Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Histoire brassicole à Sarrebourg

Avant 1900, plusieurs petites brasseries existaient à Sarrebourg. L’un d’elles, la Brasserie du Dauphin, fondée en 1820 par la famille Antoni, se situait à l’angle des Rues Gambetta et Erckmann-Chatrian. Celle-ci fut rachetée en 1896 par deux industriels allemands qui y érigèrent une toute nouvelle unité de production. La brasserie pris alors le nom de Gebrüder Lutz-Lutzbrau. Au début du XXème siècle, la production annuelle atteignait environ 20 000 hectolitres. En 1905, l’entreprise, rebaptisée Saarburger Brauerei Gebrüder Lutz, prit la forme d’une société anonyme de Droit Local, pour une durée de 99 ans. Le 6 mars 1924, elle fut rebaptisée Brasserie de Sarrebourg, société anonyme française au capital de 1 250 000 francs.

Sarpils

A l’aube de la Seconde Guerre mondiale, la brasserie possédait des entrepôts dans toute la France métropolitaine, ainsi que dans les territoires d’Outre-mer. La production s’élevait alors à 50 000 hectolitres par an. En juin 1940, après la seconde Annexion, la brasserie fut renommée Saarburger Brauerei AG. La bière était commercialisée sous la marque Saarburger Pilsner. Redevenue Brasserie de Sarrebourg après la guerre, la société produisait une bière à faible teneur en alcool (3°). Baptisée Sarbock, celle-ci était avant tout destinée aux mineurs des bassins houillers et sidérurgiques. Il y eut également par la suite la fameuse Sarpils.  

A la fin de l’année 1967, les Brasserie de Sarrebourg et de L’Espérance fusionnèrent. La situation de l’entreprise se dégrada progressivement. A tel point que la production fut interrompue et la brasserie ferma en 1970. Ses bâtiments furent démolis à partir de 1974.

(Source : RL du 22/02/2014)

2 mars, 2014 à 20:09


Laisser un commentaire