Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Pillage de monuments de la Guerre de 1870 à Amanvillers et à Saint-Ail !

Pillage de monuments de la Guerre de 1870 à Amanvillers et à Saint-Ail !

L’Aigle en bronze qui couronnait le monument en l’honneur des victimes allemandes de la Guerre de 1870-1871 a dernièrement été volé à Amanvillers. Ses pattes ont été coupées. Il s’agit de la seconde statue allemande dérobée en quelques jours après le Lion en bronze de Saint-Ail dans le secteur de Gravelotte. Les pilleurs de ces monuments sans scrupule sont avant tout attirés par la valeur du métal.

Amanvillers aigle

L’Aigle du monument allemand d’Amanvillers a été dérobé (Crédits photo : randogps.net)

Scellé à un socle en pierre de Jaumont, le Lion d’Habonville trônait dans les champs, à la lisière de la forêt et à l’écart du village de Saint-Ail en Meurthe-et-Moselle. Il rappelait le souvenir de la 25ème Division d’Infanterie prussienne ou Division du Grand-Duché de Hesse. Ce lion couché imposant mesurait deux mètres de long pour un mètre de large. Son poids avoisinait les 300 kg. Le site était encore régulièrement entretenu par les Allemands.

Selon les experts, le pillage de monuments est en pleine recrudescence, particulièrement dans les pays historiques comme la Lorraine. Une plaque commémorative de la Guerre de 1870-1871 avait par exemple déjà été arrachée à Mars-la-Tour fin 2014, tout comme la porte en bronze du cimetière militaire allemand de Labry en 2013. 

22 avril, 2015 à 22:18


Un commentaire pour “Pillage de monuments de la Guerre de 1870 à Amanvillers et à Saint-Ail !”


  1. CV57 écrit:

    Il n’y a pas que la valeur du métal qui est en cause. Ces monuments ont traversé sans trop de dommages d’autres périodes ou la valeur du cuivre était sans doute relativement aussi sinon plus élevée. Plus grave, ces vols à répétition traduisent la perte ou l’absence des valeurs relatives au patrimoine et au respect pour la mémoire collective des peuples.


Laisser un commentaire