Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Déclin du milan royal en Lorraine

La population de milans royaux chute depuis une vingtaine d’années en Europe. La Lorraine reste l’un des rares territoires en France où l’on peut encore observer ces magnifiques rapaces. Leurs effectifs y ont pourtant diminué de près de 80 % entre 1990 et 2000.

milan royal

Le milan royal se fait de plus en plus rares dans les campagnes lorraines (Crédits photo : Wikipédia)

A peine 30 milans royaux hivernants ont été comptabilisés cette saison en Lorraine. Ces oiseaux sont des migrateurs partiels. Les individus qui vivent dans les régions les plus septentrionales de leur aire de répartition partent essentiellement en Espagne vers le mois d’octobre. Au cours de leur période de nidification, qui commence fin mars-début avril, 21 couples ont été repérés dans le Sud meusien et dans la plaine vosgienne. Mais seulement 14 se sont reproduits et ont obtenus au total 10 petits à l’envol.

La disparition des prairies de fauche et de pâturage, la raréfaction des petits mammifères et des insectes provoquées par l’utilisation massive des pesticides, ainsi que les intoxications dues à la consommation de rongeurs tués par des anticoagulants comme la Bromadiolone sont responsable du déclin du milan royal en Lorraine. Le spectacle aérien fascinant de ces prédateurs d’une envergure de 1,50 mètre s’observe donc malheureusement de moins en moins dans nos campagnes. Le rapace, qui n’hésite pas à survoler les villages en quête de nourriture, est facilement reconnaissable à sa longue queue très échancrée et aux deux tâches blanches sur le dessous de ses ailes.

Charognard, le milan royal se délecte de bêtes mortes et de leurs restes, y compris des poissons. Il fait figure par conséquent d’éboueurs des champs, des étangs et des routes pour les animaux écrasés. Cela dit, il se nourrit également d’animaux vivants, petits et grands, comme des insectes, des vers, des lézards, des grenouilles, des campagnols, des rats, des lapins et même des oiseaux. Ils n’hésitent pas non plus à chaparder des aliments d’autres rapaces comme l’autour des palombes, le faucon pèlerin ou encore le balbuzard pêcheur.

(Source : RL du 13/04/2014)

13 avril, 2014 à 22:14


3 Commentaires pour “Déclin du milan royal en Lorraine”


  1. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Le centre d’enfouissement technique de Flévy, véritable décharge à ciel ouvert située sur la rive droite de la Moselle, est le terrain de jeu du milan noir. Le rapace migre chaque année à l’automne vers l’Afrique tropicale. Au début du printemps, il fait une halte réparatrice en Moselle, avant de poursuivre son voyage retour vers l’Europe du Nord. Les milans sont de véritables éboueurs ailés. Ils sont classés parmi les rapaces bien qu’ils le soient peu par leur comportement et leur régime alimentaire. S’ils ne négligent pas, à l’occasion, des proies vivantes, ils sont essentiellement charognards et glanent à terre ou sur l’eau toutes sortes de restes carnés. En Lorraine, deux espèces sont observables : le milan royal, plus rare et menacé, et le milan noir.

  2. hoffmann fabrice écrit:

    Bonjour,

    nous venons d’observer un milan royal a Rusange F-57390.

    cordialement.

  3. Eric Peiffer écrit:

    Bonjour,…
    Nous avons constaté le vole quotidien d’un Milan royal au dessus de notre habitation ( 57410 )
    Depuis plusieur jours
    Le 19/06/2017


Laisser un commentaire