Accueil Actualité Metz et les champs de bataille de Verdun en route pour l’UNESCO

Metz et les champs de bataille de Verdun en route pour l’UNESCO

6 min lues
0
0
5

Réuni à Paris, le Comité national des biens français du patrimoine mondial a dernièrement décidé d’inscrire, pour l’année 2014, trois nouveaux biens culturels sur sa liste indicative des candidatures françaises pour l’UNESCO. Metz, les paysages et les sites de mémoire de la guerre 1914-1918, ainsi que les plages du débarquement du 6 juin 1944 en font désormais partie.

Places d'Armes

La Place d’Armes à Metz, chef d’oeuvre de l’architecture classique (Crédits photo : RAOUL GILIBERT pour le Groupe BLE Lorraine)

Quatre ans après avoir confié son dossier de candidature à l’UNESCO à l’architecte nancéien Joseph Abram, qui a contribué au classement du Havre en 2005, Metz a franchi un cap décisif dans sa démarche. Nous savons désormais que la visite des trois experts indépendants, le 21 octobre 2013, a été déterminante. Ceux-ci ont pris le temps de visiter la cité aux 3 000 ans d’histoire. Ils ont été convaincus par la nouveauté intégrale du dossier. Intitulé « Metz, royal et impérial » et sous-titré « Confrontations stylistiques, identité urbaine et pouvoir », ce dernier met en avant l’aventure urbaine hors du commun qu’a connu la ville de la seconde moitié du XIXème au début du XXème siècle avant, pendant et après la Première Annexion. En effet, tandis que son patrimoine intra-muros était remodelé, un quartier neuf, fonctionnel et pittoresque se créait autour de la gare. La Place d’Armes constitue l’un des meilleurs exemples de cette confrontation stylistique. Ce chef-d’œuvre d’architecture classique fait en effet face à une cathédrale gothique.

La zone proposée pour l’inscription comporte deux pôles majeurs. Le premier, qui correspond au noyau ancien, comprend la cathédrale Saint-Etienne, les ensembles monumentaux de Jacques-François Blondel, la Place de la Comédie, les quais de la Moselle, la Place Saint-Jacques, ainsi que les Rues de la Paix, de la Pierre-Hardie, du Palais et du Petit-Paris. Le second pôle comprend quant à lui l’extension urbaine réalisée au début du XXème siècle avec la Place de la Gare et ses axes adjacents, dont notamment l’Avenue Foch, la Rue Gambetta ou encore la Place du Roi-George.

Les paysages et les sites de mémoire de la guerre 1914-1918 font quant à eux référence à 80 sites dans une douzaine de départements le long du front Ouest. 22 se situent en Lorraine. On y trouve notamment les principaux lieux de mémoire des champs de bataille de Verdun comme l’Ossuaire et la nécropole de Douaumont, les forts de Douaumont et de Vaux et le Saillant de Saint-Mihiel. La force de ce dossier réside dans le fait qu’il regroupe des sites et des nécropoles qui représentent 80 nations différentes, dont l’Allemagne. Un classement des champs de bataille de Verdun assurerait une visibilité internationale pour accueillir de nombreux touristes même après le Centenaire de la Première Guerre Mondiale.

A noter enfin que la liste indicative de la France comporte désormais 37 candidatures. Le pays ne peut présenter chaque année que deux biens culturels à l’UNESCO. Les sites lorrains pourraient au mieux être inscrits au patrimoine mondial de l’humanité en 2015-2016.

(Source : presse régionale)

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Le dramaturge messin Koltès revisité

L’Office de tourisme de Metz vient d’inaugurer un nouveau parcours de visite d’1h30 intitu…