Accueil Actualité Un immeuble de 15 étages en paille et en bois en projet à Saint-Dié-des-Vosges

Un immeuble de 15 étages en paille et en bois en projet à Saint-Dié-des-Vosges

3 min lues
0
0
72

Après la construction d’une première résidence en bois de trois étages et l’inauguration en janvier dernier du plus haut immeuble en bois et en paille de France, le Toit Vosgien entend désormais élever un bâtiment de 15 étages selon le même procédé.

La résidence Jules Ferry, à Saint-Dié-des-Vosges, avait déjà marqué les esprits au début de l’année. Le bâtiment de couleur brique, blanc et gris métallisé, est en effet, avec ses huit étages, l’immeuble en paille et en bois le plus haut jamais construit en France. Si cette performance architecturale et énergétique est remarquable à plus d’un titre, le Toit Vosgien prévoit de faire encore mieux à l’horizon 2016, toujours à Saint-Dié-des-Vosges.

L’organisme HLM (Habitation à Loyer Modéré), qui gère déjà près de 2 300 logements dans les Vosges, entend à présent bâtir une tour de 15 étages comprenant une cinquantaine d’appartements à l’entrée de la cité déodatienne. La construction passive, qui représente un investissement de 10 millions d’euros, fait partie des 20 projets phares sélectionnés par le Comité stratégique de la filière bois. Le prix d’un appartement devrait osciller autour de 200 000 euros. Mais pour un logement de trois pièces, les charges de chauffage ne devraient pas excéder 11 euros par mois.

Le Toit Vosgien s’était distingué pour la première fois par l’utilisation du bois dans la construction d’un lotissement de maisons passives. Avec la résidence Jules Ferry de Saint-Dié-des-Vosges, il a eu recours à des caissons en bois hermétiquement fermés et remplis chacun de cinq bottes de paille agricole. L’ensemble des matériaux utilisés pour fabriquer les 700 caissons nécessaires au montage de l’immeuble provenait de Lorraine. Pour son nouveau projet encore plus audacieux, l’organisme devrait également doter les appartements de douches plutôt que de baigneurs, ainsi que d’ascenseurs qui se régénèrent et alimentent automatiquement l’éclairage des parties communes en récupérant l’énergie libérée pour le freinage.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Une seconde fleur pour Bouzonville

La charmante commune du Pays de Nied a finalement obtenu la seconde fleur qu’elle convoita…