Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Tomothérapie à l’Hôpital de Mercy à Metz

L’Hôpital de Mercy du Centre Hospitalier Régional (CHR) de Metz-Thionville dispose depuis décembre d’un nouvel équipement de pointe dans la lutte contre le cancer : la tomothérapie.

Tomothérapie

Le CHR de Metz-Thionville pratique désormais la tomothérapie à l’Hôpital de Mercy (Crédits photo : Wikipédia)

Il s’agit d’un appareil de radiothérapie d’une extrême précision qui associe la production d’images par un scanner et la production de rayonnements thérapeutiques par un accélérateur de particules. Ce dernier tourne en spirale autour du patient allongé pendant que la table de radiologie avance. L’irradiation est ajustée au cas par cas grâce une modulation d’intensité des rayonnements. Cela permet ainsi de diminuer la dose portée sur des organes sains situés à proximité d’une tumeur. La technique est également adaptative puisque le degré d’irradiation est recalculé selon la taille de la tumeur, appelée à rétrécir après chaque séance de vingt minutes au cours de cinq à sept semaines de traitement.

Cet équipement, qui permet de soigner des cas complexes, a représenté un investissement de 3,5 millions d’euros. Les patients devaient auparavant se rendre à Nancy, Reims ou Strasbourg. 

2 février, 2016 à 0:08


Un commentaire pour “Tomothérapie à l’Hôpital de Mercy à Metz”


  1. Groupe BLE Lorraine écrit:

    L’Hôpital de Mercy a dernièrement investi 1,8 millions d’euros dans l’équipement en radiologie interventionnelle d’une salle hybride. Il s’agit d’une salle opération classique qui respecte toutes les normes d’asepsie d’une intervention chirurgicale, mais qui dispose en plus d’un système d’imagerie médicale qui permet aux chirurgiens d’avoir des gestes mini invasifs plus rapides et plus précis. Le temps d’hospitalisation est ainsi réduit pour les patients, ce qui diminue le risque d’infections nosocomiales. Cette technologie de pointe très ergonomique est notamment utilisée en cardiologie interventionnelle et en chirurgie cardiaque, en radiologie, en neurologie ou encore en oncologie. Une mini-caméra permet de reconstruire les organes en temps réel en fusionnant les images scannées.


Laisser un commentaire