Accueil Contes et légendes La légende de la terrifiante Fée Polybotte

La légende de la terrifiante Fée Polybotte

4 min lues
1
0
1,481

De nombreuses légendes lorraines parlent de fées, en particulier dans les Vosges. L’une d’elles, qui s’appelait Polybotte, vivait près de Gérardmer, non loin de la Montagne de Naymont, dans une grotte située au cœur de la Forêt de Martimpré.

Fée Polybotte

Polybotte était la fée la plus puissante et la plus redoutée de Lorraine. Elle tirait ses pouvoirs du froid et de la neige. Sa cruauté et son mauvais caractère étaient connus de tous les Lorrains. En effet, elle pestait, maugréait, grondait et crachait toute la journée. Polybotte avait un corps de rêve. Pourtant, sa laideur n’avait pas d’égal car son corps était surmonté d’une effroyable tête de vieille femme, toute ridée et fripée. L’infortunée en avait tellement honte qu’elle s’était enfermée dans sa solitude, ne faisant que ruminer son handicap physique. A tel point qu’elle était devenue méchante et grisée. Les Gérômois évitaient donc de s’approcher de son domaine du Saut-des-Cuves.

Un jour, pourtant, un preux chevalier qui accompagnait le Duc de Lorraine à une chasse dans les environs de Gérardmer, s’égara dans l’immense forêt. Fatigué et son cheval éreinté, il s’engouffra à la nuit tombée dans la roche à travers une fente pour tenter de survivre dans la forêt vosgienne. Il s’agissait en réalité de la grotte de la redoutable Fée Polybotte. Malgré sa sinistre réputation, celle-ci l’accueilli chaleureusement et l’invita à dîner. Elle avait revêtu pour l’occasion sa plus belle robe et s’était assise sur un trône en cristal. La fée usa de mille et un subterfuges pour tenter de séduire le chevalier, en vain. Lorsque ce dernier s’apprêta à la quitter à l’aube venue pour repartir chez lui retrouver sa femme, Polybotte, dans une colère terrible teintée de déception et de jalousie, le changea instantanément en glace.

Depuis ce jour, même en plein été, l’entrée de la grotte conserve toujours de la glace. Ce lieu maudit est appelé la Fente du Kertoff.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Contes et légendes

Un commentaire

  1. Groupe BLE Lorraine

    13 juin, 2021 à 23:05

    Il y a bien longtemps de cela vivait dans une grotte perdue dans la montagne vosgienne, une méchante fée, très laide et très hautaine et que l’on désignait, dans la vallée, sous le nom de Fée Polybotte. Elle dirigeait tout un peuple de gnomes et de lutins, d’elfes maléfiques et de mauvais sôtrés. Un jour, il arriva qu’un chevalier vint à se perdre dans ces forêts. Il erra toute une journée dans les montagnes, ne sachant exactement où il était. Puis, quand le soleil commença à décliner, il se résolut à passer la nuit dehors. Il chercha un abri, au pied d’une falaise et trouva l’entrée de la grotte de la Fée Polybotte. Il s’était à peine installé sur un lit de feuilles mortes que, soudain, il entendit très distinctement une voix. Laquelle voix l’enjoignait de venir tout au fond de la grotte. Intrigué, le chevalier pénétra dans l’anfractuosité et il fut surpris d’y découvrir un jardin enchanté, au milieu duquel les elfes préparaient un fastueux banquet. « Sois le bienvenu ! », déclara Polybotte, qui était plus repoussante que jamais. Le chevalier se montra très poli, accepta de partager le repas que la fée lui fit servir avec beaucoup de diligence mais, quand Polybotte lui demanda de rester avec elle, il déclina l’offre. « Suis-je donc si repoussante ? », demanda la fée. Elle renouvela sa demande une deuxième, puis une troisième fois. Le chevalier, voyant qu’il n’arriverait pas à se tirer d’affaire, se confondit en excuses et chercha à regagner la sortie de la grotte. Mais au moment même où il s’apprêtait à revoir l’air libre, un bloc de glace vint à tomber sur lui, l’emprisonnant à jamais. La Fée Polybotte déclara, dans un rire sardonique, que ce serait là sa punition. S’il s’était donné à elle, elle aurait pu mettre fin au sortilège qui la rendait si laide. Hélas, le chevalier s’était uniquement fié aux apparences. On raconte qu’on peut encore voir, au fond d’une grotte qui plonge dans les profondeurs du Kertoff, près de Gérardmer, une étrange lueur bleutée qui serait le dôme de glace sous lequel dormirait un chevalier qui avait eu le malheur de ne pas vouloir d’une fée.

    Kévin GOEURIOT, historien de la Lorraine, écrivain et professeur d’histoire-géographie pour le Groupe BLE Lorraine.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

De l’Excuse des bouchers lorrains

Le boucher ne tient pas le bon rôle dans la légende de Saint-Nicolas, lui qui découpât les…