Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Gravelotte : un nouveau musée sur la Guerre de 1870 et la première Annexion

Gravelotte : un nouveau musée sur la Guerre de 1870 et la première Annexion

Le nouveau Musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion a dernièrement ouvert ses portes à Gravelotte, près de Metz.

Musée de Gravelotte extérieur

Le nouveau musée de Gravelotte présente une architecture soignée (Crédits photo : Raoul GILIBERT pour le Groupe BLE Lorraine)

La structure fait revivre sur 900 mètres carrés l’atmosphère de l’époque à travers le regard des peintres, des uniformes et des accessoires restaurés, ainsi que des témoignages et des journaux des deux camps, français et allemand. Deux canons et les neuf panneaux du Panorama de Rezonville d’Edouard Detaille font partie des pièces maîtresses du musée. En présentant les dates des affrontements et les mouvements de troupes, ce denier permet de comprendre que les victoires et les défaites se sont parfois jouées à rien : un manque de munitions ou d’hommes ou encore un défaut d’initiative et d’analyse du terrain ont pu faire pencher la balance d’un côté comme de l’autre.

Musée de Gravelotte intérieur

Les visiteurs peuvent s’imprégner de l’atmosphère de la Guerre de 1870-1871 à travers les uniformes et les chronologies des batailles (Crédits photo : Raoul GILIBERT pour le Groupe BLE Lorraine)

Le nouveau musée de Gravelotte a représenté un investissement de 12 millions d’euros. Il a été très grande partie financé par le Conseil Général de la Moselle. Promis à grand renfort de communication fin 2012, le fameux Mur des noms, qui devait être édifié dans l’ancien Musée de Gravelotte, à 100 mètres du nouveau, s’est malheureusement transformé en une banale borne interactive qui renferme les noms des 27 000 Mosellans morts durant les conflits depuis 1870. L’abandon du monument avec ses petits rectangles transparents, son long couloir d’entrée et ses jardins du souvenir a permis de réaliser 2,5 millions d’euros d’économie. Mais du coup l’ensemble perd énormément en puissance émotionnelle et en symbole. Si bien que les 1 000 morts de 1870, les 16 000 de 1914-1918, les 9 000 de 1939-1945 et le millier de soldats tombés depuis au combat, de l’Indochine au Mali, figurent simplement sur une colonne de la mémoire à l’entrée du musée. Le seul avantage de cette consultation virtuelle est que beaucoup plus d’informations personnelles sont accessibles sur le destin de ces soldats. A noter que les archivistes n’ont pas retenu les morts après 1920 pour la Première Guerre mondiale et après 1951 pour la Seconde, y compris pour les 7 000 Malgré-Nous mosellans.

5 mai, 2014 à 20:04


3 Commentaires pour “Gravelotte : un nouveau musée sur la Guerre de 1870 et la première Annexion”


  1. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Le départ des Mosellans en 1870 ne concerne qu’une élite. La majorité de la population est restée sur place.

  2. Groupe BLE Lorraine écrit:

    « Mitmachen ». Il faut faire avec. L’Annexion a forgé, en Moselle, un caractère particulier, que les autres Lorrains eux-mêmes ont souvent du mal à saisir, sinon à accepter. Dans ce département, aucun monument communal n’est dédié aux « Morts pour la France », pour éviter d’entretenir de trop douloureuses déchirures.

    L’architecture du nouveau Musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion de Gravelotte exprime ses différents états et sentiments liés au conflit. La tension est ainsi traduite par l’utilisation du cuivre patiné en façade. Les déchirures en toiture et au plafond du hall d’accueil évoquent la douleur et les tiraillements.

    Le musée possède aujourd’hui environ 6 000 objets comprenant des collections historiques et militaires françaises et allemandes, mais aussi des œuvres d’art, des photographies, des archives, etc. Parmi ces documents se trouve notamment une série de 44 livres d’école du XIXème siècle et du début du XXème siècle en usage en Alsace-Moselle lors de la première Annexion. Ces livres de classes, en Allemand ou en Français, édités pour la plupart en Moselle, sont très rares. Le plus ancien date de 1875. L’ensemble comprend également un cahier de religion de 1893 en Français et en Allemand et un carnet de chants d’une écolière.

  3. Groupe BLE Lorraine écrit:

    La Halle du souvenir de Gravelotte a été construite par les Allemands en 1905. Ce lieu très solennel servait à leurs grandes commémorations patriotiques. Son équivalent français se situe à Noisseville et a été inauguré en 1908.


Laisser un commentaire