Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Bilan de la tempête Lothar en Lorraine treize ans après

Les plus de 20 ans s’en souviennent. Le dimanche 26 décembre 1999, les fêtes de Noël venaient tout juste de se terminer, le sapin était encore là, dans le salon, décoré des boules qui lui donnaient toute sa splendeur. Mais dehors, les conifères connaissaient un tout autre sort, un sort bien plus tragique. Ce jour-là, pas moins de 95 000 hectares de forêts plièrent face aux incessantes rafales de vent de 155 km/h provoquées par le passage de l’ouragan Lothar.

Bilan de la tempête Lothar en Lorraine treize ans après dans Actualité foret-clerey-la-cote-sequelles-tempete-lothar

Les séquelles de la tempête Lothar sont encore visibles en Lorraine, comme ici à Clérey-la-Côte, dans la plaine vosgienne (Crédits photo : Wikipédia)

Le bilan fut catastrophique : 70 000 hectares de forêts publiques détruites à plus de 50 % (27 000 hectares en Meurthe-et-Moselle, 21 000 dans les Vosges, 14 000 en Meuse et 8 000 en Moselle). 12 % de la surface forestière fut couchée, laissant une effroyable balafre dans le paysage lorrain. Notre région fut la plus touchée par cet ouragan, qui fut suivi dans la nuit du 27 au 28 décembre d’une seconde tempête, Martin, heureusement moins destructrice dans l’Est de la France.

Au lendemain de cette tragédie, l’Office National des Forêts (ONF) décida de se contenter d’un simple ensemencement d’espèces déjà présentes et d’un repeuplement par voie naturelle. Pour cause de changement climatique, l’ONF n’intervient en effet plus que pour planter des essences mieux adaptées écologiquement que celles précédemment en place. Il a par ailleurs volontairement laissé libre de toute intervention humaine une parcelle d’une centaine d’hectares en forêt de Haye, près de Nancy, afin de mieux comprendre sa capacité de résilience. Les ingénieurs devront cela dit patienter encore un bon moment pour tirer un quelconque enseignement de cette expérimentation en raison de la durée des cycles de régénération des arbres.

Même si la forêt lorraine reprend petit à petit sa physionomie, treize ans plus tard la cicatrise est encore visible, ce que l’on peut comprendre aisément quand l’on sait qu’un hêtre peut croître jusqu’à 100 ans et un chêne jusqu’à 180 ans ! Il faudra par conséquent attendre de nombreuses années pour exploiter le bois de chauffage issu des nouveaux peuplements et pas moins de 30 ans pour à nouveau commercialiser des grumes intéressantes.

La tempête a par ailleurs plongé la filière bois de la région dans une situation précaire. Elle a en effet couché d’un coup près de dix fois le volume de chablis qui devrait être commercialisé en un an, inondant ainsi le marché et faisant chuter les prix. Faute de pouvoir tirer profit de leur ressource, beaucoup de communes forestières se sont également retrouvées en difficulté. Et la situation n’est pas prête de s’arranger. D’autant plus que les aides accordées par l’Etat français n’ont pas permis d’effacer les stigmates du désastre treize ans après. Les exploitants forestiers sont enfin inquiets car en raison du réchauffement climatique de telles catastrophes risquent de se reproduire plus fréquemment. Or la capacité de résistance aux vents d’un arbre n’est pas la même selon son âge.

23 octobre, 2013 à 22:10


Un commentaire pour “Bilan de la tempête Lothar en Lorraine treize ans après”


  1. CrapaudVert57 écrit:

    Bonjour,

    A ce stade, il semble que le doute subsiste sur la relation entre le réchauffement du climat et ses incidences possibles sur les fréquences ce type d’évènement. Le rapport scientifique du GIEC de septembre dit simplement : « There is low confidence in region-specific projections of storminess and associated storm surges. » (page 24 du rapport).

    La réflexion proposée ne mentionne que les incidence sylvicoles et économiques directes.
    Il y a aussi des incidences sur la biodiversité, faune et flore, y compris sur le gibier.

    A ma connaissance, aucune étude n’a été réalisé dans une perspective de localisation des vulnérabilités les plus élevées et de prévention de cette nature de risque, ou la vitesse du vent est le paramètre essentiel, mais ou d’autres paramètres interviennent aussi.


Laisser un commentaire