Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Parler Lorrain : Attends-voir !

Le Lorrain aurait plutôt tendance à mettre le verbe « voir » à toutes les sauces. Passe encore qu’il s’exclame à tout bout de champ : « Regarde-voir ! », jusque-là, tout est logique ! Mais l’on comprend moins qu’il ordonne « Ecoute-voir ! » car il est plutôt malaisé d’observer avec les oreilles ! Et encore moins « Goûte-voir ! » car il n’est pas évident de contempler avec la langue ! Ne parlons même pas de « Sens-voir ! » : comment voulez vous observer avec le nez ? Passons sur les « Essaie-voir ! », « Attends-voir ! », « Amène-voir ! », « Passe-moi voir ! », et toutes ces formulations insolites qui tendraient à nous faire croire que les yeux sont propices à tous les usages, à condition bien sûr de les avoir en face des trous !

En réalité, il s’agit là d’un total contresens sur la signification du verbe « voir ». Et d’ailleurs, il ne s’agit pas d’un verbe mais d’un adverbe. Nous avons ici affaire au « voire » de l’ancien français, dérivé du latin « vera », pluriel de « verus », signifiant « bien » ou « vrai », que l’on retrouve aujourd’hui dans l’expression adverbiale « voire même ». En ce qui nous concerne, « Regarde-voir ! » ne signifie donc pas : « Regarde pour voir ! » mais « Regarde bien ! ». Ceci posé, tout est logique : dans les injonctions  « Ecoute-voir ! », « Goûte-voir ! », « Sens-voir ! » de même que « Attends-voir ! « Essaie-voir ! » ou « Amène-voir ! », « voir » n’est qu’une simple forme d’insistance destinée à attirer l’attention d’une personne sur un acte à accomplir.

Par ailleurs, cet adverbe joue aussi un double rôle qui explique sa durable popularité. D’une part, il s’agit d’un mot qui prend la forme d’une ponctuation émotive identique à celle d’un point d’exclamation. D’autre part, il s’agit d’une atténuation de l’injonction. Là où les expressions « Attends ! » ou « Essaie ! » pourraient paraître brutales et contrevenir aux règles les plus élémentaires de la courtoisie, le petit mot « voir » introduit opportunément une once de politesse et de délicatesse. Le même résultat sémantique est d’ailleurs obtenu par l’euphémisme « un peu » dans « Attends un peu ! » ou « Essaie un peu ! ».

Rien d’étonnant donc qu’il trouve des équivalents et remplisse la même fonction dans des langues voisines. L’allemand utilisera « mal » (une fois), abréviation de « einmal », par exemple dans « Guck mal » signifiant justement « Regarde-voir ! » et notre cousin belge obtiendra le même résultat avec « Regarde une fois ! ». Ce qui pose un autre problème. En effet, si votre ami belge vous propose cordialement de « venir boire une bière une fois », n’escomptez pas vous en tirer à moins d’une bonne vingtaine de belles « chopes » !

Le célèbre « voir » n’est donc pas une nouvelle ineptie dans le Parler Lorrain, il témoigne une fois de plus du sens du travail bien fait et du grand savoir vivre des Lorrains !

Jean-Paul BOSMAHER, professeur de lettres à la retraite et écrivain pour le Groupe BLE Lorraine.

M. BOSMAHER est l’auteur de plusieurs ouvrages de références sur la Lorraine, dont notamment le Parler Lorrain paru en 2014 aux Editions du Quotidien.

20 janvier, 2016 à 23:07


Laisser un commentaire