Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Patrimoine militaire : Redécouverte d’une batterie cuirassée à Montigny-lès-Metz !

Patrimoine militaire : Redécouverte d’une batterie cuirassée à Montigny-lès-Metz !

Témoignage de l’histoire militaire de la place de Metz, une batterie cuirassée démilitarisée datant de la fin du XIXème siècle a dernièrement été redécouverte sous les bâtiments de l’Impro La Horgne et du Lycée régional des métiers du BTP (Bâtiment et Travaux Publics) à Montigny-lès-Metz. Tout le monde avait oublié son existence.

Ses quatre cloches d’observation de 2,4 mètres et de 15 centimètres d’épaisseur ont été installées à partir de 1898. Celles-ci, d’un poids de 20 tonnes, en acier au nickel et coulée d’une seule pièce, ont aujourd’hui disparu. L’observation se faisait à l’aide d’une lunette de créneaux et de jumelles. Pour chaque créneau, il y avait un support gradué muni d’un dispositif de mesure d’angle pour lunette. Quelques éléments mécaniques encore présents sur place en attestent. L’accès aux cloches se faisait à l’aide d’une échelle, dont certaines parties sont encore visibles. Les couloirs menant aux quatre batteries disposent toujours de leur conduit de ventilation.

La batterie cuirassée de Montigny-lès-Metz avait pour fonction de bombarder les localités environnantes, les voies de communication, les cibles masquées et les protections de campagne avec des obus brisants. Ses obusiers de 15, dont chaque munition comportait 1,2 kg de poudre propulsive, constituaient des pièces d’artillerie efficaces. Ils avaient une portée de 7,2 km et une cadence de deux coups par minute, voire de quatre selon les ordres que recevait le sous-officier aidé par deux canonniers dans la chambre de tir. Deux autres soldats étaient affectés au service des munitions près du monte-charge. Les quatre tourelles présentent deux niveaux superposés : la chambre de tir à l’étage et la chambre de travail en dessous où se trouvaient deux niches pour le remplacement du tube. Les tourelles pour obusier étaient généralement regroupées par deux, trois ou quatre comme à Montigny. Elles pouvaient toutefois l’être exceptionnellement par six pour former des batteries implantées dans les intervalles des forts, dans les groupes fortifiés ou dans les forts cuirassées.

Aujourd’hui trop humide pour être aménagée et malheureusement inaccessible au public, la batterie cuirassée de Montigny-lès-Metz reste un témoignage historique de la place forte de Metz qui a résisté aux deux dernières guerres mondiales.

(Source : RL du 06/09/2014)

17 septembre, 2014 à 18:24


Laisser un commentaire