Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Les rebouteurs d’Hérival

Dans une région aussi escarpée que les Vosges et avec une population qui vivait en grande partie de la forêt et du travail du bois, les accidents de membres, comme les fractures, les foulures, les luxations ou encore les entorses, étaient fréquents. La nécessité d’y remédier a sans doute favorisé l’apparition de talents et de dons particuliers.

guerison

La famille Fleurot, originaire de La Broche avant de s’installer à Hérival, s’est faite une renommée pendant plus de 200 ans en la matière. Les Fleurot auraient reçu les premiers principes de l’ostéologie du Docteur Forget, médecin du Duc Charles IV de Lorraine au cours du séjour que fit le souverain dans le pays, lors de l’invasion des Suédois pendant la Guerre de Trente Ans. On raconte aussi qu’un jour l’un des ancêtres de cette famille aurait fendu le tronc noueux d’un vieux chêne. Cédant sous la violence des coups, l’arbre se serait ouvert et aurait laissé voir l’image d’un crucifix brisé et divisé par la hache. Le pieux Fleurot aurait réussi à le réparer en raccordant les parties cassées et éparses. En récompense de son œuvre dévote, il aurait reçu d’en haut, lui, ainsi que toute sa famille, le don de rejoindre et de rebouter les membres rompus ou disloqués de tout catholique.

Au-delà de la légende, les Fleurot se firent une véritable réputation. A tel point que l’un d’eux fut même appelé à Paris en 1759 par Louis XV, sous les conseils de Stanislas, pour prodiguer ses soins au Duc de Bourgogne. En témoignage de sa reconnaissance, le prince remit au patricien lorrain un magnifique exemplaire du Traité de Monro sur l’anatomie du corps humain. Il écrivit sur le premier feuillet « Donné par moi, le Duc de Bourgogne le 20 mars 1760 ». Impressionné, Louis XV aurait également voulu accorder des lettres de noblesse au Fleurot. Mais ce dernier refusa, de peur que ses descendants oublient la modestie de leur origine et ne méprisent les pauvres. Il accepta seulement que ses descendants soient exemptés de la milice.

23 mars, 2014 à 20:11


Laisser un commentaire