Centre de ressources numériques sur la Lorraine

» Catégorie : Environnement


Stop aux déchets sur les bords de nos routes !

Commentaires » 1

Malgré les nombreuses opérations de ramassage, les bords des routes de Lorraine sont de plus en plus sales. A l’issue d’un week-end, les agents d’exploitation de la Direction Interdépartementale des Routes Est (DIR Est) enlèvent parfois jusqu’à 800 kg de déchets par jour : bouteilles en plastique, résidus divers, chaussures, cigarettes, papiers, réfrigérateurs, canapés, machines à laver, voire même échets industriels, etc. Ils trouvent de tout et n’importe quoi.

L’année dernière, ces mêmes agents ont ramassé l’équivalent de 700 kg de déchets par kilomètre le long des axes lorrains dont ils ont la responsabilité. 1 130 tonnes de détritus ont au total été récupérées en 2014. Près de 65 000 heures de travail sont consacrées annuellement à ce ramassage. 

Afin de sensibiliser les usagers à l’amplification de ce phénomène, une pancarte intitulée « déchet monstre » et un personnage réalisé à partir d’objets récupérés sur les bords de nos routes ont été installés au niveau de l’échangeur de Forbach Zone de l’Europe sur l’A320.

Alors maintenant stop aux déchets !

Des lieux de baignade de qualité en Lorraine

Commentaires » 0

La Lorraine compte 42 sites de baignades autorisés, dont 21 en Moselle, 12 dans les Vosges, 6 en Meuse et 3 en Meurthe-et-Moselle. La qualité des eaux de baignade est classée selon quatre catégories allant d’une eau de qualité insuffisante (I) à une eau d’excellente qualité (E). En Lorraine, 33 lieux de baignades possèdent une eau de qualité E.

Lac Gérardmer

Le Lac de Gérardmer dans les Vosges (Crédits photo : Sebb)

L’Agence Régionale de Santé (ARS) contrôle chaque année régulièrement l’ensemble de ces sites de baignade. La qualité des eaux est évaluée à partir des analyses effectuées sur des échantillons prélevés entre 10 et 20 jours avant le début de la saison puis tous les 15 à 30 jours pendant la période d’ouverture au public.

(Source : RL du 05/07/2015)

Nouvelle piste cyclable entre Bitche et Walschbronn

Commentaires » 0

Une piste cyclable flambant neuve relie désormais Bitche à Walschbronn et même Pirmasens, en Allemagne. Le tronçon de 15 km a dernièrement été inauguré. Il a représenté un investissement de 2,1 millions d’euros.

Le circuit permet d’admirer le Château du Weckersburg à Walschbronn, deux fromageries ou encore une fabrique de tonneaux. Entièrement balisé, il traverse des forêts, des villages, ainsi que d’anciennes fermes.

Aménagement du sentier du héron à Sarreguemines

Commentaires » 0

Le sentier du héron a dernièrement été inauguré sur l’ancien chemin de halage en plein centre de Sarreguemines. Doté de panneaux explicatifs sur la faune et la flore locale et de lunettes d’observation postées le long de la Sarre, il propose sur 1,5 km de mieux connaître cet animal emblématique de nos contrées, ainsi que d’autres oiseaux qui vivent dans le même environnement. Les panneaux ont été rédigés en français et en allemand. Ils arborent également des flash codes qui renvoient les visiteurs sur un site internet donnant plus d’informations sur la cité des faïences et la nature. A noter enfin que le sentier du héron a représenté un investissement de 200 000 euros.

Ecologîtes au Camping du Mettey dans les Vosges

Commentaires » 0

Implanté depuis trente ans sur les hauteurs de Vagney, dans les Vosges, l’éco-camping du Mettey propose une dizaine d’« écologîtes » avec vue plongeante sur la vallée. Ces habitations tout confort de 50 mètres carrés peuvent accueillir de quatre à huit personnes. Ils sont recouverts de polycarbonate, afin de protéger le bois et d’offrir une isolation supplémentaire. Le projet, qui a représenté un investissement de 1,7 million d’euros, a été récompensé par le second prix national de la construction en bois touristique en 2015.

Interdit aux voitures, le Camping du Mettey dispose sur cinq hectares dans un endroit calme de chalets, de roulottes, de bulles et d’emplacements pour caravanes. Des soirées thématiques autour des contes et légendes des Vosges et de l’épinette sont régulièrement organisées.

A noter enfin que le site a obtenu l’écolabel européen environnement en 2014.

logo-camping-mettey

Plus importante collection de Lilas Lemoine au monde au Jardin botanique du Montet à Villers-lès-Nancy

Commentaires » 0

Le Jardin botanique du Montet, à Villers-lès-Nancy, possède la plus importante collection de  Lilas Lemoine au monde.

