Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

» Catégorie : Education


Saint-Dié-des-Vosges : l’école Camille Claudel sauvée !

Commentaires » 0

Des parents d’élèves de l’école primaire Camille Claudel de Saint-Dié-des-Vosges, soutenus par l’actrice Isabelle Adjani, sont parvenus à empêcher la fermeture de l’établissement, dont les effectifs étaient pourtant considérés comme insuffisants. 

Les parents d’élèves, qui menaient le combat depuis plus de six mois, avaient en effet menacé de manifester devant le siège du Parti Socialiste (PS), rue de Solférino à Paris, en cas de fermeture de l’école, afin de « montrer ce qu’aurait fait une mairie socialiste ». Une initiative très bien pensée, habile et efficace qui appuie là où cela risque de faire mal. Bravo. 

Rappelons à ce titre que le maire de Saint-Dié-des-Vosges n’est autre que Christian Pierret, ancien ministre français de l’industrie de 1997 à 2002 et candidat à la primaire du PS pour la future élection présidentielle. 

Rappelons également qu’en novembre 2010 Isabelle Adjani avait accepté de devenir la marraine de l’école, notamment en raison du personnage qu’elle avait interprété au cinéma et pour lequel elle avait reçu un César en 1989. Cette dernière avait alors déclaré que cette initiative représentait pour elle une véritable « fierté », car elle pouvait ainsi « prolonger l’engagement artistique, moral et humain pour la mémoire de Camille Claudel », engagement qui ne l’a « jamais quittée » depuis qu’elle a eu le « bonheur de l’incarner au cinéma ». 

Notons enfin que cette école primaire se situe dans un quartier excentré de Saint-Dié-des-Vosges. Elle compte quatre classes, dont une de sept enfants autistes. 77 élèves y sont inscris, soit 18 % de plus que l’an dernier.   

Pays-Haut : une nouvelle école écologique et innovante

Commentaires » 0

Afin d’accueillir les enfants toujours plus nombreux, la commune de Cutry, près de Longwy, s’est lancée dans la construction d’une école innovante. Un bâtiment passif qui consiste à capturer un maximum d’énergie gratuite, comme la chaleur des cuisines ou les rayons du soleil, et à la conserver de façon équilibrée, été comme hiver, grâce notamment à un système d’aération active. Une véritable écologie avant-gardiste, bien connue en Allemagne et dans les pays scandinaves. 

La nouvelle école du village, en forme de croissant de lune coloré très ouvert sur l’extérieur, constituera le premier établissement du genre en France. Sa température devrait y être maintenue à 20°C toute l’année.   

Commencés en mai 2010, les travaux devraient s’achever en novembre 2011. 

Restructurations scolaires : saignée aussi en Meurthe-et-Moselle

Commentaires » 2

Dans le cadre des restructurations scolaires, la Meurthe-et-Moselle va subir une véritable saignée, dans la mesure où 90 postes devraient être supprimés dans le département. Afin d’éviter les conflits assez durs qu’il a connus par le passé avec les parents, le recteur a fait le choix de ne pas fermer beaucoup de postes d’enseignants devant classe. C’est donc l’enseignement spécialisé qui a fait l’objet de coupes claires. Pourtant, le déficit de ce genre de structures est plus qu’avéré dans le Pays-Haut.    

43 postes seront supprimés dans l’enseignement spécialisé, ainsi que 36 postes de remplaçants. Les classes d’adaptation devraient disparaître dans le département et les Ecoles de Plein Air (EPA), créées à l’origine pour les enfants de santé précaire, devraient perdre 4 postes. L’EPA de Haucourt-Moulaine devrait disparaître (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/03/13/lecole-de-plein-air-dhaucourt-moulaine-en-danger/), tout comme l’établissement  qui accueillait les enfants des bateliers et des forains. Dans tous les cas, il s’agit de classes à faible effectif, ce qui signifie moins de résistance des parents. Les conditions de scolarisation des enfants en difficulté et handicapés poseront par ailleurs un réel problème à la rentrée. 

