griesbrunnen », qui signifie littéralement « Source au sable ».

De la source aux bébés de Bliesbruck dans Culture et patrimoine source-bebes-bliesbruck

Le Griesbrunnen à Bliesbruck (Crédits photo : RL)

Les anciens avaient en effet recours au merveilleux qui imprégnait leur existence pour expliquer le miracle de la vie. Les eaux du Griesbrunnen avaient ainsi selon eux des propriétés curatives. Elles étaient collectées dans un bassin avant d’alimenter l’unique fontaine sur la rive droite de la Blies, au « Petit Côté ». Ces prétendues vertus expliquent que l’eau bénite et l’eau baptismale provenaient jadis de cette fontaine. De nombreux Bliespontains et habitants des villages environnants préféraient cette eau à celle de leur puits ou de leur réseau de distribution.

La légende veut que ce soit dans eau et dans l’obscurité profonde de ce bassin qu’aurait germé, il y a bien longtemps, une vie mystérieuse et secrète qu’une lourde dalle de pierre calcaire cache encore jalousement aux regards indiscrets et trop curieux. Le miracle avait lieu chaque année au printemps, quand les fleurs ouvraient leurs corolles aux couleurs éclatantes et que les oiseaux chantaient dans les haies et les bosquets. Certaines personnes particulièrement réceptives percevaient, en passant près du bassin, des rires enfantins et des vagissements quelque peu étouffés par la lourde dalle.

On raconte aussi que durant les nuits de pleine lune, une fée, gardienne du bassin, soulevait la pierre avec sa baguette magique pour faire apparaître des nouveau-nés, garçons et filles, choyés par des ondines et s’ébattant dans l’eau cristalline du Griesbrunnen. Les couples désirant avoir un enfant devaient alors s’approcher respectueusement de la fontaine, afin de recevoir des mains de la fée et selon leur souhait, un garçon, une fille, ou les deux à la fois.

Les enfants du village étaient convaincus de l’authenticité de ce mythe et il arrivait qu’au cours d’escapades, ils s’approchaient avec une certaine appréhension du bassin, pour poser l’oreille contre la lourde dalle. Et c’est alors que, ravis, ils semblaient percevoir, étouffés par la lourde pierre, des rires et des gazouillis. On peut cependant penser que ces bruits venus des profondeurs de la terre n’étaient que le clapotis de l’eau tombant dans le bassin, le merveilleux cédant le pas avec l’âge à la réalité.

Découverte d’un Nothosaure à Sarraltroff

Commentaires » 0

Fin juin, lors de travaux de terrassement sur le chantier de la LGV Est-européenne (voir : http://forumdeslorrains.forumactif.com/t877-tgv-est-europeen) à hauteur de la commune de Sarraltroff, près de Sarrebourg, les engins ont mis au jour les restes fossilisés d’un reptile marin vieux de 235 millions d’années.

Découverte d’un Nothosaure à Sarraltroff dans Actualité nothosaure

Reconstitution d’un Nothosaure par image de synthèse (Crédits image : Ciavatti 2008)

Il s’agit probablement d’un Nothosaure, monstre marin du Trias aux dents acérées qui pouvait mesurer jusqu’à trois mètres de long. Les Nothosaures peuplaient la mer tropicale qui recouvrait à l’époque la Lorraine. Ils se sont éteints avant le Jurassique et appartiennent à une des nombreuses branches mortes de l’évolution.

30 mètres carrés de roches ont été décaissés autour des premiers restes, d’abord à la pelleteuse puis aux couteaux et aux pinceaux. Après 11 jours d’un travail minutieux, les scientifiques ont mis la main sur une vingtaine de côtes et quelques vertèbres fossilisées. La découverte est particulièrement intéressante dans la mesure où les fossiles de reptiles marins retrouvés en France apparaissent habituellement sous forme d’os isolés.

Le Nothosaure de Sarraltroff a été transporté dans deux sarcophages de plâtre à Nancy, où il sera examiné. Plusieurs centaines d’heures de travail à l’aide de micro-outils pneumatiques seront nécessaires pour le libérer.

Tradition du Wurstessen au barreau de Sarreguemines

Commentaires » 0

La tradition du Wurstessen (repas de la saucisse) remonte à 1935. Les avocats du barreau de Sarreguemines l’ont instauré à chaque rentrée judiciaire de septembre, afin de remercier leurs personnels et ceux des greffes des tribunaux du ressort de Sarreguemines, Forbach et Saint-Avold. Cette soirée conviviale permet en effet de resserrer les liens.

Tombé en désuétude depuis une vingtaine d’années, le Wurstessen a remis le couvert en 2012. Pour le plus grand bonheur des 120 personnes présentes qui ont dégusté une assiette de charcuterie, des quenelles de foie sur un lit de choucroute, une tarte flambée pommes-cannelle et un gâteau géant surmonté de bougies pour célébrer les 90 ans du barreau de Sarreguemines !

