Centre de ressources numériques sur la Lorraine

La légende de la terrifiante Fée Polybotte

De nombreuses légendes lorraines parlent de fées, en particulier dans les Vosges. L’une d’elles, qui s’appelait Polybotte, vivait près de Gérardmer, non loin de la Montagne de Naymont, dans une grotte située au cœur de la Forêt de Martimpré.

Fée Polybotte

Polybotte était la fée la plus puissante et la plus redoutée de Lorraine. Elle tirait ses pouvoirs du froid et de la neige. Sa cruauté et son mauvais caractère étaient connus de tous les Lorrains. En effet, elle pestait, maugréait, grondait et crachait toute la journée. Polybotte avait un corps de rêve. Pourtant, sa laideur n’avait pas d’égal car son corps était surmonté d’une effroyable tête de vieille femme, toute ridée et fripée. L’infortunée en avait tellement honte qu’elle s’était enfermée dans sa solitude, ne faisant que ruminer son handicap physique. A tel point qu’elle était devenue méchante et grisée. Les Gérômois évitaient donc de s’approcher de son domaine du Saut-des-Cuves.

Un jour, pourtant, un preux chevalier qui accompagnait le Duc de Lorraine à une chasse dans les environs de Gérardmer, s’égara dans l’immense forêt. Fatigué et son cheval éreinté, il s’engouffra à la nuit tombée dans la roche à travers une fente pour tenter de survivre dans la forêt vosgienne. Il s’agissait en réalité de la grotte de la redoutable Fée Polybotte. Malgré sa sinistre réputation, celle-ci l’accueilli chaleureusement et l’invita à dîner. Elle avait revêtu pour l’occasion sa plus belle robe et s’était assise sur un trône en cristal. La fée usa de mille et un subterfuges pour tenter de séduire le chevalier, en vain. Lorsque ce dernier s’apprêta à la quitter à l’aube venue pour repartir chez lui retrouver sa femme, Polybotte, dans une colère terrible teintée de déception et de jalousie, le changea instantanément en glace.

Depuis ce jour, même en plein été, l’entrée de la grotte conserve toujours de la glace. Ce lieu maudit est appelé la Fente du Kertoff.

26 octobre, 2015 à 22:59


Laisser un commentaire