Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Déchets radioactifs à Bure : la Commission Particulière du Débat Public demande un report du calendrier

Déchets radioactifs à Bure : la Commission Particulière du Débat Public demande un report du calendrier

Au terme d’un débat chahuté, la Commission Particulière du Débat Public (CPDP), préconise, à l’instar de la Commission citoyenne, un report du calendrier initial de CIGEO (Centre Industriel de stockage Géologique des déchets radioactifs). Ses conclusions vont ainsi à l’encontre de l’inscription du stockage dans le projet de loi sur la transition énergétique. Il faut dire qu’enfouir dans le sol les pires déchets nucléaires n’a rien de vraiment très écologique ! Ce n’est donc pas étonnant que l’IRSN (Institut de radioprotection et de Sûreté Nucléaire) et qu’une large majorité d’experts indépendants ayant participé au débat estiment que le calendrier de ce projet complètement fou est beaucoup trop tendu. Des preuves supplémentaires doivent par ailleurs être apportées sur la sécurité du futur centre de stockage.

Lancé au printemps 2013, le débat public a dernièrement été clôturé à Paris, capitale de Panem, et à Bar-le-Duc. Il en ressort au final plus de questions et d’interrogations que de réponses claires, précises et rassurantes. Les avis récoltés témoignent ainsi de la crainte, exprimée à juste titre, d’une partie de la population qui se retrouve médusée par la démesure et le caractère inédit de CIGEO. De nombreuses personnes s’interrogent par exemple sur la fameuse réversibilité de l’enfouissement fixée par la loi pour une durée de 100 ans. Celle-ci implique en effet la possibilité de récupérer des colis radioactifs à 500 mètres sous terre. Beaucoup d’experts restent sceptiques sur cet aspect primordial du projet pour des raisons techniques et financières. Ils doutent de la même manière de la capacité à circonscrire un incendie dans un trou pareil. Le coût réel de la facture de CIGEO fait également partie des nombreuses inconnues de cette folie.

Si bien que pour la CPDP, il est urgent d’attendre et de ne rien précipiter. Les anti-nucléaires ne voient quant à eux dans ses déclarations qu’un simple « rideau de fumée » pour mieux faire passer le projet en douce.

23 février, 2014 à 23:09


Laisser un commentaire