Regard inédit sur les champs de bataille

Commentaires » 0

Dans le cadre d’un projet d’audio-guidage des champs de bataille de Verdun, une équipe de l’Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (ECPAD) capture des images depuis juillet. Auparavant, il y a eu un travail important de recherche documentaire. L’idée est de proposer aux visiteurs une application mobile pour découvrir les champs de bataille, à travers des images d’archives et des images actuelles des différents sites.

Regard inédit sur les champs de bataille dans Actualité champs-bataille-Verdun

Les nouvelles technologies arrivent sur les champs de bataille de Verdun (Crédits photo : Office de Tourisme de Verdun)

Dans cette optique, un drone a été utilisé. Celui-ci permet de travailler dans la troisième dimension grâce aux nombreux mouvements de travelling et panoramiques de la caméra. L’engin permet également d’obtenir des points de vue inédits. Avec sa petite taille, il peut en effet se faufiler aisément un peu partout, chose qu’un hélicoptère ne peut pas faire. Par exemple, sur l’ouvrage des « Quatre cheminées », les visiteurs ne voient que la partie émergée de la construction. Avec une reconstitution en 3D, ils pourront en découvrir l’intérieur. Le projet renforcera par conséquent la connaissance historique quand le site n’est pas accessible.

Après le Centre mondial de la Paix et les champs de bataille, le travail de l’ECPAD se poursuivra à la mairie de Souilly et au fort de Troyon. Tous ces plans inédits seront ensuite enrichis par des images d’archives et des textes historiques.

Habiter dans un château d’eau à Vandœuvre

Commentaires » 0

Le château d’eau Saint-Charles de Vandœuvre-lès-Nancy a été reconverti en 1990 en tour d’habitation. 18 logements sociaux ont été créés de toutes pièces dans ce bâtiment circulaire haut de 35 mètres. Une prouesse architecturale, forcément devenue un véritable objet de curiosité. Quasiment aucun mur n’est parallèle à son vis-à-vis et aucun logement ne présente d’angle droit. De quoi déboussoler les inconditionnels de volumes rectangulaires.

chateau eau Vandoeuvre

Le château d’eau de Vandœuvre-lès-Nancy (Crédits photo : Alex@andrin)

Le cahier des charges imposait juste de préserver la structure en béton armé et de faire un minimum de modifications en façade. Les motifs en plein cintre et en attique furent conservés. Les décors originaux en briques de laitier et de terre cuite ont été replacés sur une façade préfabriquée en béton. Des celliers ont été installés au sommet, en lieu et place de la cuve de 1 000 mètres cubes qui constituait la raison d’être des lieux. Aujourd’hui, seuls une vieille vanne extraire des pompes qui fait office de poignée du hall d’entrée et un escalier hélicoïdal tournant autour des deux conduits d’amenée et de distribution de l’eau rappellent l’origine du bâtiment. Il est rarissime de pouvoir mener à bien ce genre de projet. Il ne doit en exister que trois ou quatre en France.

Le diamètre de la tour est de 17 mètres. Les dalles étaient espacées soit de 2,5 mètres, soit de plus de 5 mètres, ce qui a permis la création de niveaux intermédiaires et donc de duplex. Une cage d’ascenseur a pu être installée sans toucher à une seule poutre. Mais le principal défi consista à faire entrer la lumière dans l’édifice. Les rares ouvertures ont été reproduites à l’identique sur toute la façade, d’où les doubles baies vitrées qui vont du sol au plafond et qui offrent une vue époustouflante sur l’agglomération nancéienne.

Avant même d’entamer sa seconde vie, le château d’eau de Vandœuvre avait déjà marqué l’histoire lorraine de l’architecture. Il avait en effet été construit en 1908 selon un procédé d’avant-garde. Il s’agissait d’un des premiers bâtiments du XXème siècle en béton armé, selon la méthode Hennebique, du nom de l’ingénieur à l’origine du procédé. Sa construction avait également constitué un événement, puisqu’elle avait nécessité la mise en place d’une grue haute de 45 mètres. Du jamais vu à l’époque. Tout Nancy se déplaçait pour voir ce chantier.

Mais l’édifice avait perdu sa raison d’être dès les années 1950 avec la création de la nouvelle usine des eaux. Le monument a exposé pendant 30 ans sa silhouette triste et désœuvrée à toute l’agglomération. Personne n’osait raser ce phare familier et emblématique de l’architecture industrielle du début du XXème siècle. Plusieurs projets furent envisagés : restaurant panoramique, tour de télévision, musée de l’eau ou encore théâtre en rond dans la cuve. Aucun ne trouva le financement nécessaire. Jusqu’à la candidature de la SA HLM de l’Est. Cette dernière acquit le bâtiment en 1990 pour le franc symbolique à la Ville de Nancy, propriétaire des lieux, bien qu’il se situe sur le ban communal de Vandœuvre. Le château d’eau Saint-Charles était sauvé.

