Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Biscuits Cochon et Crottes de Satan : des spécialités sucrées de Stenay

Biscuits Cochon et Crottes de Satan : des spécialités sucrées de Stenay

Stenay n’est pas uniquement connu pour son Musée Européen de la Bière et ses breuvages. La cité du Nord meusien propose bien d’autres spécialités, notamment sucrées.

biscuits Cochon Stenay

Stenay compte plusieurs spécialités sucrées, à l’image des célèbres Biscuits Cochon (Crédits photo : Boulangerie Baumaux)

Les plus emblématiques sont peut-être les fameuses Crottes de Satan. Il s’agit d’amandes entières enrobées dans un chocolat noisette fondant recouvert de sucre glace. Leur appellation, pour le moins originale, renvoie au diable, dont Stenay serait la ville. Ce mythe a été créé de toute pièce en 1850 par le président du Tribunal de Montmédy, M. Jeantin, qui avait la fâcheuse habitude d’expliquer les noms des lieux par d’obscures références. Dans son ouvrage en trois tomes qui retrace l’histoire du Nord meusien intitulé Manuel de la Meuse, ce dernier crût voir dans le nom gallo-romain de Stenay, Satanacum, l’empreinte de Satan. Il n’en fallu pas plus pour que la ville soit assimilée à celle du diable. Si bien qu’en 1885, le papier à entête de la mairie porta cette nouveauté héraldique. De même, lorsque l’Hôtel de Ville actuel remplaça en 1925 la vielle maison commune de la Porte de Bourgogne, l’architecte fit sculpter sur le fronton de l’édifice le célèbre visage jovial du diable. Deux autres figures de Satan sont présentes à Stenay : une démoniaque sur la façade de la Salle des Fêtes et une seconde plus attristée sur le Monument aux Morts. A noter enfin qu’une Confrérie des diablotins fut créée dans la cité meusienne en 1983.

D’autres spécialités font encore aujourd’hui la réputation de la ville, à l’image des Baisers de Dagobert, qui sont des chocolats à l’orange, des délicieuses madeleines artisanales, ou encore des Biscuits Cochon. Ces derniers furent inventés en 1810 par René-Auguste Cochon, pâtissier de renom. Ces gâteaux légers, qui font partie intégrante du patrimoine gastronomique local, accompagnent volontiers une coupe de Champagne ou un café. Ils ressemblent un peu aux biscuits rose de Reims, mais en plus moelleux.

30 novembre, 2014 à 15:02


Laisser un commentaire