Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > Agriculture
  • > Du cimetière anabaptiste de Gosselming dans le Pays de Sarrebourg

Du cimetière anabaptiste de Gosselming dans le Pays de Sarrebourg

La commune de Gosselming, dans le Pays de Sarrebourg, abrite un petit cimetière anabaptiste. D’à peine trois ares, celui-ci regroupe une quinzaine de tombes et remonte à 1874.

cimetière anabaptiste Gosselming

Le cimetière anabaptiste de Gosselming (Crédits photo : Wikipédia)

Catherine Hirschy Nafziger, jeune épouse de 25 ans décédée en couches, fut la première défunte à y être inhumée. Elle avait d’abord été enterrée dans le cimetière de Gosselming. Mais comme elle était anabaptiste, cela avait créé des histoires dans le village. Une plainte avait même été déposée et le sous-préfet de l’époque avait convoqué le père, Jean Hirschy, meunier et paysan à Gosselming, afin de trouver une solution. Comme ce dernier désirait entretenir une relation pacifique avec les gens du village, il demanda l’autorisation d’ouvrir son propre cimetière sur l’un de ses terrains. Après l’avoir obtenue, il fit monter des murs. C’est comme cela que le cimetière fut créé. Cette première tombe est toujours visible et le cimetière anabaptiste mennonite de Gosselming continue à accueillir des sépultures. Il s’agit d’ailleurs du seul encore utilisé dans la région. Il en existe pourtant d’autres, comme à Buhl-Lorraine, où le dernier défunt y a été enterré il y a cinquante ans, ou encore à Rhodes, à Haraucourt-sur-Seille et à Repaix. Les cimetières anabaptistes mennonites de Xouaxange et de Lafrimbolle ont quant à eux été abandonnés. Celui de Gosselming est parfaitement entretenu par les familles de cette communauté religieuse, qui vit aujourd’hui dans un triangle composé des communes de Berthelming, Rhodes et Sarrebourg.

17 mai, 2015 à 22:24


Laisser un commentaire