Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Centre Pompidou-Metz : une gestion à court terme coûteuse

Au moment de la construction du Centre Pompidou-Metz (CPM), Jean-Marie Rausch, alors président de l’agglomération de Metz, avait exigé une réduction de la voilure, afin de ne pas avoir à gérer le prévisible dépassement de l’enveloppe de 70 millions d’euros. Il a découlé de cette décision politicienne que le nombre de mètres carrés par salariés n’était pas suffisant. En effet, les contours de l’équipe appelée à animer et à entretenir la structure n’avaient quant à eux pas bougés. La médecine du travail aurait même constaté que le minimum de neuf mètres carrés réglementaires par salarié n’était pas respecté pour les 51 employés du musée.

CPM BLE Lorraine

Le Centre Pompidou-Metz paie aujourd’hui les calculs politiciens d’hier (Crédits photo : Groupe BLE Lorraine)

Si bien que Metz Métropole, déjà principal contributeur du CPM, a dû financer l’acquisition de 300 mètres carrés de bureaux supplémentaires pour le personnel du musée pour plus d’un million d’euros. Cette dépense, qui est intervenue deux ans à peine après l’inauguration du centre d’art contemporain, apparaît aussi inconsidérée qu’incompréhensible. Le Groupe BLE Lorraine regrette que des économies réalisées en amont aient engendré des dépenses importantes en aval.

28 décembre, 2014 à 12:40


Un commentaire pour “Centre Pompidou-Metz : une gestion à court terme coûteuse”


  1. Yannick écrit:

    Ce qui est profondément regrettable, c’est que ce musée qui ressemble aujourd’hui a une large gabegie ait été en très grande partie financé par les contribuables lorrains!
    Il s’agit d’un équipement d’une ville (Metz), qui sert à une agglomération.
    Que le Conseil Régional ait financé sa construction et engloutisse la quasi totalité du budget culture de la Région dans les dépenses de fonctionnement, soit 4 millions d’Euros chaque année, est scandaleux!
    J’aurais dis la même chose si le musée avait été une réussite.
    Non seulement les lorrains payent, mais ils payent pour un équipement qui ne grandit pas vraiment la Région!


Laisser un commentaire