De même, si les mesures sont confirmées, 21 classes élémentaires fermeront et 16,5 en maternelle, pour seulement 3 ouvertures dans le pré-élémentaire et 7 dans le cycle élémentaire. 

Ensemble commercial approuvé à Aumetz

Commentaires » 0

La Commission Départementale d’Aménagement Commercial (CDAC) a dernièrement autorisé par 9 voix sur 9 votants la création à Aumetz d’un ensemble commercial de 17 341 mètres carrés de surface de vente comprenant un magasin Bricomarché-Bâtimarché de 7 653 mètres carrés, une galerie marchande regroupant 19 enseignes de 6 430 mètres carrés, dont un supermarché Aldi, un ensemble de 4 bâtiments totalisant 3 970 mètres carrés de surface de vente, ainsi qu’un magasin à l’enseigne Le Royaume du Pneu de 39 mètres carrés de surface de vente. 

Classement et typologie des lycées lorrains

Commentaires » 2

Depuis plusieurs années, l’académie Nancy-Metz enregistre au baccalauréat des résultats supérieurs à la moyenne française. Cela a encore été le cas en 2010, même si le taux de réussite académique (85,5 %) est en léger retrait par rapport à 2009 (87 %). 

Par ailleurs, les 185 établissements lorrains sont de plus en plus nombreux à faire mieux que ce qui était « espéré », compte-tenu des caractéristiques sociodémographiques connues de la population de leurs classes. Autrement dit, une majorité croissante d’établissements obtient un taux de réussite effectif supérieur au taux attendu compte tenu de l’âge, du sexe ou encore de l’origine socio-économique de ses élèves. 

Voilà qui indique clairement que la valeur ajoutée apportée par les lycées de l’académie est souvent forte. 

Trois groupes peuvent enfin être distingués parmi les établissements lorrains, qu’ils soient généraux, technologiques ou professionnels : 

Les « premiers de la classe » : ce sont généralement des établissements de centre-ville, publics ou privés, à la réputation solidement établie. Leur principale caractéristique est d’obtenir des taux bruts de réussite au bac très élevés (100 % dans certaines séries). 

Les « bons élèves » : c’est le groupe qui connaît la croissance la plus spectaculaire. On y retrouve des établissements de plus grande mixité sociale qui parviennent pourtant, non seulement à un taux de réussite honorable, mais encore à une différence entre taux obtenu et taux attendu très positive. Ce sont les plus performants en matière de « valeur ajoutée ». 

Les « élèves moyens » : ce sont les établissements dont le taux brut de réussite est moyen et/ou dont l’écart entre taux attendu et taux réalisé est nettement négatif. 

(Source : Le Républicain Lorrain

Manifestations contre les restructurations scolaires en Lorraine

Commentaires » 9

Des milliers d’enseignants, parents d’élèves et lycéens ont dernièrement manifesté en Lorraine pour dénoncer les suppressions de postes dans l’éducation nationale à la rentrée prochaine (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/colleges-en-danger-2/). 

Dans les rues de Metz, comme dans celles de Nancy, les manifestants ont ainsi crié leur colère. Dans la cité ducale, ils portaient même un ballon noir, symbole d’un poste supprimé. 

A Forbach, où le manque de remplaçants se fait déjà cruellement sentir, une opération « école morte » a été organisée. Les parents, accompagnés de leurs enfants, sont descendus dans la rue pour manifester leur mécontentement face à cette politique « catastrophique » qui s’ajoute à celle du non-remplacement des professeurs absents. Les parents, déjà bien échauffés, ont donc vu rouge, car la situation va devenir ingérable aussi bien au niveau des enseignants que des élèves. 

Le cortège a mobilisé des familles principalement issues des différentes écoles de la circonscription de Forbach, à savoir Stiring-Wendel, Œting, Schœneck, Spicheren, Etzling, Forbach et Petite-Rosselle. 

