Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Le Petit Nicolas traduit et édité en Vosgien

Après la traduction de Tintin et l’affaire Tournesol en 2008, vendu à 5 000 exemplaires, trois associations de sauvegarde et de promotion du Vosgien, à savoir les seniors du Priolet à Xertigny, Lâ Patoisant dâ Tro R’Vères au Val d’Ajol et La Voye à Fresse-sur-Moselle, ont traduit et fait éditer six histoires tirées de La rentrée du Petit Nicolas. Elles ont été rassemblées dans un ouvrage bilingue couleur vert sapin de 144 pages.

Petit Nicolas Vosgien

L’œuvre de Goscinny et de Sempé avait déjà été traduite en Picard, en Breton, en Corse et en Créole. Sa version en Vosgien a depuis été inscrite au catalogue d’IMAV Editions dans la collection « Langues de France ». Chacune des trois associations vosgiennes a traduit deux histoires. Elles ne pouvaient en effet pas travailler ensemble sur une même histoire parce le Vosgien possède quelques variantes. Par exemple, d’une vallée à l’autre, le mot « soulier » se dit solè, seula ou sola. La traduction de l’ouvrage a été d’autant plus difficile qu’il existe que très peu d’écrits en Vosgien, en dehors de quelques dictionnaires et livres de grammaire parus au XIXème siècle. Il faut dire qu’à l’instar d’autres langues régionales de Lorraine, il y a un siècle, un enfant qui parlait Vosgien à l’école était puni par ses maîtres au nom de la république française. L’élève était alors humilié debout au milieu de la classe avec ses sabots autour du cou.

On recense aujourd’hui à peine quelques centaines de patoisants vosgiens, la plupart regroupés dans des associations de sauvegarde. A noter qu’un nouveau dictionnaire Vosgien-Français est en projet pour 2016.

En attendant, Lé p’tit Colâs en vosgien est édité par IMAV Editions. Les commandes peuvent être passées sur le site internet www.girmont.org. Les 650 premiers exemplaires sont numérotés et disponibles dès à présent. La vente en librairie débutera le 6 décembre 2015 pour la Saint-Nicolas.

14 octobre, 2015 à 22:46


2 Commentaires pour “Le Petit Nicolas traduit et édité en Vosgien”


  1. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Les experts distinguent cinq variantes vosgiennes parmi les 18 aires dialectales répertoriées en Lorraine romane, mais toutes ont la même origine : le latin populaire des centurions romains que l’organisation administrative avait imposé en Gaule. L’accent est souvent responsable d’un remplacement d’une voyelle par une autre, à l’image des tôfailles de Gérardmer qui deviennent des toffoilles au Donon.

    A noter que tous les pays d’Europe ont signé et ratifié la charte des langues régionales et minoritaires sauf un, la France.

  2. André TOUCHET écrit:

    Article du Petit Nicolas en vosgien (patois du Val-de-Galilée (Coinches, Neuvillers-sur-Fave)(c’est le patois que j’utilise mais je peux écrire dans d’autres patois : Fraize, Corcieux, Gérardmer, Fiménil).

    Lo p’tit Colâs botè et èditè en patwès dis Hauts.

    Èprès a’oû botè Tintin et l’Effaire Tournesol en patwès dis Hauts en 2008, tîri è 5 000 lîves, trâs essoces que s’bettot pou sauvè et faire k’nnohhe lo patwès dis Hauts : è sa’oû les seniors du Priolet è HHèt’gnèy, Lâ Patoisant dâ Tro R’vêres au Vau-d’Èjau et La Voye è Fresse, ot botè et fait èditè hhés (h)istwêres tîries dè Rontrâye do P’tit Nicolâs. Elles ot estu ressobiâyes dos în lîve français-patwès, wahh comme lis sèpes, de 144 pâges.

    L’ovrèdje de Goscinny et d’Sempé a’oût djè estu botè en picârd, en breton, en corse et co en crèole. Sè trèductio en patwès dis Hauts è estu èn’das tot-lè r’botâye au catalôgue d’IMAV Éditions dos lè collectio « Longues de France ». Tchèkîne dis trâs essoces dis Hauts ot botè en patwès lis (h)istwêres-lè. Elles ne pèyênent mi bîn sûr trèveilli essêne sus ène même (h)istwêre pace que dos lis patwès dis Hauts, i n’y è dis mots que n’se d’hot mi dè même faço. Par exempe, d’ène besse è l’aute, pou soulier, is d’hot solè, seula ou bîn co sola. Botè en patwès lo lîve-lè feut d’auchtant pus maulaihant qu’i n’y è wê d’ècrits en patwès di Hauts, exceptè quèques dictionnaires et dis lîves de grammaire qu’ot estu ècrits a XIXème sièke. I faut co dîre que comme lis longuèdjes dis autes pèyis dè Lôrraine, i n’y è în sièke, în èfant que hâblait lo patwès dis Hauts ére puni pa so mâte au no dè Rèpublique Française. L’ècolié ére alors rèbaihhi debout au mwétan dè clâsse èvo sis sabôts è l’èronde de so cô.

    O compte audjud’(h)eû è pweine quèques centaines de djens que k’nnohhot co bîn lo patwès, lè plupârt se r’treuvant dos dis essoces que s’bettot pou sauvè lo patwès. I faut co dîre aussi qu’în nové dictionnaires patwès-français ast dos l’idée pou 2016.

    È n-ettodant, lo P’tit Colâs en patwès di Hauts ast èditè pa IMAV Éditions. O pût pessè lis commandes sus l’èrètâye sus lo site http://www.girmont.org. Lis 650 peurmers lîves sot numèrôtès et prats è ête vodus èn’das mèt’nant. Dos lis librairies, on z-èpwèyerè è lis vode lo hhés do mwès d’décambe 2015 pou lè Saint Nicolâs.


Laisser un commentaire