Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Investissements dans les barrières de péages sur l’A4 en Lorraine

Investissements dans les barrières de péages sur l’A4 en Lorraine

Grâce aux revenus des péages, la SANEF (Société des Autoroutes du Nord et de l’Est de la France) a investi 50 millions d’euros en 2012 pour rénover ses infrastructures, en particulier ses aires de repos. Cette année, elle a décidé de consacrer 30 millions d’euros à la modernisation de ses principales barrières de péages sur l’A4 en Lorraine. 12, 10 et 8 millions d’euros seront ainsi respectivement engagés à Saint-Avold, Beaumont et Loupershouse.

Le chantier le plus important concerne la barrière de Saint-Avold, par laquelle 26 000 véhicules transitent quotidiennement. Un télépéage avec passage à 30 km/h, même pour les poids lourds (PL), y sera installé. Ce système permet d’éviter aux conducteurs de redémarrer, ce qui se traduit par une économie de carburant et moins de rejets pour l’environnement. Les travaux, qui devraient commencer au printemps pour durer plus d’un an, porteront notamment sur l’allongement des cheneaux de la zone de détection du télépéage. Une galerie souterraine sera également construite, afin de sécuriser l’accès des personnels aux postes de la barrière.

logo SANEF

7 mars, 2014 à 18:20


4 Commentaires pour “Investissements dans les barrières de péages sur l’A4 en Lorraine”


  1. Gérôme écrit:

    Bonjour . Est ce que la SANEF embauche ?

  2. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Le péage de Beaumont, près de Jarny, est également concerné par cette opération qui concerne l’extension du télépéage. Le chantier, qui a dernièrement débuté, devrait durer jusqu’en mars 2016. L’idée est que toutes les catégories de véhicules, y compris les camions, bénéficient de ce service de paiement. Le passage au péage sera plus fluide et plus confortable. Il permettra ainsi aux routiers de ne plus s’arrêter et de redémarrer, donc de réaliser des économies de carburant et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

  3. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Après quatorze mois de travaux, le chantier de modernisation de la barrière de péage de Saint-Avold, sur l’A4, touche à sa fin. Mi-novembre, l’ensemble des voies sera désormais accessible aux abonnés Liber-t. Les poids lourds disposeront également de deux voies de télépéage sans arrêt. Auparavant, le stop-and-go était de rigueur car il n’y avait qu’une voie sans arrêt destinée aux véhicules légers. Les camions n’auront donc plus à s’arrêter, mais simplement à ralentir à l’approche de la barrière. Cela permettra un gain de consommation pour le conducteur et une réduction des rejets toxiques dans l’atmosphère.

    Les travaux, d’un montant de 10,6 millions d’euros, se sont également concentrés sur les bornes de paiement automatiques, les cabines, les parkings attenants ou encore le remplacement de la couverture de l’auvent. Les voies de télépéage sans arrêt accessibles aux poids lourds ont été allongées pour permettre une détection des véhicules plus en amont que dans les couloirs classiques. La galerie souterraine, située sous la plateforme autoroutière, a également été rénovée.

    Doté jusque-là de seize voies, huit dans chaque sens, le péage de Saint-Avold disposera de deux couloirs supplémentaires, afin de fluidifier le trafic qui voit passer environ 28 000 véhicules chaque jour.

    A une vingtaine de kilomètres de là en direction de Sarreguemines, le péage de Loupershouse a également été modernisé. D’une durée de douze mois, le chantier s’est terminé à la fin du mois d’août. La barrière est désormais équipée de deux voies de télépéage sans arrêt, une toutes classes confondues, l’autre réservée aux véhicules légers.

  4. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Le Pont de l’Orne est actuellement en cours de réfection sur l’A4, au niveau de Jarny. L’ouvrage permet à l’autoroute d’enjamber la rivière, la voie SNCF et une rue du village d’Hatrize. Les travaux, qui représentent un investissement de 1,7 million d’euros, sont pris en charge par la SANEF (Société des Autoroutes du Nord et de l’Est de la France). Ils consistent à revoir l’étanchéité du pont et à changer les culées, ces patins faits de métal et de caoutchouc qui effectuent la jonction entre les piles et le tablier. Agé de quarante ans, l’ouvrage n’a pas été conçu pour bénéficier de ce type de maintenance. D’où la nécessité de réaliser des coffrages en béton et de lever le pont, mesurant 207 mètres de long, de quelques millimètres, afin de changer les pièces défectueuses. Le chantier doit se terminer le 30 septembre 2016.


Laisser un commentaire