Lemoine Firmament

Le Lilas Firmament fait partie de l’importante collection Lemoine du Jardin botanique du Montet (Crédits photo : Patrice GREFF pour le Groupe BLE Lorraine)

Au XIXème siècle, Nancy était un grand centre horticole. La Société Centrale d’Horticulture y fut notamment fondée en 1877. De nombreux horticulteurs nancéiens restent par ailleurs connus dans le monde entier, à l’image de François-Félix Crousse et de Victor Lemoine qui se distinguèrent par leur créativité et leurs importants travaux d’hybridation. Victor Lemoine créa son établissement en 1849. Le succès et la renommée de la Maison Lemoine s’exporta jusqu’en Angleterre et aux Etats-Unis. Avec son fils Emile et plus modestement avec son petit-fils, Victor Lemoine développa des centaines de nouvelles variétés horticoles.

Sur les 214 lilas de la collection Lemoine présentés au Montet, de nombreuses variétés ont été retrouvées aux Etats-Unis, au Canada et en Russie.

Pôles de compétitivité : fusion de Fibres et d’Energivie

Commentaires » 0

Le pôle de compétitivité lorrain Fibres, basé à Epinal, et son homologue alsacien Energivie, situé à Strasbourg, ont fusionné le 1er janvier 2015 pour former le nouveau pôle Fibres-Energivie. Ce dernier entend développer cinq axes stratégiques, à savoir la chimie verte, les nouveaux matériaux issus des fibres du bois, l’écoconception et l’écoconstruction de bâtiments et de maisons à énergie positive.

Le nouveau pôle compte 400 membres, dont 250 entreprises adhérentes. Il emploie une vingtaine de personnes et dispose d’un budget annuel de 2,5 millions d’euros. Fibres-Energivie, dont le siège a été fixé à Epinal, vise le Top 10 des pôles de compétitivité français et affiche des ambitions internationales. A noter enfin qu’un nouveau nom devrait être adopté à moyen terme.

logo pôle Fibres Energivie 2

Nouvelle centrale de cogénération à Aboncourt

Commentaires » 1

Une unité de cogénération a dernièrement vu le jour sur le site d’enfouissement des déchets d’Aboncourt, près de Metzervisse. Portée par la Communauté de Communes de l’Arc Mosellan (CCAM), la structure exploite les biogaz issus de ces déchets, afin de produire de l’électricité et de la chaleur. L’unité, qui a représenté un investissement de 1,7 millions d’euros, complète les dispositifs déjà existants de traitement des effluents liquides et gazeux.

Le biogaz est acheminé à la centrale jusqu’à une tour qui élimine l’hydrogène sulfuré, avant d’être filtré par charbon actif pour être affiné. 400 mètres cubes de biogaz, composé à 40 % de méthane, sont actuellement acheminés par heure. Il permet d’alimenter un moteur couplé à un alternateur qui produit 1 200 kW/h, soit la consommation annuelle de 1 300 équivalents logements. La production est vendue à EDF.

La chaleur produite est enfin exploitée dans le processus de traitement des déchets liquides, afin d’obtenir une eau complètement déminéralisée qui peut ensuite être rejetée directement dans la Canner.

(Source : RL du 01/06/2015)

Biomolécules : signature d’un accord entre PAT et BASF

Commentaires » 0

La start-up lorraine Plant Advanced Technologies (PAT) a dernièrement signé un accord avec BASF, numéro un mondial de la chimie.

Implanté à Laronxe, dans le Lunévillois, PAT cultive près de 200 plantes sur 2,5 hectares de serres. C’est là que sont extraites des racines des végétaux des molécules actives destinées à l’industrie cosmétique, à la pharmaceutique ou encore à l’agriculture. A la différence de ses concurrents, la société ne détruit pas le végétal lors de l’extraction. Par conséquent, la même plante peut être cultivée presqu’indéfiniment avec une productivité extraordinaire. L’entreprise lorraine est la seule au monde à maîtriser cette technologie complexe. La plante est stimulée pour produire les molécules rares recherchée en jouant par exemple sur la nutrition ou le stress hydrique. Le substrat obtenu est ensuite plongé dans différents bains solvants. Dans la mesure où les molécules naturelles ne peuvent pas être brevetées, PAT a déposé à quatre reprises depuis 1999 ses méthodes d’extraction, afin de protéger sa technologie.

Une mystérieuse plante d’Amérique du Sud, baptisée Edulys, fait partie des productions phares de la PME lorraine. Les biomolécules qui en sont extraites entrent en effet dans la composition d’un soin anti-âge de Chanel. Un contrat a  été signé il y a deux ans avec cet acteur majeur du luxe qui parlait alors de « rupture technologique » dans les actifs développés par PAT. Un contrat a également été signé avec un grand nom de l’industrie pharmaceutique qui s’intéresse à des molécules anti-inflammatoires, anti-Alzheimer et anti cancéreuses particulièrement prometteuses.

