Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Manifestation pour la défense et la promotion des langues régionales de Lorraine

Manifestation pour la défense et la promotion des langues régionales de Lorraine

Une manifestation en faveur des langues régionales de Lorraine est organisée ce samedi 24 octobre 2015 à 15 heures devant la préfecture de région à Metz, près de la Place de la Comédie.

Des rassemblements similaires auront lieu dans d’autres régions de France. Près de 24 000 personnes sont par exemple attendues à Montpellier.

Le Groupe BLE Lorraine attend que la France ratifie enfin la Charte européenne des langues régionales comme elle s’y est engagée. Nous exigeons également que les langues de Lorraine, en particulier le Lothringer Platt (Franciques Luxembourgeois, Mosellan et Rhénan) et le Vosgien, ne soient plus les parents pauvres des langues régionales en France. Celles-ci bénéficient en effet de moyens autrement plus conséquents que nos langues. Le Groupe BLE Lorraine demande enfin qu’un enseignement bilingue à parité horaire (français / Lothringer Platt) soit mis en place dans les écoles de Moselle germanophone.                                                                                                             

Un verre de l’amitié sera proposé aux manifestants. Les cent premiers arrivés se verront également offrir un polo à manches longues avec l’inscription « Mir redden Platt » (Je parle le Platt) par les organisateurs.

***

Näkscht Samschdach, 24 Oktober 15 U vor der Préfectur én Metz (beim Théâter), laden ma Eich énn „Platt schwätzer » oda nét. Kommen manifestieren fo dass der Staat de Charte fo de Régionalsprochen  énnerschreiwt. 

En ganz Frankreich manifestieren de Leit, zum Beispill én Montpellier sénn ze 24 000.

Dia ach, kommen on opfern zwei Stonnen fo de Platt.

En klän Empfang éss gesorscht.

21 octobre, 2015 à 23:21


Un commentaire pour “Manifestation pour la défense et la promotion des langues régionales de Lorraine”


  1. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Quand ils sont arrivés sur les bancs de l’école de la pensée unique française, beaucoup de jeunes Mosellans ne parlaient que le Lothringer Platt. Comme cela était bien évidemment interdit, les maîtres mettaient souvent en circulation un bouton, que récupérait chaque enfant pris en faute, quand il ne faisait pas l’objet de violences physiques et verbales. Cette marque d’infamie favorisait également la délation entre les écoliers, ce qui entraînait un véritable sentiment de culpabilité chez les jeunes plattophones humiliés. Ces derniers devenaient ainsi rapidement de parfaits francophones. Ils avaient été durablement persuadés que leur langue maternelle n’était pas la « bonne » langue, mais un reliquat des casques à pointe. Un comble quand on sait que le Lothringer Platt pourrait remonter à l’époque romaine !


Laisser un commentaire