Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Restructurations chez Schneider Electric en Moselle

En raison de la baisse continue des prix du marché sur l’ensemble des transformateurs de moyenne tension, Schneider Electric a dernièrement décidé de délocaliser en partie sa production en Pologne sur le site d’une ancienne usine Areva. Le prix de revient des transformateurs devraient en contrepartie diminuer de près de 30 %.

Cette délocalisation entraînera la fermeture deux filiales du groupe, à savoir l’usine Transformateurs de Petit-Quevilly (TPQ), près de Rouen, qui produit en série les transformateurs répétitifs de moyenne tension en question plutôt bas de gamme, ainsi que la chaudronnerie de France Transfo située à Marange-Silvange. Cette dernière, qui réalise ainsi les cuves destinées à TPQ, emploie actuellement 70 salariés. Elle fait par ailleurs partie de l’un des trois sites mosellans de France Transfo, où travaillent au total 530 personnes en CDI (Contrat à Durée Indéterminé). Les deux autres, à Maizières-lès-Metz et à Ennery, seront également impactés par ces restructurations d’ordre financière. Une vingtaine d’employés de Maizières-lès-Metz travaillent en effet sur le même produit fini. Par conséquent, 90 emplois devraient être dans l’ensemble supprimés en Moselle. A note que les concurrents de France Transfo avaient déjà fait le choix de se délocaliser leur production en Europe de l’Est.

Afin de compenser ces mesures, la direction de Schneider Electric a parallèlement annoncé la pérennisation de 27 postes actuellement occupés par des intérimaires à Ennery.

Rappelons que Schneider Electric a dégagé en 2014 environ 1,5 milliards d’euros de bénéfices. Le groupe conserve toujours une bonne part de marché chez ERDF avec notamment 3 500 transformateurs commandés.

17 mai, 2015 à 22:36


Un commentaire pour “Restructurations chez Schneider Electric en Moselle”


  1. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Après l’annonce de la fermeture de la chaudronnerie de Marange-Silvange, les syndicats et le personnel de France Transfo craignent à présent pour l’avenir des autres sites. Les outils de production sont en effet obsolètes et les investissements se font aujourd’hui à l’étranger. En témoigne la construction en Russie pour 20 millions d’euros d’une neuvième usine Schneider Electric spécialisée dans la fabrication de transformateurs électriques sans huile destinés aux réseaux de moyenne tension industriels et d’infrastructures. Une production déjà assurée par l’établissement d’Ennery …

    A noter enfin qu’avant un premier plan social en 2005, France Transfo comptait près d’un millier de salariés. Après la finalisation du second, il en restera moins de 400.


Laisser un commentaire