Par exemple, à l’école du Centre, à Forbach, deux postes vont être supprimés. Une catastrophe, car quand on a 3 ans, être à 30 enfants dans une classe, c’est tout simplement insupportable. C’est d’autant plus injustifié que l’établissement accueillera toujours autant d’élèves à la rentrée prochaine, voire même peut-être plus en raison de la nouvelle cantine. L’école ne perd pas d’élèves, mais on lui sucre des postes. Où est la logique ? 

Le démantèlement de l’avenir de nos enfants est en marche… 

Rapport de l’ODIS : la Lorraine vraiment à la traîne ?

Commentaires » 0

Le rapport de l’Observatoire du Dialogue et de l’Etat Social de la France (ODIS) place la Lorraine en queue des provinces où il fait bon travailler, étudier et vivre, loin derrières l’Ile-de-France, les Pays de la Loire, la Bretagne, l’Alsace et Midi-Pyrénées, qui caracolent en tête du classement. 

Pour établir ce palmarès subjectif, cette étude se base, entre autres, sur des critères objectifs comme la part de bacheliers dans une tranche d’âge, le nombre de créations d’entreprises, les brevets déposés, la quantité de contribuables payant l’ISF, le revenu des ménages, le taux de chômage ou encore le PIB par habitant. 

Malgré sa place, la Lorraine dispose de plusieurs atouts. Tout d’abord un réseau de villes complémentaires dans lequel Epinal, Nancy, Metz et Thionville, fédérées par le Sillon Lorrain, offrent un potentiel susceptible de rivaliser avec celui des Pays de la Loire, à savoir : Nantes, Angers, Le Mans, Cholet et La Roche-sur-Yon. Le niveau universitaire est par ailleurs au moins identique sinon supérieur à celui des régions de l’Ouest. Quant aux taux de réussite au baccalauréat, il était de 85,5 % en 2010 pour l’Académie Nancy-Metz, contre une performance moyenne établit à 85,4 % en France, et n’a rien à envier à ceux des territoires classés en tête. 

L’Ecole de Plein Air d’Haucourt-Moulaine en danger

Commentaires » 1

Le bassin de Longwy abrite une Ecole de Plein Air (EPA) dont l’existence est remise en cause par les restrictions scolaires (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/colleges-en-danger-2/) qui évoquent sa fermeture. 

Pourtant, de nombreux enfants souffrant de phobie scolaire ont profité de cette structure construite en 1979 à Haucourt-Moulaine et de l’enseignement dispensé dans le cadre de cette école pas comme les autres nichée au cœur de la forêt de Selomont. Les enseignants allient en effet pédagogie et soins. Leur objectif est de permettre aux enfants de retrouver le plaisir d’apprendre et d’observer. 

Un circulaire datant de 1957 précise le rôle des EPA. Il s’agit ainsi de « donner à tout enfant déficient physique ou psychique les conditions de scolarité les mieux appropriées à son état ». Depuis cette période, beaucoup de choses ont changé, puisque de nouvelles pathologies ont été découvertes. Certaines de ces écoles ont disparu, tandis que d’autres se sont adaptées. 

Pensée en forme de ruche, l’école Albert Jacquard d’Haucourt-Moulaine peut accueillir jusqu’à 45 élèves. Or à la rentrée de septembre, ils n’étaient que 25 à intégrer cet établissement. 

Mais fermer cette école serait priver le bassin de Longwy et la Lorraine d’un moyen unique d’aider les enfants qui ne peuvent pas suivre un cursus normal. Car la seule option qui se présenterait alors aux parents se trouve en Suisse. Ces derniers devraient alors se couper de leur enfant.   

Pour une meilleure visibilité des thèses lorraines

Commentaires » 0

La plateforme de diffusion des thèses et mémoires numériques, appelée PETALE (Publications Et Travaux Académiques de Lorraine) est désormais opérationnelle. Elle permet de regrouper sur un portail unique les productions scientifiques des différentes universités lorraines, dans le but de leur donner une meilleure visibilité et de mieux les valoriser. 

