Centre de ressources numériques sur la Lorraine

» Catégorie : Education


Mathieu de Dombasle, inventeur agricole de génie

Commentaires » 0

Né à Nancy le 26 février 1777, Mathieu de Dombasle était un agronome de renom. Il étudia durant sa jeunesse la physique, la chimie, l’économie rurale et les langues étrangères. Il commença ses études chez les Bénédictins de Metz, avant de les achever à l’Ecole Centrale de Nancy. Son grand-père paternel, anobli en 1724 par le Duc Léopold, avait déjà été Grand Maître des Eaux et Forêts.

Mathieu de Dombasle acheta en 1810 le domaine de Mont-Plaisir, situé à Vandœuvre. Il y installa une distillerie d’eau-de-mélisse et une sucrerie de betteraves. Il prit rapidement conscience des problèmes de la paysannerie. Il constata en effet que l’agriculture française était très en retard sur celles de l’Allemagne et de l’Angleterre, en raison de l’outillage sommaire employé, des surfaces considérables laissées en friche, de l’ignorance ou encore de la brièveté des baux.

buste Mathieu de Dombasle

Buste de Mathieu de Dombasle à Dombasle-sur-Meurthe (Crédits photo : Herr Satz)

Il rencontrât dans le même temps Antoine Bertier (1761-1854), qui, depuis la fin du Siècle des Lumières, s’intéressait aux problèmes de l’agriculture et nourrissait l’ambition de créer un institut agricole à l’image de ceux qu’il avait connus en Allemagne. Ce juge de paix, élu en 1793, et membre de la Société des sciences, des lettres et des arts de Nancy, représentait la Meurthe à la Chambre des Cent jours. Il était également propriétaire depuis 1791 d’une ferme à Roville-devant-Bayon, où il faisait figure de pionnier tant en matière de culture que d’élevage.

» Lire la suite

Un internat pour enfants autistes à Sarreguemines

Commentaires » 1

L’espace multi-accueil baptisé « L’îlot sphère » a dernièrement été inauguré à Sarreguemines. Il accueille depuis novembre dix enfants autistes en internat venant de Moselle-Est et d’Alsace. La structure complète l’offre de l’Institut Médico-Educatif (IME) et permet d’accorder un peu de répit aux parents. Auparavant, les enfants devaient se rendre à l’internat de Sarrebourg pour être hébergés.

L’espace nuit se trouve au rez-de-jardin. Il comprend douze chambres avec une salle de bain. Un espace de rencontre, ainsi qu’un lieu de restauration pour le petit-déjeuner et le goûter complètent l’étage. La structure dispose également de différentes salles qui doivent concourir au bien-être et au développement des enfants autistes, dont une salle sensorielle avec une lumière tamisée et un matelas hydraulique, une salle de jeux avec un tableau interactif ou encore une salle de sports. La journée, ces pièces de vie aux couleurs acidulées sont aussi ouvertes aux enfants de l’IME. Cet espace multi-accueil, qui a représenté un investissement de 1,2 millions d’euros, a permis de créer trois emplois : deux éducateurs spécialisés et un moniteur éducateur.

Plasturgie en Lorraine

Commentaires » 1

La filière de la plasturgie regroupe 128 établissements en Lorraine. Elle emploie 5 727 personnes. La majeure partie des entreprises est spécialisée dans les pièces techniques et dans la construction. En Lorraine, 60 % d’entre elles exportent. La part de l’export dépasse les 50 % pour 10 % de ces sociétés.

Plastinnov, seule plateforme technologique lorraine, est entièrement dédiée à la plasturgie. Elle fait l’interface entre la recherche-développement et les entreprises. Elle vise à promouvoir les formations locales de la filière plasturgique et à apporter aux PME ses compétences pour le transfert de technologies. La Lorraine a tous les outils pour former dans la transformation des matières plastiques du bac pro à l’ingénieur. La filière y dispose en effet de plusieurs pôles de formation : le lycée de Creutzwald, le lycée Charles-Jully de Saint-Avold, le CFA (Centre de Formation d’Apprentis) Sainte-Marguerite de Saint-Dié-des-Vosges, le département chimie de l’IUT (Institut Universitaire de Technologie) de Saint-Avold et le laboratoire science et génie des matériaux de l’Université de Lorraine décentralisé à Forbach.

A noter enfin que le Pôle de Plasturgie de l’Est (PPE), basé à Saint-Avold, constitue depuis son lancement en 1989 un acteur incontournable dans le domaine des composites. Le dispositif a depuis été complété par Soluplast, le cluster lorrain de la plasturgie.

