Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Création d’un Service Militaire Volontaire à Montigny-lès-Metz

Création d’un Service Militaire Volontaire à Montigny-lès-Metz

Les quartiers Colin et Raffenel-Delarue, situés Rue Franiatte à Montigny-lès-Metz, accueilleront l’un des sept centres de Service Militaire Volontaire (SMV) qui doivent être créés en France métropolitaine.

Ce nouveau dispositif d’insertion professionnelle destiné aux jeunes de 18 à 25 ans en rupture avec la société et le système scolaire s’inspire directement du Service Militaire Adapté (SMA) mis en place et unanimement reconnu en Outre-Mer depuis 1961. Ce dernier, qui enregistre en effet un taux d’insertion professionnelle de 70 %, associe l’instruction des règles militaires de bonne conduite à une formation professionnalisante en adéquation avec les besoins du bassin d’emploi et des métiers en tension. Les entreprises recrutent ensuite ainsi plus facilement les jeunes qui ont été recadrés.

Disposant de locaux d’ores et déjà opérationnels, le site de Montigny-lès-Metz est appelé à devenir le centre pilote de l’ensemble des SMV. Les premiers volontaires et leurs formateurs sont attendus dès l’automne prochain. A terme, près de 500 jeunes devraient y être accueillis en formation militaro-professionnelle.

1 mai, 2015 à 19:33


2 Commentaires pour “Création d’un Service Militaire Volontaire à Montigny-lès-Metz”


  1. guill écrit:

    Bonsoir,

    Ce doit être la région messine qui doit être contente de cette nouvelle activité dans les suites des diminutions d’activité militaire que vous dénonciez.

    Guillaume

  2. CV57 écrit:

    Le SMA coûte au budget national environ 42 000 euros par an et par jeune pris en charge (budget 2013). A effort public comparable, l’installation d’un centre SMV à Montigny correspond donc à une injection d’environ 21 millions d’euros par an sans doute essentiellement dans l’économie de l’agglomération.

    C’est un point de vue local à considérer.

    Maintenant, globalement, on peut s’interroger sur la direction d’un pays qui fait un effort aussi important pour des jeunes « en rupture avec le système scolaire », et qui en même temps rend vraiment très couteux aux familles l’éducation de ses jeunes vers les métiers productifs, par exemple via l’augmentation considérable du coût des études dans les écoles d’ingénieurs.
    Quel est l’avenir qui se construit dans ce pays là ? Quelle sont les valeurs sous jacentes à ces choix ?


Laisser un commentaire