Accueil Culture et patrimoine « Mon Dieu don, qu’il est peut ! »

« Mon Dieu don, qu’il est peut ! »

4 min lues
1
0
13

C’est ce que s’exclamait ma grand-mère lorsque je n’étais pas passé « au » coiffeur depuis deux mois ou que j’avais le visage tout « marmousé » pour m’être goinfré de tout le contenu du pot de confiture de mûres. Et, ensuite, comme je faisais inévitablement ma tête de cochon, elle récidivait en clamant les mains sur les hanches : « Et maintenant, arrête-voir un peu de faire le peut ! »

vilain

C’est que le mot « peut » était en patois lorrain synonyme de sale, de repoussant, de répugnant, de vilain, de désagréable.

Or, là comme souvent en parler lorrain, le terme provient du latin. En l’occurrence de l’adjectif putidus qui recouvre les mêmes connotations péjoratives. Si le sens s’est conservé, le mot a évolué en suivant les règles de la phonétique historique selon laquelle tous les mots latins perdent leur finale : putidus » a donné peut.

Les plus délurés n’auront pas été sans remarquer que le « peut » de ma grand-mère est fort proche de la « pute » omniprésente dans la bouche de nos (jeunes) sauvageons mal éduqués. C’est qu’ils ont la même origine. Dès les temps les plus reculés, et sans doute sous l’influence de la morale chrétienne, la péripatéticienne grecque est devenue une « peute », une « pute », c’est-à-dire une femme laide, repoussante et peu fréquentable. Quand au doublon « putain », il s’explique par la persistance en ancien-français de deux cas de la déclinaison latine : le cas sujet et le cas régime. C’est pourquoi l’évêque Cauchon contemplant Jeanne d’Arc en flammes sur son bûcher a fort bien pu déclarer : « Cette pute (cas sujet) a enfin fini de nous embistrouiller ! » ou « Nous voilà enfin débarrassés de cette putain (cas régime) ! ».

Que la « pute » en question fût une sainte témoigne de la justesse toute relative des croyances et des coutumes !

Jean-Paul BOSMAHER, professeur de lettres à la retraite et écrivain pour le Groupe BLE Lorraine.

M. BOSMAHER est l’auteur de plusieurs ouvrages de références sur la Lorraine, dont notamment le Parler Lorrain paru en 2014 aux Editions du Quotidien.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Culture et patrimoine

Un commentaire

  1. totor

    22 septembre, 2015 à 10:59

    Mon ! La peute bêête ! !
    il a osé le patois ……
    Chez moi on disait marmosé. mais, d’après l’académie Stanislas, il y avait environ 180 formes de patois lorrain à la fin du 19ème siècle ….
    Bravo pour l’article !

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Du blason de Bar

En héraldique, les animaux se classent généralement parmi les « armes parlantes ». Ces der…