(Source : RL du 18/07/2012)

Une rentrée sous les meilleurs auspices à Forbach

Commentaires » 0

Les écoliers issus de la communauté de paroisses Saint-Rémi de Forbach ont été invités à venir à la messe pour bénir leur cartable, afin que l’année scolaire se déroule dans les meilleurs conditions pour les résultats en classe, les relations entretenues avec les enseignants, la famille et avec les camarades d’école. Comme le veut la tradition, tous les sacs ont été rassemblés dans le chœur de l’église pour être bénis.

L’écorché de Nancy restauré

Commentaires » 0

Réalisé par Louis Auzoux au XIXème siècle, l’écorché en carton moulé donné par le lycée Henri Poincaré de Nancy au Museum Aquarium (voir : http://forumdeslorrains.forumactif.com/t1848-museum-aquarium-de-nancy) est en cours de restauration. Cet étrange bonhomme d’1,30 m sera ensuite présenté parmi les collections de l’institution.

L’écorché de Nancy restauré dans Actualité %C3%A9corch%C3%A9-Nancy

Docteur en médecine, Louis Auzoux est devenu célèbre grâce à ses modèles anatomiques en papier mâché. Volontairement pédagogiques, ses créations peuvent se démonter et se remonter à l’infini. Les ravages du temps ont fait leur effet, rendant ainsi plus délicates les manipulations. Composé d’une structure métallique, l’écorché est nu. Ses muscles, ses organes, ses veines et ses globes oculaires sont apparents.

Contempler des œuvres à lueur des torches

Commentaires » 1

Invité à fêter ses 30 ans au Centre Pompidou-Metz, le FRAC de Lorraine (Fonds Régional d’Art Contemporain) propose au public de découvrir à la lampe torche 250 photographies de 60 artistes de sa collection et de prolonger la découverte chez des particuliers.

Intitulée « Frac Forever », cette exposition expérimentale devrait surprendre par son impertinence. Installée dans la galerie 3 du 26 septembre 2012 au 28 février 2013, les œuvres seront en effet entièrement plongées dans l’obscurité. Afin d’en savoir plus sur ce qu’il aura vu ou non avec sa lampe torche, le public devra passer par la subjectivité des 30 « complices » du FRAC qui auront assisté au montage de l’exposition et qui voudront partager ce qu’ils ont vu. Ces derniers recevront à tour de rôle les visiteurs par groupe de quinze personnes, chaque dimanche, sur réservation. Ils les accueilleront chez eux, sur leur lieu de travail ou dans un endroit public, comme la gare SNCF. Libres à ces médiateurs d’un nouveau genre de raconter ce qu’ils veulent sur la collection du FRAC ou sur une œuvre en particulier, d’expliquer pourquoi ils aiment l’art contemporain et pour certains de présenter d’autres photographies de la collection.

Rappelons que le FRAC de Lorraine fait partie du réseau de partenaires du Centre Pompidou-Metz. Sa collection est la plus précise et la plus engagée des FRAC en France.

Des Dîners insolites dans les Vosges

Commentaires » 0

Depuis trois ans, les Dîners insolites, concept imaginé dans les Vosges, rencontrent un succès sans précédent. L’idée consiste à organiser des dîners dans des lieux surprenants, afin de proposer une approche originale du patrimoine.

Des Dîners insolites dans les Vosges dans Actualité D%C3%AEners-insolites-Vosges

La forteresse de Châtel-sur-Moselle (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2008/10/27/le-plus-grand-chateau-fort-deurope/), le pavillon du parc du château d’Epinal, la chapelle désacralisée de Travexin à Cornimont (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2012/07/20/nouveau-destin-pour-la-chapelle-de-travexin/), la féculerie de Gentrey, les papeteries Lana de Docelles, le Moulin de Xamontarupt, la Rotonde de Thaon-lès-Vosges, le Musée franco-tchéchoslovaque de Darney, le château des Capucins à Rambervillers ou le château des Brasseurs de Xertigny, chaque lieu enchaîne deux dates, le vendredi et le samedi. Dix dates en 2010, vingt-quatre en 2011, quarante-huit en 2012 et probablement plus encore l’an prochain. Plus de 2 700 repas seront servis cette année. Tous les rendez-vous sont complets. Entre 50 et 100 places sont à chaque fois proposées, en fonction de la configuration des lieux. Le succès est tel que d’autres départements songent à reproduire le modèle. Une idée originale devenue une réalité triomphante, mais dont il faudra néanmoins éviter l’épuisement et la banalisation.

1...7891011...13