Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Filière céréalière en Lorraine

La filière céréalière lorraine emploie près de 15 000 personnes, dont 6 000 exploitants agricoles, soit l’équivalent de l’industrie automobile dans la région. Environ 35 millions de tonnes de céréales sont produites chaque année. Grâce à sa vieille tradition de polyculture-élevage la Lorraine échappe pour le moment à la crise de ce secteur. Elle peut également s’appuyer sur un maillage d’exploitations bien réparties, un tissu coopératif solide et la présence à Metz du premier port fluvial céréalier de France.

15 décembre, 2013 à 23:30


Un commentaire pour “Filière céréalière en Lorraine”


  1. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Avec 13 000 empois, la filière céréalière lorraine occupe une part de l’économie régionale égale à celle de l’automobile.

    L’élevage et la production de grains constituent les deux maillons de l’agriculture régionale. Les céréales, blé et orge principalement, ainsi que les oléagineux représentent la moitié de la surface agricole, l’autre moitié étant consacrée aux fourrages (prairie et cultures fourragères).

    Au fil des ans, la Lorraine a su se doter d’un réseau de collecte particulièrement performant. Près de 220 silos maillent en effet l’ensemble des zones de production et collectent chaque année entre 2 et 2,5 millions de tonnes de céréales. 350 000 tonnes sont transformées dans la région, le reste est exporté vers les pays voisins et l’Europe du Nord.

    Le dynamisme de la filière est porté par le port céréalier de Metz, première infrastructure fluviale de France. Au total, près de 3 millions de tonnes de céréales et autres produits agricoles transitent par les ports lorrains. 50 % rejoignent les Pays-Bas, 39 % l’Allemagne et 10 % la Belgique.

    Au plan local, la région structure de nombreux acteurs de la transformation des céréales : 13 meuniers, 12 fabricants d’alimentation pour animaux, une malterie et 26 brasseurs. La Lorraine peut même s’enorgueillir de la présence de plusieurs leaders de la boulangerie-pâtisserie industrielle et de 1 300 artisans boulangers.

    En occupant la moitié de la surface agricole régionale, la filière céréalière contribue à la diversification des paysages. Depuis une dizaine d’années, les actions en faveur de la préservation des sols et de la biodiversité se sont multipliées sur les exploitations céréalières, avec notamment la création de haies et la mise en place de jachères pour la faune sauvage, ainsi que de prairies fleuries favorables aux insectes butineurs. La profession entend également mettre l’accent sur le développement des circuits courts. Le consommateur apprécie et en plus cela réduit le coût des transports qui est de l’ordre de 7 à 8 euros par tonne.

    (Source : RL du 14/06/2014)


Laisser un commentaire