Une Maison pour la science en Lorraine à Maxéville

Commentaires » 0

De moins en moins d’élèves et d’étudiants se dirigent vers des matières scientifiques. Initiées par l’Académie des Sciences, les Maisons pour la science ont été créées pour résoudre ce problème. On en dénombre actuellement quatre en France, dont une en Lorraine, qui a dernièrement été inaugurée. Située à Maxéville, dans les locaux de l’ex-IUFM (Institut Universitaire de Formation des Maîtres), elle vise à faire découvrir la science aux enseignants de primaire et de collège, afin qu’ils transmettent à leur tour le goût des sciences à leurs élèves. La Maison pour la science lorraine fonctionne en réalité déjà depuis la rentrée 2012. Six cents enseignants lorrains de primaire et de collège y ont suivi des sessions d’une journée à une semaine l’année dernière.

ThyssenKrupp ouvre son propre Campus à Florange

Commentaires » 0

La question de la formation est essentielle pour la survie des entreprises industrielles. ThyssenKrupp Presta France, implanté à Fameck et à Florange, l’a bien compris. En effet, l’entreprise, qui recrute en moyenne 150 CDI chaque année, a dernièrement ouvert un Campus à Florange, afin de palier la raréfaction des techniciens qualifiés et de tirer en interne les compétences vers le haut. L’idée est aussi bien de former ses propres salariés que les jeunes diplômés aux exigences du groupe. Les nouveaux embauchés signent un contrat de professionnalisation de six mois qui comprend une formation académique et autre spécifique au métier, le tout en alternance avec une présence sur site. L’intégration et la relation de confiance sont ainsi facilitées. Il faut dire que les nouveaux arrivants sont amenés à œuvrer dans une organisation complexe et matricielle, ainsi que sur des chaînes robotisées de pointe, où les savoirs sont imbriqués. C’est ce que l’on appelle la mécatronique.

Equipés de matériel technologique de pointe, les 250 mètres carrés du Pôle compétences Campus de Florange sont particulièrement attractifs.

Rappelons que ThyssenKrupp Presta France, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 471 millions d’euros en 2012, emploie 1 200 personnes. L’entreprise produit chaque année neuf millions de systèmes de direction pour l’industrie automobile, dont 95 % sont exportés.

ThyssenKrupp ouvre son propre Campus à Florange dans Actualité thyssenkrupp-logo

Laïcité vs Droit Local : afficher la charte, oui, mais à l’envers !

Commentaires » 2

A aucun moment les quinze articles de la charte de la laïcité à l’école du ministre français de l’éducation ne tiennent compte de la situation pour le moins paradoxale qu’ils imposent aux enseignements de Moselle. Un paradoxe que personne, au plus haut niveau de l’Etat français, n’a daigné relever. C’est dire toute la considération qu’ont le pouvoir et les élites parisiennes pour notre territoire.

Certes, la charte ne remet pas en cause l’enseignement religieux obligatoire en vigueur en Moselle. La Cour européenne a d’ailleurs jugé que les cours de religion peuvent être enseignés à condition que la dispense soit de droit. Ce qui est en effet le cas puisque les élèves peuvent y déroger via une dispense. Mais l’affichage de cette charte pose incontestablement un problème dans les établissements publics scolaires du département. Elle peut même s’apparenter à une provocation, tant elle représente une nouvelle atteinte aux spécificités de la Moselle. Elle ouvre la boîte de Pandore au démantèlement du Droit Local mosellan avec toutes les conséquences que cela peut avoir, c’est-à-dire la fin des avantages sociaux, des jours fériés supplémentaires, etc.

C’est la raison pour laquelle le Groupe BLE Lorraine conseille aux directeurs des établissements scolaires publics lorrains de respecter la loi en affichant la charte en question, mais de l’afficher à l’envers et texte face au mur, afin de défendre notre Droit Local.

Plus d’informations sur le Droit Local sont disponibles sur BLE Fondation.

Le collège entre dans l’ère numérique à Yutz

Commentaires » 0

Le collège Jean Mermoz de Yutz est l’un des 23 établissements pilotes retenus en France pour la qualité des initiatives prises en matière d’éducation numérique.

