Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Amnévillous : des citoyens masqués dénoncent des erreurs de gestion à Amnéville

Amnévillous : des citoyens masqués dénoncent des erreurs de gestion à Amnéville

Sous le modèle des Anonymous, de mystérieux défenseurs de la démocratie et de la transparence dénoncent des dysfonctionnements et des errements dans la gestion de la commune d’Amnéville-lès-Thermes et de ses différentes entités, dont notamment le Pôle thermal, le Galaxie et le Snowhall. La fermeture du Musée de la Moto et du Vélo, la récente augmentation des impôts, la situation financière délicate de la ville, ainsi que des situations de favoritisme sont également évoqués.

Amnévillous

La quatrième vidéo des Amnévillous est consacrée aux salaires des directeurs des « satellites » communaux (Crédits photo : Amnévillous)

Les vidéos publiées par le groupe sur Dailymotion font la part belle à la mise en scène. Le ton monocorde et le découpage des syllabes de la voix masculine renforcent la théâtralité de l’instant.

La sphère politique de Stahlheim est vraiment un monde un part, symbolique, mais aussi au centre d’importants enjeux financiers depuis la reconversion de l’ancienne cité sidérurgique en ville thermale et touristique.

Si les déclarations et les annonces des Amnévillous étaient confirmées et corroborées, un grand coup de ménage s’imposerait à Amnéville. Nos concitoyens sont en effet en attente de transparence et de vérité, d’autant plus en période de restrictions budgétaires.

De Bure à Amnéville le cas échéant, la Lorraine en a besoin, plus que jamais.

15 juin, 2015 à 20:41


2 Commentaires pour “Amnévillous : des citoyens masqués dénoncent des erreurs de gestion à Amnéville”


  1. Lorrain écrit:

    NOS concitoyens… ?!
    Vous faites de la politique maintenant !? ;)

  2. VisitAmnéville écrit:

    Des vidéos bien documentées et informées le tout d’une remarquable efficacité. C’est le moins que l’on puisse dire. Presque à faire peur, si l’on a quelque chose à se reprocher.


Laisser un commentaire