Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Abandon de la gare d’interconnexion TGV-TER de Vandières

Quelques semaines après les résultats de la consultation publique du 1er février 2015, à laquelle seulement 9,8 % des Lorrains avaient participé, Jean-Pierre Masseret a dernièrement enterré à des fins électoralistes le projet de gare TGV d’interconnexion de Vandières. Bien qu’indispensable et financée par la taxe déjà effective sur les produits pétroliers, cette dernière n’a donc pas survécu à la bêtise du Président du Conseil Régional de Lorraine et aux 4,8 % non représentatif du corps électoral qui a répondu « non » à une consultation non prescriptive quand 91,2 % de ce même corps ne s’est pas déplacé pour voter. Pathétique. Jean-Pierre Masseret nous montre une nouvelle fois tout le courage politique qui l’anime et son grand sens des responsabilités.

Vandières, Skylander, A 32, Canal Saône-Moselle, etc. : aucun des grands dossiers lorrains n’aboutit. Embourbée par des élus incapables et par un peuple timoré, paysan, inculte et sans ambition, la Lorraine n’est pas prête de s’en sortir.

21 février, 2015 à 12:37


11 Commentaires pour “Abandon de la gare d’interconnexion TGV-TER de Vandières”


1 2
  1. roric écrit:

    Je suis bien d’accord pour investir en Lorraine car la Lorraine en a grand besoin mais ce n’est pas une raison pour faire n’importe quoi.
    Revenons sur skylander puisque vous partagez l’avis de Masseret. Dès le début cette affaire était foireuse et ce M. Bitboul était bien connu pour ses opérations douteuses. Il s’est empressé de créer une société à part de Geci international afin de ne pas entraîner sa société dans le tourbillon du skylander. Il avait tenté l’expérience lorraine à Tarbes, à Nantes et au Portugal. Un seul « pigeon »a marché dans la combine et nous a fait plumer et c’est ce genre d’opération que vous soutenez. Bravo. Bien sûr que toute entreprise comporte une part de risques mais il existe aussi des moyens de limiter les risques en ne se jetant pas sur tout ce qui bouge.
    Pour en revenir à la gare de Vandières, cela revenait à investir au moins 300 millions (coût final sûrement) dans cette gare et sans doute également une centaine de millions dans celle de Louvigny où, au moins, vous n’avez pas eu la bêtise de dire comme Masseret qu’on allait la transformer en gare TGV fret.
    Quant aux 120 millions qui vont partir ailleurs, rassurez-vous car lorsque notre région reçoit des subventions de l’Etat ou de l’Europe, ce sont aussi les autres régions et autres pays qui paient pour nous; cela s’appelle aussi l’intérêt général face à l’intérêt particulier.
    Maintenant, si vous voulez faire travailler les BTP pour employer du personnel, je pense que l’on pourrait construire des logements sociaux, entretenir nos routes qui en ont grand besoin, créer des locaux pour aider les start-up, etc, etc car ce ne sont pas les exemples qui manquent.
    Bien sûr, aujourd’hui il est de bon ton de défendre les transports en commun et de « tuer » les voitures mais n’oubliez pas non plus que chaque fois que vous « tuez » une voiture, vous « tuez » aussi les ouvriers qui la fabrique. Ensuite vous pourrez toujours aller défiler pour demander que l’on maintienne les emplois chez Peugeot ou Renault et leurs sous-traitants.

1 2

Laisser un commentaire