Espace numérique de travail et de dialogue accessible en ligne 24h/24, manuels dématérialisés, tableaux interactifs, vidéoprojecteurs, outils de baladodiffusion et bientôt classes mobiles avec borne Wifi et tablettes numériques pour les usages nomades au sein de l’établissement, le collège yussois est plus que jamais connecté aux Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC). Cette dynamique, qui va bien au-delà des usages classiques des outils numériques au sein des établissements scolaires, a permis au site lorrain d’être distingué parmi les 7 100 collèges de France en obtenant le label « collège connecté ». Cette récompense vient couronner l’investissement de près de 4 millions d’euros consentis pour l’achat des équipements. Ces derniers facilitent l’apprentissage des langues vivantes grâce à l’utilisation de lecteurs MP3. Les élèves peuvent ainsi travailler en autonomie et à leur rythme leur compréhension orale et leur expression en prenant part à une conversation virtuelle, en réécoutant autant de fois que nécessaire le dialogue et en envoyant leur prestation à leur enseignant qui pourra leur retourner ensuite commentaires et conseils. En géométrie, l’association du livre numérique et du tableau interactif facilite le tracé des figures tout en permettant leur évolution dynamique et la mise en évidence des propriétés.

L’école Jean Prouvé de Vantoux

Commentaires » 1

L’école de Vantoux est l’une des œuvres de Jean Prouvé (voir : http://forumdeslorrains.forumactif.com/t1036-2012-annee-jean-prouve-a-nancy). L’établissement est le résultat d’un concours lancé par le ministère de l’éducation nationale remporté en 1949 par le célèbre architecte nancéien. Le cahier des charges imposait la création d’une école rurale de premier degré avec une classe, un atelier et un logement d’instituteur.

L’école Jean Prouvé de Vantoux dans Culture et patrimoine ecole-prouve-vantoux-1

L’école de Vantoux est l’œuvre de Jean Prouvé (Crédits photo : Raoul GILIBERT pour le Groupe BLE Lorraine)

L’école a été construite en seulement deux semaines. Un montage entièrement à sec puisque l’assemblage des tôles et des composants a été réalisé par boulonnages et clips. Mais comme beaucoup de réalisations de Prouvé, l’école de Vantoux est unique. Depuis son ouverture en 1950, quatre générations d’élèves s’y sont succédées. L’établissement a aussi eu le privilège de recevoir des étudiants des écoles d’architecture de toute l’Europe, ainsi que de nombreux médias français et étrangers intéressés par ce concept.

ecole-prouve-vantoux-2 école dans Découverte

L’école s’intègre parfaitement dans son environnement (Crédits photo : Raoul GILIBERT pour le Groupe BLE Lorraine)

L’école, qui fait partie intégrante du patrimoine du village (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/11/01/les-lavoirs-de-vantoux/), a été inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en 2001. En septembre, elle effectuera sa dernière rentrée. Un nouvel établissement est en effet cours de construction. Une partie de l’école pourrait alors devenir une médiathèque. Une autre pourrait être transformée en école d’autrefois. Dans un endroit tenu secret, la commune de Vantoux a en effet conservé des bancs, des chaises, une armoire, le bureau et le siège de l’instituteur, le tout signé Jean Prouvé. Un véritable trésor.

Inauguration du nouveau collège de Sarralbe

Commentaires » 0

Le nouveau collège de Sarralbe, baptisé Robert Doisneau (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/04/25/malbrouck-expose-doisneau/), a dernièrement été inauguré après deux ans et demi de travaux. L’établissement, calibré pour 600 élèves, présente une architecture contemporaine qui allie clarté, espace et nouvelles technologies. Toutes les salles sont en effet équipées de vidéoprojecteurs interactifs et d’un espace numérique de dernière génération. La structure est également dotée d’un régulateur de température et de lumière. Le nouveau site scolaire du Pays de l’Albe a représenté un investissement de 19 millions d’euros.

Restructuration des lycées professionnels en Lorraine

Commentaires » 0

La Lorraine compte actuellement 157 lycées, dont 43 privés. Elle en disposait de 159 à la rentrée 2012 et n’en aura plus que 155 en septembre 2014. Les lycées professionnels Fulgence Bienvenüe, à Auboué (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2013/05/31/fermeture-du-lycee-professionnel-fulgence-bienvenue-d%E2%80%99auboue/), et Jouffroy d’Abbans, à Moyeuvre-Grande (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2013/06/19/fermeture-du-lycee-professionnel-jouffroy-d%E2%80%99abbans-a-moyeuvre-grande/), ont fermé leurs portes en juin dernier. L’an prochain, ce sera au tour du lycée de Guénange et du lycée Marcel Goulette à Charmes. D’autres pourraient également être menacés, à l’image de Paul Dassenoy, à Morhange, dont les effectifs ne cessent de diminuer, bien que la structure continue de jouer  un rôle socioéconomique indiscutable.

