Centre de ressources numériques sur la Lorraine

» Catégorie : Culture et patrimoine


Le Hackenberg : géant de la Ligne Maginot

Commentaires » 1

Les dimensions impressionnantes en font le fort le plus imposant de toute cette ligne défensive ; Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 12 kilomètres de galeries souterraines, 19 blocs de combat, 18 pièces d’artillerie dont plusieurs tourelles faisant chacune plusieurs centaines de tonnes et des cloches GFM (guet fusil-mitrailleur), le Hackenberg pouvait abriter plus de 1000 hommes et 43 officiers à près de 40 mètres sous terre. La visite d’un tel monstre d’acier et de béton reste une expérience inoubliable et enrichissante qui ne pourra laisser indifférent. Elle conduit le curieux au cœur de l’une des plus grandes réalisations techniques du début du XXème siècle.

Situé à Veckring, à une vingtaine de kilomètre de la frontière allemande, l’ouvrage du Hackenberg doit son nom à la colline boisée culminant à 343 mètres du même nom sous laquelle il fut bâti. Le Hackenberg fait donc partie de la fameuse Ligne Maginot, ligne défensive fortifiée composée d’ouvrages plus ou moins importants et équipés, d’abris ou encore de zone artificiellement inondable, notamment près de Sarrebourg, qui protégeait les frontières exposées des Ardennes ou Rhin. Ce réseau de puissantes fortifications porte le nom du ministre de la Guerre qui défendit le projet de loi devant le Parlement en 1930, André Maginot. Il convient d’appréhender la construction de ce dispositif défensif comme une réponse aux traumatismes de la Première Guerre Mondiale et de plus particulièrement de la bataille de Verdun, symbole des tranchées et de la souffrance des soldats. La Ligne Maginot se conçoit en outre comme un dispositif préventif et dissuasif face à une éventuelle et nouvelle invasion allemande. La Ligne Siegfried n’est autre que son répondant de l’autre côté de la frontière. La Ligne Maginot fut réellement mise en chantier en 1930, en raison de la levée de dizaines de millions de francs que nécessitait son financement, et plus particulièrement la construction du Hackenberg qui servit de prototype et d’essai technologique pour de nombreuses autres ouvrages élevés le long de la frontière. L’achèvement de ce géant nécessita 1800 ouvriers et six années de travail. Si le gros œuvre comme le perçage des galeries, fut terminé en 1933, le Hackenberg ne fut livrée qu’en 1936.

» Lire la suite

Faut-il s’inquiéter des coûts du Centre Pompidou Metz ?

Commentaires » 0

Projet phare du nouveau quartier de l’Amphithéâtre, le Centre Pompidou Metz inquiète, par ses dérives budgétaires et ses complexités architecturales, de plus en plus de contribuables de l’agglomération. 

 

Il aurait dû être inauguré au moment de l’arrivée du TGV-Est à Metz, selon les doux rêves de l’ancien maire de la ville Jean-Marie Rausch. Aujourd’hui, il est toujours en construction, bien que depuis quelques semaines le chantier avance vite. Ce retard interpelle à plus d’un titre et se présente à nos yeux comme un premier hic. L’explication a pourtant le mérite d’être claire : la base du futur centre d’art contemporain repose sur 405 pieux de 11 mètres coulés dans le calcaire de l’ancien lit de la Seille. Au dessus, trois immenses galeries de 80 mètres de long, 14,5 mètres de large pour 6 de haut sont fixées sur un minimum d’appuis. Le but étant de maximiser le dégagement pour le visiteur. La longueur du chantier provient de la nécessité d’avoir terminé une galerie pour en raccorder une autre. 

 

» Lire la suite

Nasium : la cité enfouie des Leuques

Commentaires » 1

Il ne reste pratiquement plus rien de Nasium, plus aucune trace visible de la grande cité des Leuques, peuple gaulois romanisé qui occupait jadis la partie méridionale de la Lorraine. Pourtant, c’est là, dans les environs des communes de Naix-aux-Forges et de Saint-Amand-sur-Ornain dans la Meuse, que gisent sous nos pieds et à notre insu les vestiges de cette glorieuse cité antique. L’association du site de Nasium œuvre depuis quelques années pour réveiller la belle endormie au gré des chantiers de fouilles, des conférences, de la mise en valeur des restes découverts et de l’organisation de grands rassemblements de reconstitution de batailles antiques. 

» Lire la suite

Son et lumière : encore du nouveau en Lorraine !

