Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Jo Nousse de MANNIJO : « Toutes les langues ont droit au même respect »

Jo Nousse de MANNIJO : « Toutes les langues ont droit au même respect »

A l’occasion de la sortie de Café-Klatsch, nouvel album de MANNIJO, Jo Nousse, compositeur et interprète de ce trio transfrontalier, nous dévoile l’univers polyglotte qui l’inspire et sa passion pour la diversité culturelle.

Comment se porte MANNIJO ?

Jo Nousse : « 17 ans d’âge et pas mal de rides ! Près de 500 concerts au compteur dans toute l’Europe, de Berlin au petit village corse de Calacuccia, en passant par la Lorraine bien sûr ! Notre projet de groupe « transfrontière » polyglotte et d’obédience francique maintient toujours le cap et notre pari d’ambassadeur musical de l’espace transfrontalier francique est tenu. Après la sortie récente de notre cinquième album, Café-Klatsch, notre trio est déjà en train d’échafauder un nouveau programme intitulé Tour de France ! Un surprenant itinéraire en chansons à travers l’hexagone ! Où l’on découvre une France plurilingue et riche de cultures. Ce récital sera prêt pour l’été 2015 ».

Pourquoi avoir décidé de marier la chanson traditionnelle En passant par la Lorraine avec trois couplets des Sabots d’Hélène de Georges Brassens ?

« Il faut savoir que l’ami Georges avait déclaré que la chanson trad’ En passant par la Lorraine l’avait inspiré pour l’écriture de sa chanson Les sabots d’Hélène. La mise en regard de ces deux chansons, qui nous a été suggérée par Walter Liederschmitt – un collègue musicien de Trèves – est une première musicale. Warner Chappell Music France nous a donné l’autorisation de faire figurer cette chanson sur notre album grâce à la bienveillance de Serge Cazzani – neveu de Brassens et seul héritier – qui a été séduit par notre projet. C’est bien sûr devenu le titre-phare de l’album de MANNIJO ».

Image de prévisualisation YouTube

Pouvez-vous nous en dire plus sur le tournage du vidéo-clip de la chanson ?

« Le vidéo-clip a été intégralement tourné au Dräilännereck (Pays des Trois Frontières), notamment à l’Auditorium du Château de Malbrouck et au Château des Ducs de Lorraine de Sierck. Ce sont des lieux où nous nous étions déjà produits en concert et qui ont une forte résonance symbolique. C’est le vidéaste messin Cyril Magi qui a réalisé ce clip en intégrant beaucoup des souhaits que nous avions exprimés lors des repérages. On ne pouvait imaginer meilleure « carte postale musicale » lorraine ».

Comment définissez-vous votre trio ?

« MANNIJO est un groupe musical franco-allemand qui a su réunir tous les ingrédients pour faire découvrir à un large public une Europe cordiale de la Chanson. Le groupe a été fondé en 1997 par le Rhénan Manfred « Manni » Pohlmann et moi-même. MANNIJO décline en musique notre passion pour l’interculturalité et notre langue maternelle commune : le francique (la langue ancestrale de Charlemagne !). Grâce à la présence aux claviers et à la direction musicale de Patrick Riollet, MANNIJO s’est rapidement révélé comme l’un des groupes-phares de la scène musicale transfrontalière, élaborant des ré­pertoires aux langues mêlées et complices : français, allemand, francique mosellan, luxembourgeois, ita­lien, corse, breton, anglais, occitan, catalan et yid­dish. Le trio s’applique à conjuguer ambiance réjouissante et interculturalité avec intelligence et convivialité. MANNIJO propose ses programmes polyglottes constitués de chansons traditionnelles, de reprises et de compositions pour de multiples occasions: concerts, fêtes, festivals, jume­lages franco-allemands, soirées privées, animations, café-klatsch, congrès, etc ».

Mannijo

Le trio MANNIJO, ici au Château de Sierck-les-Bains, se définit comme un « partisan des langues » (Crédits photo : Cyril MAGI)

La musique joue-t-elle un rôle particulier dans la préservation et la promotion du Lothringer Platt ?

« Du fait de sa diffusion facile et universelle, la musique  joue un rôle particulièrement fort pour la promotion de toutes les langues minorées ou moins répandues sur la planète. Le fait que des groupes musicaux s’expriment en Platt a un effet double : cela dynamise les efforts de promotion et en même temps c’est un indicateur qui montre que d’un point de vue socioculturel, quelque chose est en train de vibrer pour cette Sprooch dans son aire linguistique transfrontalière au cœur de l’Europe. Nous sommes, en tant que groupe musical, en même temps un peu acteurs et énormément résultantes de cette situation.

Un exemple : notre précédent album et projet, un CD de chansons enfantines en francique luxembourgeois, a réuni plus de 300 élèves du pays sierckois qui ont chanté en lëtzebuerger Platt. Sur ce projet multipartenarial, nous avons fédéré associations, communauté de communes et institutions départementales et régionales.

MANNIJO aime se définir comme Sproochepartisan (partisan des langues). De la même manière que nous aimons le Platt, nous considérons que toutes les langues, quel que soit leur statut, ont droit au même respect. C’est cette soif d’égalité que nous voulons faire entendre joyeusement sur scène par le biais des chansons qui constituent notre répertoire polyglotte ».

Le refrain en Lothringer Platt :

Ich hann e lotrénger Meedche kannt
Met hölze Scho,
Datt met dräi Kapitän’ bekannt woar
Soten et wär e Baurentrampel
Kee fäi Meedche
Met säin hölze Scho.

Traduction :

J’ai connu une fille lorraine
qui portait des sabots
Elle était connue de trois capitaines
qui disaient qu’elle était une garce paysanne
pas une fille distinguée
avec ses sabots de bois.

Le Groupe BLE Lorraine remercie Jo Nousse pour le temps qu’ils nous accordé.

20 décembre, 2014 à 16:00


Un commentaire pour “Jo Nousse de MANNIJO : « Toutes les langues ont droit au même respect »”


  1. Marcel écrit:

    Quel sacré numéro ce Jo !


Laisser un commentaire