A ce jour, plus de 1 500 thèses de doctorat et environ 200 thèses d’exercice sont librement accessibles en texte intégral. Ces chiffres devraient s’accroître rapidement puisqu’un millier de documents alimenteront prochainement la base PETALE chaque année, auxquels s’ajouteront plusieurs centaines d’anciennes thèses qui font actuellement l’objet de programmes de numérisation. 

Le lycée professionnel de Sarralbe condamné

Commentaires » 0

En raison de la diminution horaire du rectorat, l’association qui gère le lycée interentreprises de Sarralbe a dû se résoudre à sa fermeture. Ce dernier compte encore 42 élèves et 6 enseignants issus des collèges de Puttelange, de Sarralbe et d’Albestroff. En plus des cours classiques, le lycée disposait de deux CAP, à savoir serrurier-métallier et conduite de systèmes industriels. Le premier sera rapatrié à Boulay, tout comme les professeurs. Quant au bâtiment, l’association ne sait pas encore si elle va le vendre ou le louer. 

Label RH pour l’Université de Metz

Commentaires » 0

Au terme d’une procédure d’audit qui a duré six mois, le Master 2 « Gestion des Ressources Humaines et Organisations » (GRHO) de l’Université Paul Verlaine de Metz a dernièrement décroché l’accréditation « Référence RH ». 

La filière messine rejoint ainsi pour une durée de quatre ans renouvelable le club fermé des sites détenteurs de ce label très prisé au niveau national. 

Une distinction qui souligne la qualité de la maquette du diplôme et de sa mise en œuvre puisque le label tient compte du contenu des enseignements, de la qualité et du statut des intervenants, de l’encadrement du stage en alternance, du processus d’évaluation de la formation, de la procédure de sélection, de la méthode pédagogique, de l’ouverture internationale ou encore de l’insertion des diplômés. 

(Source : Le Républicain Lorrain du 11/02/11) 

Fermeture de filière au LEP de Moyeuvre-Grande : un exemple parmi d’autres

Commentaires » 0

Les sections BEP carrières sanitaires et sociales (CSS) du Lycée d’Enseignement Professionnel Jouffroy d’Abbans de Moyeuvre-Grande sont sacrifiées. Elles ne seront pas remplacées par des bacs professionnels. C’est l’une des conséquences directes et concrètes des 822 suppressions de poste décidées par le rectorat pour l’académie Nancy-Metz. 

Cette mesure sonne en effet le glas de ce LEP mosellan puisque les deux formations qui sont encore proposées, à savoir bac pro vente et bac pro froid et climatisation, ne permettent pas de faire vivre de leur faire vivre. Par conséquent, il s’agit d’une volonté claire du recteur de fermer l’établissement à court terme. Cette décision ne tient pas la route une seule seconde, car une telle filière est porteuse d’emplois dans les hôpitaux, les maisons de retraites ou encore les crèches. D’autant plus qu’avec les ouvertures d’établissement programmées dans le secteur, comme une maison de retraite à Gandrange, l’extension de l’unité de Alzheimer de Moyeuvre-Grande et de plusieurs crèches rend nécessaire la formation de personnels. C’est pour cela qu’une pétition a été lancée. Elle précise par ailleurs que la décision du recteur va à l’encontre des investissements récemment réalisés pour rénover des locaux de l’espace carrière sanitaire et sociale, le gymnase, ainsi qu’un terrain de sport en macadam.   

Elle va également à l’encontre des engagements pris par un certain Mister Sarkozy à Gandrange au sujet de l’emploi et du développement territorial dans la vallée. Il est en effet inadmissible et tout simplement scandaleux de massacrer la formation professionnelle uniquement en vue de réaliser des réductions budgétaires. Nous pouvons de la même manière dénoncer un dispatching aberrant, dans la mesure où l’établissement d’Hayange demandait juste un bac pro CSS option 1, et le recteur lui attribue l’option ET l’option 2 que cet établissement ne demandait pas, contrairement au LEP Jouffroy d’Abbans de Moyeuvre-Grande. Où est donc la logique dans tout cela ? C’est bien une volonté de casse du LEP qui est en marche. 

1...910111213