Commentaires » 1

La Lorraine est en passe de devenir une véritable terre d’accueil et de création de ce genre de spectacle toujours plus grandioses et merveilleux. En effet, un nouveau son et lumière est venu s’ajouter sur la liste lorraine déjà bien garnie, celui du Pays du Saulnois à Dieuze, intitulé « Le Sel de la vie ». Après celui de Verdun, « Des Flammes à la Lumière », second du genre en France en termes d’affluence et du nombre de figurants, et celui de Petite-Rosselle dans le bassin houiller, « Les enfants du charbon », ce nouveau spectacle vient donc compléter l’offre. Malgré une faible communication et une campagne de promotion peu intense autour du lancement de et évènement, 70 comédiens ont dévoilé fin septembre la fabuleuse aventure de l’exploitation de l’or blanc du Saulnois, de l’Age du fer au siècle dernier. Souhaitons que la manifestation soit renouvelée l’année prochaine dans cette contrée qui n’a toujours pas fini de livrer tous ses secrets et trésors comme en témoignent les récentes fouilles archéologiques du côté de Marsal.

Vous avez dit Vandales ?

Commentaires » 1

M. Claude Bellei, actuel maire de Vantoux, a fait une belle carrière dans le monde des médias. Il en aurait fait encore une meilleure dans l’univers du cirque. En interprétant ce numéro magistral sur la scène publique française que constitue ce retentissant changement de nom des habitants de sa commune, il a fait rire le tout Paris et tourner en ridicule toute une région qui essaie de survivre tant bien que mal après la nouvelle saignée qu’elle vient de subir. Cette farce grossière n’apparaîtrait pas paradoxalement aussi dramatique et si pathétique si notre clown n’avait pas d’autres projets beaucoup plus importants à défendre aussi bien à l’échelle communale qu’au niveau de l’agglomération messine et de la région. En effet, le « futur » hôpital Robert Schumann qui doit s’implanter sur une partie du ban communal de notre maire burlesque est aujourd’hui sérieusement compromis après l’annonce du retrait étatique du financement de ce nouvel équipement structurant, et ce malgré les promesses présidentielles en ce qui concerne justement l’aide au financement de ce type de projet. De plus, M. Claude Bellei devrait plus, je pense, user de ses relations dans le monde des médias pour défendre et faire entendre la voix de toute une agglomération qui ne comprend toujours pas la fermeture de la base aérienne 128 de Metz-Frescaty, qui paraît encore plus scandaleuse après les révélations de son homologue de Luxeuil. Ajouter à cela que M. Claude Bellei est accessoirement vice-président de la CA2M chargé de la communication s’il vous plaît. Quel magnifique gâchis quand on sait comment le maire de Vantoux pourrait apporter pour remédier à la défaillance et au manque cruel de communication de toute une ville et de toute une région qui ne savent pas se mettre en valeur et qui ont terriblement raté la formidable exposition médiatique que pouvait offrir le TGV Est. Mais que voulez-vous, quand on se sent l’âme d’un arlequin, la tentation doit assurément être insupportable de ne pas s’offrir en spectacle, de ne pas jouer la Comedia del Arte. Salut l’artiste !

La Lorraine à l’UNESCO

Commentaires » 0

Lorrain d’origine, je me suis réjoui à l’annonce de l’inscription de Longwy au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco pour sa ville neuve et ses fortifications Vauban. Longwy rejoint ainsi Nancy sur cette prestigieuse liste. Cependant, d’autres sites lorrains méritent également d’y figurer. L’un d’entre eux a d’ores et déjà engagé la démarche, à savoir la ville de Metz, désireuse de voir inscrit son fameux quartier impérial. Les autres, conscients ou non du fabuleux patrimoine qu’ils détiennent et de l’essor touristique que pourrait engendrer une telle reconnaissance, restent malheureusement passifs et inactifs. Que dire donc de Briey et de sa cité radieuse qui pourrait, comme la cité des émaux, envisager la création d’un réseau avec d’autres villes telles que Nantes, Marseille ou Firminy, ou encore de Verdun pour ses fortifications et ses champs de bataille 1914-1918 ? Que penser des ouvrages de la ligne Maginot tels que le Hackemberg ou le Simserhof ? Enfin, ne peut-on pas encore imaginer la classification d’autres réseaux exclusivement lorrains comme « Les Marches de Lorraines » ou même les « Trois Evêchés » pour leurs richesses culturelles et architecturales ? La Lorraine, terre fortement marquée par l’Histoire, recèle un patrimoine exceptionnellement riche et diversifié. Pourquoi ne pas le mettre davantage en valeur et le faire connaître au monde entier ?

1...9899100101102