Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Vaste programme de modernisation de la Moselle canalisée

Baptisé « Moselle 2020, la voie d’eau intelligente », un vaste projet de modernisation prévoit de faire entrer la Moselle canalisée, qui célébrera ses 50 ans en 2015, dans l’ère numérique, grâce à une gestion informatique des ouvrages et du trafic.

Cette modernisation est essentielle pour la fiabilité de cet axe très structurant de la Lorraine, en particulier pour le fret. En effet, environ huit millions de tonnes de marchandises transitent chaque année sur la Moselle canalisée.

A l’image de la future Commande Centralisée du Réseau (CCR) de RFF (Réseau Ferré de France) à Pagny-sur-Moselle, VNF (Voies Navigables de France) construira à Frouard un Centre d’Information et de Gestion du Trafic Fluvial (CIGTF) sur le terre-plein de l’écluse 27 du Canal de la Marne au Rhin. Opérationnel en 2016, celui-ci sera ouvert 24h/24h. Il disposera notamment d’une salle d’exploitation pour le suivi permanent de l’état des voies navigables et du trafic de l’ensemble de la direction territoriale Nord-Est, d’une salle pour la téléconduite des écluses de la Moselle grand gabarit de Neuves-Maisons à Pagny-sur-Moselle, ainsi que d’une salle pour les gestions de crises. L’idée est à terme de commander à distance toutes les écluses de la Moselle.

La création du CIGTF sera complétée par le déploiement d’un réseau très haut débit de Neuves-Maisons à Apach. Représentant un investissement de 5,4 millions d’euros, ce dernier devrait être mis en service fin 2015. Il reliera tous les ouvrages importants de la Moselle, c’est-à-dire les écluses, les barrages et les portes de garde, au CIGTF de Frouard et au Poste de Commande de Kœnigsmaker, qui abritera le CIGTF de secours.

Ce programme de modernisation permettra également à VNF d’intégrer les directives européennes en mettant en place l’AIS (Automatic Identification System). Ce dispositif vise à suivre en temps réel les bateaux équipés sur le chenal de navigation, afin d’améliorer la sécurité et la fluidité du trafic. Il offrira la possibilité de consulter sur internet les cartes électroniques de la voie d’eau, à l’instar d’un GPS (Global Positioning System). Dans cette optique, la Moselle a d’ores et déjà été équipée de stations de base AIS.

Parallèlement au déploiement de ces différents outils de gestion informatique, VNF s’est engagé dans un grand programme de régénération des ouvrages discrets de la Moselle qui représente 120 millions d’euros d’investissements entre 2010 et 2020. Les ouvrages discrets font références à des ouvrages ponctuels. Une douzaine de barrages de navigation, 17 écluses à grand gabarit, 6 écluses à gabarit Freycinet, 5 portes de garde à grand gabarit et 3 portes de garde Freycinet sont concernées par l’opération. Certains équipements ont plus d’un siècle. Plus de 20 millions d’euros de travaux ont d’ores et déjà été réalisés, avec par exemple le remplacement des treuils et des chaînes Galle du barrage de Kœnigsmaker ou la remise en état des trois barrages du secteur amont à Villers-le-Sec, Aingeray et Chaudeney. Cela dit, les principaux chantiers devraient être entrepris en 2014, à l’image de la rénovation du génie civil immergé et anticorrosion des vannes des barrages d’Argancy, Liegeot et Pompey pour 30 millions d’euros, du remplacement des portes et de la remise en état du génie civil des écluses de Metz, Thionville et Ars-sur-Moselle pour 4,8 millions d’euros ou encore de la rénovation des organes de manœuvre des écluses à grand gabarit de Thionville, Richemont et de Pagny-sur-Moselle à Neuves-Maisons pour 10 millions d’euros.

21 mars, 2014 à 22:54


Laisser un commentaire