Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Développement d’efluid à Metz

Fort du succès rencontré en France par son logiciel de gestion, la société efluid, créée le 1er janvier 2013, est en plein développement. D’une cinquantaine d’employés à ses débuts, elle en compte à présent près de 120 et entend atteindre les 250 d’ici 2023, voire peut-être avant. Si bien qu’aujourd’hui, cette filiale de l’UEM (Usine d’Electricité de Metz) manque de place.

Un nouveau bâtiment, situé derrière le siège actuel de l’UEM, est donc en construction. Le chantier a commencé il y a trois mois. La structure, d’une superficie totale de 4 500 mètres carrés, comprendra quatre niveaux et parking souterrain. L’immeuble répondra aux normes BBC (Bâtiment Basse Consommation). Il pourra accueillir 220 salariés d’efluid, avant une prochaine extension si nécessaire, à partir de juillet 2016, date à laquelle il devrait être terminé. L’opération représente un investissement d’onze millions d’euros, intégralement financé sur fonds propres. Il faut dire qu’efluid a réalisé en un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros en 2014.

Développé par une dizaine d’informaticiens de l’UEM, efluid permet de gérer la relation client du premier contact au recouvrement. Le logiciel a été retenu par ErDF dans le cadre du déploiement du compteur intelligent Linky. Une vingtaine d’entreprises locales de distribution, dont une quinzaine en Moselle, ont par ailleurs été séduites par cette solution innovante. Paramétrable et adaptable, efluid s’adapte tout aussi bien au marché de l’électricité qu’à celui du gaz. Le logiciel a enfin été conçu pour être traduit dans d’autres langues, afin de viser l’international, même si dans un premier temps il entend s’exporter dans les pays francophones et en Afrique.

logo efluid 

23 mai, 2015 à 18:21


Un commentaire pour “Développement d’efluid à Metz”


  1. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Le groupe UEM (Usine d’Electricité de Metz) a dernièrement inauguré le nouveau bâtiment d’Efluid qui accueille 168 ingénieurs et techniciens. L’opération, qui a représenté un investissement de dix millions d’euros, a d’abord consisté à déconstruire un ancien immeuble avant d’élever le nouveau. Le siège de la filiale Efluid dispose d’un parking de 67 places, ainsi que d’un rez-de-chaussée avec un atrium de 220 mètres carrés surplombé d’un puits de lumière de près de sept mètres. Le bâtiment peut accueillir au total 243 postes de travail. Fort de son succès, la société entend en effet poursuivre sa politique d’embauche pour atteindre 200 salariés en 2017.

    Rappelons qu’efluid est un progiciel qui permet de gérer l’ensemble des fonctions des réseaux de distribution et des fournisseurs d’énergies (électricité, gaz de chauffage urbain et télévision). Très souple, l’outil a été développé sur-mesure par une petite équipe d’informaticiens de l’UEM. Le progiciel a déjà séduit une grande partie du marché en France au moment de l’ouverture à la concurrence. Il s’est par ailleurs facilement adapté à la transition énergétique. Sa traduction en anglais a déjà commencé pour conquérir des marchés à l’international. Efluid rapporte chaque année près de 12,5 millions d’euros à la Ville de Metz.


Laisser un commentaire