La petite entreprise a ainsi réussi à industrialiser sa production, au point désormais d’intéresser BASF, désireux de développer sa chimie verte. Le contrat avec le géant allemand permet à PAT de se diversifier dans les biopesticides et la protection des végétaux. Dans ce cadre, BASF testera et validera les propriétés des actifs naturels produits en Lorraine, plus particulièrement leurs caractéristiques phytopharmaceutiques. Généralement, près de 200 000 molécules doivent être testées pour dénicher un actif. Sur une centaine d’extraits transmis par PAT à BASF, un tiers a déjà démontré une activité fongicide. Il devrait néanmoins falloir dix années de recherche-développement avant que BASF, dont l’entité est implantée à Pulnoy, près de Nancy, ne soit en mesure de concevoir de nouveaux pesticides entièrement naturels. Grâce à cet accord, PAT prévoit de son côté de doubler son chiffre d’affaires en un an. La PME affiche déjà une croissance de 1 157 % en dix ans d’existence.

A noter enfin que PAT est à l’origine de la création du consortium BioProLor qui réunit sept entreprises et six laboratoires. Celui-ci vise à créer une filière de production de biomolécules en Lorraine. Environ 200 espèces végétales sont actuellement cultivées par PAT, qui en a testé plus du quadruple.

logo PAT

Maladie d’Alzheimer : un jardin thérapeutique à l’EHPAD de Saint-Quirin

Commentaires » 0

Un jardin thérapeutique a dernièrement été inauguré à l’unité Alzheimer de l’EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) La Charmille de Saint-Quirin, dans le Pays de Sarrebourg.

Ce jardin de 1 200 mètres carrés permet aux résident actifs atteints de la maladie d’Alzheimer des cultiver des fruits et légumes, de récolter des plantes pour la tisane et d’arroser des fleurs. L’espace stimule ainsi leur mémoire et leur sens. Les personnes âgées se sentent revivre grâce à ces petits moments de plaisir. Le jardin thérapeutique aide enfin les résidents à mieux accepter l’entrée en maison de retraite. Cette dernière est en effet souvent vécue comme une trahison et un deuil.

A note que d’autres structures du même genre ont le vu le jour en Lorraine, notamment au CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de Nancy.

Initiative à Metz : des composteurs partagés installés en Nouvelle Ville

Commentaires » 0

Trois composteurs collectifs ont été installés dans le square de la Rue Antoine en Nouvelle Ville à Metz à l’initiative de l’association de quartier Le Tripôt. Le projet a été retenu dans le cadre du budget participatif 2014 de la Ville. 

L’idée est d’alléger les ordures ménagères, de valoriser les déchets organiques et de créer du lien social entre les habitants du quartier. Les trois composteurs sont dimensionnés pour 50 foyers. Tous les déchets ne sont pas autorisés. Seuls les fruits et légumes pourris, les épluchures, le thé en sachet ou en vrac, les coquilles d’œufs et de fruits secs, les serviettes et les mouchoirs en papier sans produit chimique, les essuie-tout, le marc et les filtres à café, les rouleaux de papier toilette, les fleurs fanées, les croûtes de fromage, les boîtes à œufs en carton et les agrumes découpés en petits morceaux sont acceptés.

Les composteurs fonctionneront par cycle de neuf mois avec trois mois de remplissage suivis de six mois de maturation. Le compost obtenu sera redistribué aux habitants pour leur jardin, leur balcon ou leurs plantes d’intérieur. Il pourra également être utilisé pour les espaces verts de la ville, voire à moyen terme pour un nouveau projet de potager partagé.

(Source : RL du 24/05/2015)

Appareils électriques et électroniques : la Lorraine en pointe du recyclage

Commentaires » 0

En Lorraine, la collecte moyenne d’appareils électriques et électroniques est de 8,4 kg par habitant et par an, contre 7,4 kg en France.

Selon l’organisme Eco-systèmes, cette performance remarquable s’explique par la multiplication des points de collectes et des solutions de recyclage, à l’image de la reprise obligatoire des appareils usagers par les distributeurs à l’achat d’un nouvel appareil, des dons aux réseaux solidaires partenaires ou encore des 156 déchetteries conventionnées en Lorraine. 255 meubles de collectes sont par ailleurs installés dans les grandes surfaces et les magasins spécialisés partenaires.

Au total, plus de 18 000 tonnes d’appareils électriques et électroniques ont été collectées l’année dernière dans notre région, soit une augmentation de 9 % par rapport à 2013. En Lorraine, Eco-systèmes les achemine vers trois centres de traitement, afin de les recycler. Le processus permet de récupérer des matières premières secondaires réutilisables comme de la ferraille, des métaux non ferreux, du plastique ou du verre. Par exemple, 83,4 % des composants d’un réfrigérateur déposé dans une déchetterie peuvent être recyclés. Les gaz réfrigérants contenus dans l’appareil sont de même extraits et neutralisés. Le métal récupéré peut enfin être transformé en armature métallique pour l’industrie du bâtiment.

eco-systemes-logo

12345...51