En réalité, l’académie de Nancy-Metz subit un double phénomène. Alors qu’elle dispose d’un grand nombre de lycées professionnels, héritage de l’ère sidérurgique et textile, sa population scolaire ne cesse de s’éroder. Entre 2002 et 2012, l’académie a perdu 29 000 élèves dans le second degré. Dans les établissements en péril, l’éducation nationale a supprimé les filières les unes après les autres jusqu’à ce que la structure ferme (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/02/01/fermeture-de-filiere-au-lep-de-moyeuvre-grande-un-exemple-parmi-dautres/).

C’est la raison pour laquelle la région est engagée dans une vaste restructuration de ses lycées professionnels. Si certains sont condamnés, d’autres sont confortés, à l’instar de Jean Zay à Jarny, où 54 millions d’euros sont investis (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/04/13/reconstruction-du-lycee-jean-zay-de-jarny/), ainsi que des établissements de Montigny-lès-Metz (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/05/06/restructuration-et-extension-du-lycee-professionnel-de-montigny-les-metz/), Knutange (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/09/16/renovation-et-agrandissement-du-lycee-de-knutange/), Pont-à-Mousson et Bains-les-Bains (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/05/08/reconstruction-de-lycees-bains-les-bains-aussi/).

Etat de la chimie en Lorraine

Commentaires » 0

La chimie pèse encore près de 5 000 emplois directs en Lorraine et plus de 15 000 en tenant compte des sous-traitants (voir : http://forumdeslorrains.forumactif.com/f67-chimie). Les 110 entreprises de la filière présentes sur son territoire ont généré en 2012 plus de de 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires, recruté 300 personnes et signé une cinquantaine de contrats de professionnalisation.

La Lorraine se distingue en la matière par l’excellente qualité de sa formation avec par exemple l’ENSIC (Ecole Nationale Supérieure des Industries Chimiques) de Nancy et l’IUT de Moselle-Est. Tous les niveaux de formation sont proposés, du CAP à l’ingénieur.

La chimie lorraine a par ailleurs développé une véritable culture de sécurité en consacrant près de 10 % de ses investissements à la maîtrise et à la prévention des risques, ainsi que 30 % de ceux-ci à la modernisation de ses installations. Cette politique porte ses fruits puisqu’elle affiche un taux de fréquence d’accidents inférieure à 5 % contre 12 % en France.

A noter enfin que la filière a réduit de 85 % ses rejets de métaux lourds dans l’eau depuis 2005 et de 50 % ses émissions de gaz à effet de serre depuis 1990.

Quelle valeur pour le bac aujourd’hui en Lorraine ?

Commentaires » 0

Après la polémique des professeurs de l’académie d’Orléans-Tours invités à noter sur 24 au lieu de 20 les copies du baccalauréat, le syndicat Sud Education Lorraine a dernièrement fait mention des pressions hiérarchiques exercées sur les correcteurs de l’académie Nancy-Metz, afin qu’ils « augmentent leurs moyennes ». Pour le syndicat, la manœuvre vise à « montrer que tout va bien » dans un contexte où « établissements, académies et pays de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques) sont mis en concurrence ». « Cette supercherie masque mal la dégradation des conditions d’apprentissage, conséquence des nombreuses suppressions de postes et aggravée par la réforme des lycées » (voir : http://forumdeslorrains.forumactif.com/f78-education-en-lorraine).

Par exemple, selon Sud Education Lorraine, en Sciences de la Vie et de Terre (SVT) et en physique-chimie, « l’inspection demande aux correcteurs de saisir leurs notes toutes les dix copies. Dès que le correcteur indique une moyenne inférieure à l’objectif académique, l’inspecteur lui envoie un message pour qu’il revoie sa correction ». En français et en histoire-géographie, « il est demandé qu’aucun correcteur ne soit en dessous de l’objectif académique, quelle que soit la qualité de son lot de copies ». Si bien que même si cette année les copies d’histoire-géographie sont moins bonnes que celles de l’an dernier, les notes resteront globalement les mêmes. « En réunion dite d’harmonisation, les correcteurs dont la moyenne est trop basse doivent rester en présence de l’inspecteur pour remonter les notes des copies les plus faibles ».

Selon certains professeurs, ces pratiques ont toujours existé. Cette harmonisation et ce nivellement vers le bas posent néanmoins la question de la valeur réelle du baccalauréat aujourd’hui en Lorraine. Quelle légitimité et quelle crédibilité doit-on encore lui accorder ? En tout état de cause, il est désormais clair que la sélection ne se fait plus comme jadis par le baccalauréat, mais bien lors des concours d’entrée des écoles. Ce système, beaucoup plus hypocrite quant à l’espoir qu’il peut susciter pour certains élèves en termes d’orientation, a également l’inconvénient de dévaloriser encore davantage les métiers manuels.

1...34567...13