Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Travaux d’isolation des galeries et au restaurant « La Voile blanche » au Centre Pompidou-Metz

Travaux d’isolation des galeries et au restaurant « La Voile blanche » au Centre Pompidou-Metz

Quelques semaines après que la membrane du Centre Pompidou-Metz (CPM) ait retrouvé sa blancheur originelle, une nouvelle phase de travaux a dernièrement débuté au musée d’art contemporain. Il s’agit cette fois d’isoler les galeries d’exposition 1 et 2, la galerie 3 ayant déjà été rendue étanche en 2014.

galerie CPM

L’isolation des galeries du Centre Pompidou-Metz doit permettre de réduire le montant de sa facture énergétique (Crédits photo : Groupe BLE Lorraine)

La performance énergétique du bâtiment n’a semble-t-il pas vraiment préoccupé les architectes Shigeru Ban et Jean de Gastines. Le CPM n’avait curieusement pas été conçu au départ pour résister à l’hiver lorrain. Il avait ainsi précédemment fallu imaginer une solution pour que la membrane blanche du centre ne cède plus systématiquement sous la masse de la neige au niveau des piliers. Ce problème réglé début 2014, il convient désormais de remédier aux déperditions de chaleur anormales de la structure. L’idée est de réduire la facture énergétique du CPM de 20 % d’ici 2016 pour lui faire économiser 180 000 euros par an. La structure s’est en effet acquittée de 980 000 euros de chauffage en 2013. Les premières mesures prises pour faire baisser la note ont permis de ramener ces frais à 900 000 euros. A l’instar de tout lieu d’exposition, le CPM doit en effet maintenir une température et une hygrométrie constantes pour préserver les œuvres. En dessous de 21°C, il est formellement proscrit d’exposer une œuvre. Les prêteurs et les assureurs sont extrêmement vigilants au respect de ces normes. Ces travaux d’isolation des galeries 1 et 2 sont intégralement pris en charge par les assurances dans le cadre de la garantie décennale.

Metz Métropole va engager parallèlement l’extension du restaurant La Voile Blanche, désormais exploité par Sodexo Prestige depuis juillet 2014. En accord avec les Bâtiments de France, cet agrandissement d’une centaine de mètres carrés sera intégralement financé par la communauté d’agglomération, propriétaire du musée. Il permettra de doubler la capacité du restaurant, trop étroit pour être rentable avec seulement une soixantaine de couverts. Le chantier, qui représente un investissement de 350 000 euros, consistera à fermer par une véranda un tiers de la terrasse de 300 mètres carrés de l’établissement qui accueillait auparavant un chapiteau. Le nouvel espace sera clos par un toit plat blanc et des baies vitrées mobiles, sans cadre apparent. Sobre, l’ensemble ne dénotera pas avec l’architecture du CPM. Un rideau de 20 mètres de long protègera les clients du Soleil. La pièce sera confectionnée par la maison Garnier Thiébaut, qui fabrique du linge de maison haut de gamme dans les Vosges. Au sol, des dalles formeront des motifs géométriques. Les travaux devraient commencer en mars pour se terminer avant l’été. D’ici quelques mois, La Voile blanche pourra donc recevoir des grandes tablées, notamment pour des mariages. A noter enfin qu’un escalier extérieur sera également prochainement installé, afin d’accéder au restaurant sans passer par la grande nef du musée.

2 février, 2015 à 23:00


3 Commentaires pour “Travaux d’isolation des galeries et au restaurant « La Voile blanche » au Centre Pompidou-Metz”


  1. Yannick écrit:

    Ce musée qui s’embourbe risque fort d’entraîner avec lui tous les lorrains dans l’abîme…
    Entre les visiteurs déçus de constater que 30 à 45 minutes suffisent en moyenne pour faire le tour et les millions d’Euros payés chaque année par l’ensemble des contribuables lorrains, Pompidou Metz est en passe de devenir la gabegie lorraine numéro 1 devant le Skylander!! Excusez la performance!!
    Les lorrains ont eu à se prononcer récemment sur la gare de Vandières, je propose au Conseil Régional de demander l’avis des lorrains sur le financement régional pour Pompidou! Sommes-nous prêts à engloutir chaque année 4 millions d’euros sur le dos des lorrains pour un équipement dont l’intérêt est plus que limité? En faisant un rapide calcul, on s’aperçoit que la totalité des entrées payantes n’arrivent même pas à couvrir les frais de chauffages annuels! Quelle honte!!

  2. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Le Centre Pompidou-Metz a changé l’image de Metz et de la Lorraine par son rayonnement international. Il fallait le faire, il a été fait et c’est tant mieux. Vandières aussi doit être fait, c’est la gare de Louvigny qui n’aurait jamais dû voir le jour.

    Le Skylander avait tout pour réussir sauf le soutien de la France et des banques. C’était un beau projet avec des centaines d’emplois à la clé.

    Celui qui ne prend pas de risque, n’avancera jamais. Celui qui en prend, doit aussi accepter la possibilité de perdre.

    S’il y a un avis à demander aux Lorrains, c’est bien celui au sujet de la poubelle radioactive de Bure qui risque elle d’emporter non seulement des milliards d’euros, mais aussi des milliers de générations d’humains.

  3. Yannick écrit:

    Je suis d’accord avec vous concernant Bure et le fait que la gare d’interconnexion fer-fer aurait dû être créer dés le départ.

    Le skylander, quand il est arrivé en Lorraine, était un projet qui végétait depuis plus de 15 ans! Sans réel marché… Le Conseil Régional quand il a soutenu ce projet n’avait pas une vision industrielle mais une vision axée sur la communication (beau projet tout neuf, filière d’avenir avec l’aéronautique), c’est beau sur le papier et Masseret a joué dessus pour améliorer son image et communiquer… Mais le projet était coulé d’avance, y compris pour ceux qui on pris le dossier en main au Conseil Régional…

    Quant à Pompidou, je peux vous assurer que vu de l’extérieur il n’a pas amélioré l’image de Metz, les retours que j’en aie de visiteurs non-lorrains sont absolument tous négatifs.
    Je vous accorde qu’il a pu avoir un effet buzz les quelques semaines après son ouverture, mais les choses sont ainsi faites aujourd’hui que les effets modes passent vite et que Pompidou s’il n’attire plus du tout reste une charge financière importante réglée par l’ensemble des lorrains, le budget culture du Conseil Régional est ainsi happé par ce trou sans fond et compromet un grand nombre d’autres projets culturels en Lorraine, peut-être bien plus vecteurs d’images positives pour la Région…

    Les effets mode passent très vite, il y a bien longtemps que Metz ne fait plus parler, les gens filent aujourd’hui au Louvre-Lens (bien plus grand et beaucoup plus riche au passage) qui semble trouver son public, au MUCEM à Marseille, au musée Confluences à Lyon…


Laisser un commentaire